La Prochaine fois de Marc Levy

La Prochaine fois

Le dimanche 28 mars 2004 par guillaumeMICMAC

Le dernier roman de Marc Lévy est, une fois de plus, une petite merveille. Cette fois, l’auteur nous propose une formidable épopée à la recherche d’un tableau de Radskin, à des temps intemporels. Comme ces autres romans, celui ci ne se raconte pas sans dévoiler l’histoire très originale !

Toutefois, je vous le conseille vivement, même si, à mon avis, il faut le temps d’entrer dans cette histoire.

Bien sur, une histoire d’amour s’immisce dans cette oeuvre, ce qui la rend indispensable !

N’hésitez plus et foncez l’acheter !

280 pages chez Robert Laffont.


  • La Prochaine fois  15 avril 2008, par Michelle Morel
    Je ne savais rien de vous Mr Lévy, quand j’ai commencé à me plonger dans vos romans, il s’est passé quelque chose en moi que je ne peux pas expliquer. Le désir qui envahi la curiosité et le fait de connaitre la suite des autres romans. Chaque fois un flash s’illumine avec le désir de continuer à vous lire. J’adore ce que vous faites Mr Lévy je vous dis "Respect" vos livres sont géniaux. Quand nous commençons à les lire nous rentrons dans une aventure magique. J’ai lu, "Et si c’était vrai", "Ou es-tu", "Vous revoir", et "La prochaine fois". Le prochain livre sera "Mes amis mes amours".
    Répondre à ce message
  • La Prochaine fois  15 août 2007, par omacini
    Je suis entrain de lire votre roman : La prochaine fois, et, ma curiosité m’ a fait venir sur internet pour me renseigner sur Vladimir, comme beaucoup de lecteurs je suppose ,je me suis laissé piegée BRAVO au prochain roman MERCI pour se que vous nous donnez ANY
    Répondre à ce message
    • La Prochaine fois !!! un super livre !! 17 février 2008

      piégée ? je suis allée sur internet , et j’ai vus qu’un peintre russe nommé Oreste Kiprenski avait eu presque le meme chemin que vladimir ! marc levy se serait inspiré de ce peintre pour créer son personnage ??possible ! Avec des recherches assez approfondies sur l’Art Russe, j’ai trouvé un peintre qui ressemble étrangement à Vladimir Radskin. Il s’agit d’Oreste Kiprenski (1782-1836), peintre russe du XIXème siècle. Il a un parcours similaire à Radskin, il est allé dans les mêmes villes que Vladimir et possède un détail troublant puisqu’il n’a peint qu’une seule toile avec une femme ’ Portrait d’E.S.Adoulina ’ 1823, alors que Radskin a pour sa part réalisé le dernier tableau longuement recherché par Jonathan ’ La Jeune Femme à la robe rouge ’. Mais revenons au parallèle qui rapproche Radskin de Kiprenski. Alors que Radskin peignait des toiles mettant en scène des personnages dans leur vie quotidienne, comme dans le tableau ’ Le Déjeuner à la Campagne ‘, Kiprenski lui préférait les portraits. Premier artiste à incarner le romantisme, dans sa peinture comme dans sa vie, il a été aussi à l’origine d’une conception totalement nouvelle du portrait, qui vient désormais uniquement du XIXème siècle. Comme Vladimir, Oreste Kiprenski commença sa carrière d’Artiste Peintre, en faisant des portraits au crayon dans les foires, dans les restaurants. Puis son Art s’est propagé en Europe, et de ce fait, il a réellement commencé à peindre. Au cours de sa vie, Kiprenski réalisera une Dizaine de toiles, toutes auront un succès retentissant. Jusqu’au Portrait de son père, Adam Schwalbe (Oreste portait le nom de sa mère) qu’il ne signa pas, mais qu’il gardait toujours avec lui dans ses déplacements. Cette peinture fut longtemps confondue avec Rubens par des amateurs napolitains, mais plus tard, après des expertises, elle fut bien rendue à Kiprenski.

      Jusqu’en 1816, Kiprenski travailla à Pétersbourg et à Moscou, son séjour de pensionnaire en Italie étant rendu impossible par les événements militaires qui se déroulaient en Europe. De 1816 à 1823, il résida en Italie et fit un séjour à Paris sur le chemin du retour en Russie. En 1828, il repartit pour l’Italie où il mourut en 1836. **************************************** ce livre est formidable !!!


      désolé je ne m’en souvient plus !!
      Répondre à ce message
  • La Prochaine fois  23 janvier 2007, par Ewen

    Ben enfait voila je m’appelle Ewen j’ai 14 ans et j’ai enfin découvert l’univer de Marc Levy. Pour moi ce roman est enfait plein de rebondissement et on a vraiment envie de croire à leur amour meme si je pense qu’elle serra tjrs là pour les empecher ... Mais pour vous dire j’en ai meme pleuré car je trouve ça si courageux et si beau de sacrifier sa vie pour un etre que l’on porte dans notre coeur et je trouve ça vraiment magnifique de dire que la où elle n’est pas alors lui non plus ...

    J’espere que vous aurez eu le courage de me lire et de me comprendre amicalement

    Ewen


    Répondre à ce message
  • > La Prochaine fois  27 juin 2005, par Isabelle
    J’ai trouvé pour ma part ce livre émouvant à en pleurer, Marc Lévy sait faire ressentir au lecteur ce qu’il veut à travers ses mots, et je relirai ce livre dès que j’en aurai de nouveau l’occasion !
    Répondre à ce message
  • > La Prochaine fois  12 juin 2005, par bastet
    "très originale" ???????? je ne crois pas, non ! Gilbert Sinoué avec " Le Rire de Sara" a fait quelque chose de bien plus intéressant dans le genre "retrouvailles à travers le temps".
    Répondre à ce message
  • > La Prochaine fois : LE livre à lire absolument !!!  7 décembre 2004, par Marie

    Simplement, ce livre est largement à la hauteur de tout ce que j’en ai entendu dire ! C’est vraimen LE livre à lire : il nous transporte et il est vraiment passionant ! La seule chose, c’est qu’à la fin, ça va un peu vite, mais... C’est quand même une belle oeuvre de Marc Levy. On s’attache vraiment aux personnages, c’est pour ça que la fin est douloureuse !

    C’est bizarre, je ne vois pas le message que j’ai laisser hier...


    Répondre à ce message
    • > La Prochaine fois : LE livre à lire absolument !!! 11 octobre 2007
      Je viens de terminer le livre. Je partage votre avis. Assez long à débuter, une histoire somme toute banale. L’accélération de la fin laisse planer un doute : Pourquoi autant de pages avant le coeur de l’histoire ? Peut-être aurait il gagner à n’être qu’une "nouvelle". Ceci n’enlève pas l’attachement que l’on éprouve pour Clara et cette envie de vivre (et de se rappeler) nos vraies histoires d’amour !
      Répondre à ce message
  • > La Prochaine fois  5 décembre 2004, par kernitou

    Je me suis dit une fois, hop je devrais ouvrir un Marc Lévy ce en raison du succès qu’il rencontre. J’avais des a priori défavorables dans le sens où 1) Lévy n’est pas lu par ceux qui ont des goûts ou des intentions proches des miens, 2) je savais que le thème principal de La Prochaine fois était celui des vies antérieures, or je ne crois pas à ces fadaises. Sachez que je suis honnête : j’aurais totalement souscrit à un tel livre s’il avait été "bien foutu" et cohérent et intéressant et passionnant et intelligent.

    Or cela n’est pas le cas. La Prochaine fois est pitoyable. Pourquoi ? Et pourquoi tant de gens le trouvent bon. Pourquoi pas plus d’exigence(s) ? Bon ok, chacun ses goûts...

    Le style. Pas de remarque particulière. Le travail honnête d’un artisan. Sans plus, pas de personnalité, de spécificité, de charme, rien à se rappeler, pas d’envergure. J’ai lu pire.

    L’intrigue + le thème. C’est là que le bât blesse. Beaucoup trop d’éléments décrédibilisent l’histoire, pas de véritable cohérence, n’ai cru à presque rien, je ne suis pas entré dans les personnages ni dans l’intrigue :

    * L’amitié. Jonathan a un meilleur ami, Peter. Je n’y ai pas cru une seule seconde. Il n’y a jamais, ou presque, d’évènements ou d’éléments qui puissent constater leur amitié (sauf le fait d’écrire qu’ils sont amis ! Peter fait ceci parce qu’il est ami avec Jonathan, bof !), il n’y a pas de complicité, il n’y a pas d’histoire commune, le peu qui est mentionné n’est pas développé. L’ami est juste présent dans le livre car Lévy en a besoin (besoin ?) pour des raisons de narration et d’organisation, Jonathan ne pouvant pas tout effectuer tout seul. Peter n’est même pas un faire-valoir digne de ce nom.

    * L’histoire d’amour avec Clara. Inintéressante au possible. Là on voit deux personnages qui courent après une peinture sans qu’à aucun moment une complicité ou une attirance ne se développe (et je ne parle pas du sexe)(l’auteur non plus) ; leurs discours ne présentent aucune émotion, ils sont neutres. On ne comprend pas ensuite pourquoi ils tombent amoureux l’un de l’autre (voir aussi ci-après). Pas désolé de le dire : même dans les romans à l’eau de rose on en dit et on en sait plus.

    * L’histoire d’amour dans la Russie du XIXe siècle. Je ne m’étendrai pas (je ne peux pas) tant elle est inexistante. Son absence ne permet donc aucun développement du thème principal.

    * La vie antérieure. C’est évidemment le point central de l’"oeuvre". N’y ai pas cru une seule seconde non plus. En avançant dans le livre, je me disais, mais nom de bleu ça vient quand cette histoire de vie antérieure ? Puis hop, tout d’un coup (et sur une seule page)(impaire, je me souviens !), vers les 2/3 ou 3/4 du bouquin, Jonathan et Clara s’avouent leur amour, et on ne s’est pas vus dans une autre vie par hasard ? et tout est lié à la peinture c’est fabuleux ?!?! Aucune progression dramatique, pas de déjà-vu pour allécher le lecteur, pas de clins d’oeil, pas d’allusions subtiles, pas de signes... Là c’est la plus grande déception je dois dire.

    * Les personnages. De manière générale, les personnages n’ont pas de squelette, ni de coeur, ni d’esprit, ni d’âme. Il n’y a pas de profil, pas de charme qui agisse sur le lecteur (que je suis)(j’en demande plus), auxquels on puisse se rattacher. Il n’y a pas de substance. (Remarquez que c’est aussi le point le plus faible du Da Vinci code.)

    * Les peintures de Radskin. Il me semble me souvenir qu’au début du livre il est fait allusion aux peintures dudit. Mais pas de description, rien ou quasiment rien au moment où cela aurait dû intervenir. Dommage. Ca vient plus tard dans le bouquin, de manière décevante, puisque seule une oeuvre est vraiment abordée dans le détail.

    * Le mariage prévu & sa future femme. Au début du livre, Jonathan va se marier dans quelques jours puis, hop, il quitte les States pour l’Europe et ne donne plus de nouvelles à sa future pendant plusieurs jours. Et elle, malgré sa forte personnalité et son dirigisme, elle ne se manifeste pas : pas cohérent, pas crédible. (Pas de rapport non plus avec ce que l’on apprend d’elle plus tard.)

    * Boston et les Etats-Unis. Franchement, vous modifiez tous les noms de lieu et le livre ni ne perd ni ne gagne ni ne change. Je n’ai absolument rien senti d’américain dans l’ambiance, dans les personnages, dans leurs comportements, dans la psychologie... Pareil pour tous les autres lieux visités.

    * Allez, j’allais presque avouer que la description du monde de l’art par Lévy était quelque peu séduisante même si pas totalement crédible, pour le peu que je connaisse évidemment ; il semble avoir fait des recherches, mais les a-t-il bien rendues ?

    En bref, ne pensez-vous pas que, si l’auteur avait développé les points ci-devant (et s’était moins appesanti sur les nombreux aller-retour fatigants entre ici et là), cela aurait pu donner un bon bouquin, car l’idée de départ est, je le concède, bonne. Bonne mais mal exploitée.

    J’ai de la peine à saisir comment un éditeur peut laisser passer tout cela. Je crois que, si les divers points ci-dessus avaient été observés, La Prochaine fois aurait pu devenir un bon roman. L’éditeur ne s’est pas foulé comme on dit, et on est allé au plus vite d’un point de vue commercial puisque Lévy est très porteur.

    Intéressante aussi est cette exploitation d’un certain merveilleux. Les autres Lévy, d’après renseignements pris, tâtent tous les râteliers. Il y a du fantôme dans Et si c’était vrai, du Dieu et Diable dans Sept jours pour une éternité, et les vies antérieures dans LPF. Où es-tu ? semble être plus naturel que les autres (j’adore d’ailleurs le mot de l’éditeur quant à ce Où es-tu ? "Et la vie va les écarter l’un de l’autre comme deux étoiles soumises aux lois de la gravitation", les écarter, gravitation ?! haha excellent !). Le surnaturel, un vrai fonds de commerce je vous dis.

    J’espère, pour ses lecteurs, que les autres Lévy sont meilleurs que celui-ci, mais La Prochaine fois ne m’a donné aucune envie d’en acquérir un. Lévy ne se prête pas vraiment à des lectures subtiles et construites.

    Merci de m’avoir lu jusqu’au bout.


    Répondre à ce message
    • réponse... 7 décembre 2004, par Marie

      Peur-être que cela semble idiot, mais avant d’avoir lu ce livre, je n’aimais pas lire, il m’a donner envie d’aller plus loin et de lire les autre. Là, je suis au début de "Où es tu ?"

      (...)


      Répondre à ce message
    • > La Prochaine fois 4 juin 2005, par marianaz
      Il est vrai que certains points evoqués dans ce message peuvent être considerées comme faiblesses de ce livre, mais il y a une puissance dans la description des certains idées et dans l’amour du peintre (dont je me demande toujours s’il existe ou pas, je ne demande qu’à voir le tableau de la dame en rouge ) qui a fait que je continuait à lire même en marchant dans la rue.
      Répondre à ce message
    • > La Prochaine fois 12 juin 2005, par bastet
      non seulement je vous ai lu jusqu’au bout, mais dois je ajouter que j’adhère à 100 pour cent à votre commentaire.
      Répondre à ce message
    • > La Prochaine fois 25 juin 2007
      je suis a 100% d’accord avec vous, j’en suis a la page 200 de ce livre et je n’y trouve aucun interet. ils courent dans tous les sens pour trouver un tableau et quand ils l’ont trouvé ils courent dans tous les sens (encore) pour l’authentifié. ou est cet amour passionnant ? ou est reellement la vie anterieur ? si de temps en temps par flashe quand il se touche ? mais levy decrit rien (enfin si les decors). honnetement je vais aller jusqu’au bout de ce livre il ne me reste que quelque pages mais franchement je l’ai trouvé (jusqu’a maintenant) ininteressant.
      Répondre à ce message
    • > La Prochaine fois 22 août 2007, par Albane

      Je réponds à ton commentaire car il m’a profndément fait rire. J’ai pris le temps de bien te lire rassures-toi. Mais laisses-moi te donner mon opinion. Et ainsi te proposer un débat sur ce livre que j’aime bien. Pas beaucoup mais bien.

      Le style : "Pas de remarque particulière. Le travail honnête d’un artisan. Sans plus, pas de personnalité, de spécificité, de charme, rien à se rappeler, pas d’envergure. J’ai lu pire." Tu as surment du lire pire ca oui étant donner que ce livre à du charme du à son histoire. En même temps si le thème de la peinture ne te plaît pas c’est toi que ca regarde.

      L’intrigue + le thème : "C’est là que le bât blesse. Beaucoup trop d’éléments décrédibilisent l’histoire, pas de véritable cohérence, n’ai cru à presque rien, je ne suis pas entré dans les personnages ni dans l’intrigue" Si tu pars avec des préjugés avant de le lire forcément tu ne peux pas rentré dedans. L’histoire n’est en aucun cas décrédibilisée ou alors donnes-moi des exemples parce que là je ne te suis pas. De plus forcément si tu ne crois pas aux vie antérieur forcément tu ne va pas te mettre dans l’histoire. Je te rappelle qe le romans sont aussi là pour divertir et pas seulement être véridique. Tu crois vraiment que les sorciers existe quand tu lis Harry Potter par exemple ? (ou utre chose dans un autre livre je ne sais pas c’est un exemple)

      L’amitié : "Jonathan a un meilleur ami, Peter. Je n’y ai pas cru une seule seconde. Il n’y a jamais, ou presque, d’évènements ou d’éléments qui puissent constater leur amitié (sauf le fait d’écrire qu’ils sont amis ! Peter fait ceci parce qu’il est ami avec Jonathan, bof !), il n’y a pas de complicité, il n’y a pas d’histoire commune, le peu qui est mentionné n’est pas développé. L’ami est juste présent dans le livre car Lévy en a besoin (besoin ?) pour des raisons de narration et d’organisation, Jonathan ne pouvant pas tout effectuer tout seul. Peter n’est même pas un faire-valoir digne de ce nom." Je ne suis pas d’accord avec toi une fois de plus. Peter est très utile à Jonathan car comme tu l’as si bien dit toi même il ne peut pas tout faire tout seul !! De plus quand tu as des amis tu n’es pas obligé d’avoir des points communs avec eux. Tu les aimes bien, tu aimes discuter ou avoir des débats avec eux, etc... Tu n’es pas forcé d’avoir des relations hyper étroite même s c’est ton meilleur ami. Je te signale égallement que ton pire ennemis peut-être ton melleur ami car il peut t’aider surment plus qu’un ami ! Après chacun son avis

      L’histoire d’amour avec Clara : "Inintéressante au possible. Là on voit deux personnages qui courent après une peinture sans qu’à aucun moment une complicité ou une attirance ne se développe (et je ne parle pas du sexe)(l’auteur non plus) ; leurs discours ne présentent aucune émotion, ils sont neutres. On ne comprend pas ensuite pourquoi ils tombent amoureux l’un de l’autre (voir aussi ci-après). Pas désolé de le dire : même dans les romans à l’eau de rose on en dit et on en sait plus." De une as-tu vraiment lu un roman à l’eau de rose ? De deux l’amour est présent avec des marques subtiles. Juste un exemple : page 91, début chapitre 4 si tu n’as pas la même édition que moi :Il veut envoyer une lettre à Anna et commence comme ca : "CLARA, J’ai tenté de te joindre chaque soir mais sans succès. TU DEVRAIS REENREGISTRER L’ANONCE SUR NOTRE REPONDEUR etc..." Preuve qu’il tombe amoureux d’elle !! relis le livre il y en a surmet d’autre !!

      L’histoire d’amour dans la Russie du XIXe siècle : "Je ne m’étendrai pas (je ne peux pas) tant elle est inexistante. Son absence ne permet donc aucun développement du thème principal." Elle arrive après ton histoire d’amour dans la russie antérieur !! As-tu lu le livre jusqu’au bout ?

      La vie antérieure : "C’est évidemment le point central de l’"oeuvre". N’y ai pas cru une seule seconde non plus. En avançant dans le livre, je me disais, mais nom de bleu ça vient quand cette histoire de vie antérieure ? Puis hop, tout d’un coup (et sur une seule page)(impaire, je me souviens !), vers les 2/3 ou 3/4 du bouquin, Jonathan et Clara s’avouent leur amour, et on ne s’est pas vus dans une autre vie par hasard ? et tout est lié à la peinture c’est fabuleux ?!?! Aucune progression dramatique, pas de déjà-vu pour allécher le lecteur, pas de clins d’oeil, pas d’allusions subtiles, pas de signes... Là c’est la plus grande déception je dois dire." D’abord tu n’as aucun droit de mettre le mot oeuvre entre guillemets !! Tu n’aimes pas c’est tes goûts !! Mais ne les impose pas aux autres s’il te plaît ! Et bien sur que si il y a des impressions de déjà vu !! T’as sauté des lignes ou quoi ? Chapitre 3 page 72 si tu as mon édition "L’impression d’avoir déjà rencontré Jonathan était devenue obsédante." ou même au chapitre 2 avec la femme aux cheveux argenté qui fait une allusion aussi. Trop subtil pour toi peut-être ?

      Les personnages : "De manière générale, les personnages n’ont pas de squelette, ni de coeur, ni d’esprit, ni d’âme. Il n’y a pas de profil, pas de charme qui agisse sur le lecteur (que je suis)(j’en demande plus), auxquels on puisse se rattacher. Il n’y a pas de substance. (Remarquez que c’est aussi le point le plus faible du Da Vinci code.)" Lorsqu’un personnage a une passion, il a forcément une âme !! La peinture est la passion des personnage principaux !! Il y en a d’autre relis et cherche bien avant de dire n’importe quoi !

      Les peintures de Radskin : "Il me semble me souvenir qu’au début du livre il est fait allusion aux peintures dudit. Mais pas de description, rien ou quasiment rien au moment où cela aurait dû intervenir. Dommage. Ca vient plus tard dans le bouquin, de manière décevante, puisque seule une oeuvre est vraiment abordée dans le détail" Si les peintures ont disparus comment veux-tu que Jonathan les décrivent ? Quand à la femme en rouge je te rappelle que c’est l’oeuvre principal de ce peintre imaginaire ! D’ailleurs en parlant de ca, il a bien fait de prendre un peintre fictif ! Combien de gens sont devenus complètement fou après l’oeuvre du Da Vinci Code ? Moi j’en connais certain et je peux te dire que c’est pas super !!

      Le mariage prévu & sa future femme : "Au début du livre, Jonathan va se marier dans quelques jours puis, hop, il quitte les States pour l’Europe et ne donne plus de nouvelles à sa future pendant plusieurs jours. Et elle, malgré sa forte personnalité et son dirigisme, elle ne se manifeste pas : pas cohérent, pas crédible. (Pas de rapport non plus avec ce que l’on apprend d’elle plus tard.)" C’est dans son travail. il dois quitter les States pour son boulot !! Il y a certains emplois comme ca où tu ne peux pas rester chez toi à attendre que ca se passe !! Il donne pas de nouvelle à sa douce et alors ? Y a plein de mecs comme ca qui ne donnent aucune nouvelle pendant plusieurs jours, semaines voir mois !! Et heureusement qu’elle ne l’appelle pas à son boulot !! T’imagine l’horreur entre le décalge horraire, le prix du téléphone en dehors de son pays, plus Jonathan qui travaille !! Replace n peu dans la réalité aussi !! Il faut savoir laisser de côté l’imaginaire quelque fois !! Visiblement avec toi c’est tout ou rien !!

      Boston et les Etats-Unis : "Franchement, vous modifiez tous les noms de lieu et le livre ni ne perd ni ne gagne ni ne change. Je n’ai absolument rien senti d’américain dans l’ambiance, dans les personnages, dans leurs comportements, dans la psychologie... Pareil pour tous les autres lieux visités." T’es pas obligé d’avoir la psychlogie américaine parce que tu vis en Amérique !! Ca t’arrive de lire des utopies où un être "déviant" va tout chambouler ?? Et heueusement qu’il n’y a pas trop de lieu !! Tu imagines un peu faire toute les villes du monde en moins d’un mois ?

      "En bref, ne pensez-vous pas que, si l’auteur avait développé les points ci-devant (et s’était moins appesanti sur les nombreux aller-retour fatigants entre ici et là), cela aurait pu donner un bon bouquin, car l’idée de départ est, je le concède, bonne. Bonne mais mal exploitée." Une chose à dire puisque t’es si fort et si malin fais mieux !!

      "J’ai de la peine à saisir comment un éditeur peut laisser passer tout cela. Je crois que, si les divers points ci-dessus avaient été observés, La Prochaine fois aurait pu devenir un bon roman. L’éditeur ne s’est pas foulé comme on dit, et on est allé au plus vite d’un point de vue commercial puisque Lévy est très porteur." Lévy est très porteur je te le conscède mais ce roman représente tout à fait son univers à lui !! Un univers personnel qu’il s’est créer Ce roman reste dans l’imaginaire et les hypothèses. Après tout Qu’est-ce qui te dis qu’il ne se passe rien après la mort hein ? Mi je n’y crois pas non plus mais je respecte les rêves qu’on les gens pour se rassurer de certaines choses qui leurs font peur !!

      Au faite juste pour ton information personnelle !! Et si c’était vrai n’est pas un roman où il y a des fantômes ! Un fantômes c’est quelque chose qui a eu une enveloppe charnelle et qui ne l’a plus. Lauren a toujours son enveloppe charnelle elle est juste dans le coma !! Quand a "écarter" et "gravitation" mon cher on appelle ca un paradoxe !!

      Quand aux lectures subtiles et construites je te répète ce que je t’ai dit plus haut : Fais mieux. Va chez un éditeur vends ton bouquin, donnes moi le titre et je reviens pour te dire comment il est ton bouquin !!

      Je te remercie de m’avoir lu et j’attends ta réponse avec une grande impatience !!


      Répondre à ce message
  • > La Prochaine fois  13 novembre 2004
    Encore une fois Marc levy nous transporte. Le texte est clair, précis. Les personnages sont attachants. Dommage qu’il soit un peu court.
    Répondre à ce message
  • > La Prochaine fois  9 novembre 2004, par Isabelle
    Il est vrai qu’il faut du temps pour rentrer dans l’histoire. J’ai eu l’impression de lire un scripte plutot qu’un roman. Il ne me manquait plus que l’ecran lors de ma lecture. J’ai trouve la fin tres belle. Cependant je ne suis pas sure d el’avoir comprise...Ce jeune couple....sont ils Jonathan et Clara ? Et que dit cette lettre ? Je voudrais bien une opinion...
    Répondre à ce message
    • > La Prochaine fois 9 novembre 2004, par Goussot Vincent
      oui c’est clara et jonhatan. Il revienne après et cette lettre est de son amis peter. La principale idée de se roment c’est la continuation des sentiments a travers les temps  :-)
      Répondre à ce message
    • > La Prochaine fois 27 mars 2005, par Dodo
      Ce qui dit cette lettre tu le retrouves tut au début du livre.
      Répondre à ce message
  • > La Prochaine fois  4 novembre 2004, par Vincent Goussot
    j’ai lu cette oeuvre majeur qui est a mes yeux l’une des plus importantes de ce siecle monsieur levy écrit de manière telement claire et consi que l’on rentre dans l’histoire très vite et quand on y est entré on a plus envie d’y sortir. EN effet, le peintre de monsieur levy est telement bien décrit que j’ai cru l’espace d’un moment qu’il existait vraiment. Et mis a par cela lidéologie de la durée des sentiments a travers les temps est remarcablement bien faite et boulversante. en d’autre terme je vous le conseille vivement aller l’acheter. Et vous que ferai vous la prochaine fois !!!
    Répondre à ce message
  • la prochaine fois  19 septembre 2004, par helene
    j’ai lu toute les critique les bonnes et les mauvaises et je tenais a vous faire par de mon avis personnel. Je ne suis pas une grande lectrice. je n’aime pas lire et je n’aime toujours pas. cependant je tenais a remercier l’auteur pour ce merveilleux travail cette histoir d’amour est surement unique et elle fait réver, j’imagine également traverser les temps avec un ame a mes coté. je me suis attaché aux personnage pendand ma lecture et j’ai pleuré vers la fin du livre. je ne sais pas trop comment mexprimé c’est un peu confut alors j’en resterai là. merci de me faire réver.
    Répondre à ce message
    • > la prochaine fois 4 novembre 2004, par Vincent Goussot
      je te comprend complètement moi aussi j’ai été boulverser a la fin du livre !!! car on s’atache vraiment a clara et jonathan !!! frenchement remercion tous Monsieur Levy pour cette oeuvre extraordinaire
      Répondre à ce message
  • > La Prochaine fois  17 septembre 2004
    Bonjour ! J’ai lu les trois précédents livres de Marc Levy, c’est un génie ! C’est le seul auteur qui me transporte. Je voudrais avoir "La prochaine fois", mais j’attends qu’il sorte en livre de poche. Le problème c’est que cela fait longtemps que j’attends, et que je n’ai aucune idée de la date de sortie. Donc si quelqu’un la connait, merci de répondre à ce message. Vivement les autres livres !
    Répondre à ce message
  • > La Prochaine fois  14 septembre 2004
    J’ai beaucoup aimé ce livre et j’ai été très ému par la fin du livre, autant par l’histoire d’amour que par la relation d’amitié entre Jonathan et Peter. J’aimerais offrir ce livre à un ami qui ne parle pas Français. Savez vous si il exite une traduction en Anglais ?
    Répondre à ce message
    • > La Prochaine fois 14 septembre 2004, par bastet
      il n’y a que "et si c’était vrai" qui a été traduit en anglais.
      Répondre à ce message
  • > La Prochaine fois  5 août 2004
    J’ai beaucoup aimé ce livre,tout comme les autres livres de Marc Lévy.(Je trouve qu’il y a toujours le meme style mais que l’histoire arrive a differer vraiment).Cependant,une question me reste sans réponse :Vladimir Radskin existe t-il vraiment ?J’ai fais une recherche sur internet mais je n’ai pas obtenu de réponse...
    Répondre à ce message
    • > La Prochaine fois 6 septembre 2004
      ce livre m’a envoutée et moi aussi je m’interroge :RADSKIN existe -t-il ?(en tous cas aucun tableau n’est connu à ce nom au musée de l’ermitage)Quel est le tableau de la couverture ?
      Répondre à ce message
      • > La Prochaine fois 6 septembre 2004, par bastet

        Vladimir RADSKIN est un pur produit de l’imagination de Levy. La manière dont celui-ci a raconté son histoire fait croire au lecteur que Radskin a réellement existé.

        Un peintre toutefois pourrait être assimilé à Radskin et être à la source de l’inspiration de Levy. Il s’agit d’un certain KIPRENSKI (peintre de la fin du 18ème, début 19ème siècle), qui comme le personnage du bouquin n’a peint qu’un seul tableau avec une femme intitulé "Portrait d’E.S. Adoulina". Kiprenski est célèbre pour ses portraits et pour être à l’origine d’une nouvelle conception du portrait. Comme le peintre du roman, Kiprenski commença sa vie d’artiste en dessinant des portraits au crayon dans les foires et les restaurants. Kiprenski a peint peu de toiles à l’huile, même lorsque sa réputation fut établie ; il a surtout travaillé à Moscou et St-Petersbourg ; il a aussi vécu en Italie.

        La peinture en page de couverture "Jeune femme à la robe rouge", il semblerait que ce soit un montage. Cela ressemble en tout cas à une peinture de Degas, où l’on voit également une jeune femme dans la même position que cette jeune femme en robe rouge. Dans la peinture de Degas, elle est de dos et en bleu, exactement dans la même pose que celle de la couverture. Que dit la mention en couverture ?


        Répondre à ce message
    • > La Prochaine fois 14 septembre 2004, par bastet
      voir un peu plus bas dans ces messages à propos du livre : Radskin n’a jamais existé, il sort tout droit de l’imagination de marc levy.
      Répondre à ce message
  • > La Prochaine fois  30 mai 2004
    Ce livre est vraiment une pure merveille, je l’ai dévoré un matin, et je crois que c’est mon preféré, meme en ayant lu tous les autres. Voyage au coeur d’une histoire et de l’Histoire d’un peintre, il est difficile de distinguer le réel du fictif tellement c’est bien écrit, roman d’amitié et d’amour, enigme, ce livre est plein de rebondissements, a ne pas rater !!!
    Répondre à ce message
  • > La Prochaine fois  17 avril 2004

    Ce livre je l’ai dévoré, une envie folle de le terminer, dès les premières pages tournées... L’histoire est simple et belle à la fois, pour se compliquer et rebondir pour notre plus grand plaisir...on est emporté de Boston à Londres, au gré de l’intrigue et des émotions de Jonathan et Clara. C’est du cristal, c’est frais et pur, cette histoire m’a transporté et ému...parce qu’il y aura probablement, quoiqu’il arrive, " une prochaine fois "...l’amour restera toujours le plus fort, et ce malgré le temps qui passe, pour l’éternité !

    Merci Alain C.


    Répondre à ce message
  • > La Prochaine fois  3 avril 2004, par bastet

    Je continue à penser que Marc Levy a adapté le thème des essais du psychiatre Brian Weiss sur les "Ames soeurs" qui se retrouvent à travers les siècles et leurs différentes existences, ce qui n’enlève rien sans doute à l’intérêt de ce livre, que je lirai certainement lorsqu’il paraîtra en poche.

    Personnellement j’ai tendance à qualifier Marc Levy du plus "américain" des auteurs français, car il a le même style superficiel et léger de certains auteurs outre-Atlantique.


    Répondre à ce message
    • > La Prochaine fois 11 juin 2004
      Je suis passionnée par ce thème de l’amour à travers les âges. Comment est-il possible de se procurer ces fameux essais "Les ames soeurs" de Brian Weiss ?
      Répondre à ce message
      • > La Prochaine fois 12 juin 2004, par bastet
        il est paru en poche-j’ai lu, les petits livres de la série "l’aventure secrète"
        Répondre à ce message
  • > La Prochaine fois  2 avril 2004, par cha
    Je suis en train de lire ce livre. Et je suis tout à fais d’accord avec votre critique. J’ai mis pas mal de temps pour rentrer dans cette histoire. Mais au fur et à mesure que l’on avance dans les pages de ce livre, ces deux passionés de peinture nous font découvrir un peintre que l’on a envie de connaitre autant qu’eux. Je trouves que c’est là la magie de l’oeuvre de Lévy. Merci à lui de nous faire toujours autant voyagé dans son univers, partagé entre réalité et imaginaire. C’est magique.
    Répondre à ce message
    • > La Prochaine fois 29 mai 2004
      moi je l ai trouver bien trop cour ce livre l histoire est bien mais je trouve ca un peu superficiel pas assez aprofondi masi c tro beau quan meme
      Répondre à ce message