La Nuit du Sérail de de GrèMichel ce

Le lundi 9 août 2004 par Sheherazade

Nakshidil, Sultane-validé, a eu un destin hors du commun dont elle a de merveilleux souvenirs ; à présent que la voilà proche du terme de son existence, elle a envie de parler de cette vie.

Née Aimée Dubuc de Rivery en 1776 à Pointe-Royale en Martinique, elle partage la vie insouciante de "Yéyette" sa cousine. Un soir, elles décident de rendre visite à la mama-vaudou, un peu jeteuse de sorts, un peu diseuse de bonne aventure. A l’une des gamines, elle prédit qu’ "elle sera plus que reine" et Marie-Rose Josèphe Tascher de la Pagerie entrera dans l’histoire sous le nom de l’Impératrice Joséphine. A Aimée, la voyante prédit qu’elle sera aimée par un roi puissant d’un pays lointain.

Envoyée dans la France d’avant la Révolution afin de parfaire son éducation, la petite Créole de 15 ans est enlevée sur la route du retour par les corsaires ayant naufragé le bateau qui la ramène en Martinique. Esclave, elle est offerte en cadeau au Sultan Abdul Hamid. Dans le Sérail de Topkapi, Aimée devient Nakshidil. Elle est furieuse d’être enfermée dans un harem et ne peut se résigner à n’être qu’un simple objet de plaisirs, comme ses compagnes se jalousant, parfois mortellement, passant leurs journées à cancaner et se gâver de nourritures sucrées, sans avoir à penser.

Nakshidil finit par se prendre d’affection por le vieux Sultan et va, petit à petit, imposer son opinion jusqu’à en venir à jouer un rôle politique en devenant sa conseillère. A la mort, le sultan Selim III monte sur le trône ; il aime la petite Sultane qui lui rend cet amour, qu’il faut garder secret. Une fois encore elle jouera ce rôle de conseillère, incitant le nouveau sultan à adopter certaines réformes et abolir certaines coutumes désuètes, ce qui n’est pas du goût des conservateurs dérangés par ce "modernisme". Ils déposent Selim et mettent son cousin sur le trône. S’en suivent alors pour la jeune femme des années de disgrâce mais l’assassinat du cousin la ramène au premier plan, car Mahmud II, son fils adoptif, devient sultan et Nakshidil sera Sultane-validé, un titre des plus honorifiques.

La Nuit du Sérail, paru en 1985, est ce que je qualifie de typique roman de vacances grâce au décor qui projette le lecteur dans l’Istambul du 18ème siècle, sur le Bosphore, dans le Grand Bazar ou dans le Sérail du palais de Topkapi. On assiste à des incendies, on croise des populations hautes en couleur dans l’ancien Empire ottoman. Le roman est riche en complots, guerres, meurtres, jalousies et intrigues amoureuses ; il apporte une vue intéressante sur la vie au Harem, comment vivaient ces femmes enfermées à jamais, tentant par tous les moyens d’attirer les faveurs du sultan afin de mener une vie plus heureuse que leurs consoeurs tombées en disgrâce puis oubliées, recluses et esclaves. On peut toutefois reprocher quelques longueurs au livre compte tenu des nombreux détails, mais le dépaysement est garanti.

Il n’est pas totalement certain que l’histoire d’Aimée Dubuc de Rivery, devenue la 4ème Kadin de l’empereur ottoman et ayant adopté l’enfant d’une autre épouse, telle que nous la conte Michel de Grèce soit rigoureusement exacte, même s’il est vrai que des sources turques attestent que la sultane Nakshidil était bien d’origine créole, conservant sa propre religion et la transmettant à son fils.

Entre vérité historique et légende, La Nuit du Sérail est un joli voyage dans le temps et l’espace, écrit par un conteur hors-pair.


  • La Nuit du Sérail  29 juillet 2012, par laliberte
    j’aimerais beaucoup une copie de ce roman ;d’après les lecteurs, c’est un suspence que j’aimerais bien vivre.
    Répondre à ce message
  • La Nuit du Sérail  14 septembre 2008, par JP_en_Turquie
    le livre que j’ai le plus aime depuis tres longtemps. Merci Michel de Grece. Je suis arrive en Turquie recement et je trouve ce pays fascinant. Et pourtant j’en ai deja vu 60 autres (pays) ! JP
    Répondre à ce message
  • La Nuit du Sérail  25 juin 2008
    Fabuleuse histoire d’amour,roman très riche en evenements historiques,je viens de le finir et j’en suis toute bouleversée,bravo Michèle de Grèce,et donnez-nous en d’autres comme ça.
    Répondre à ce message
    • La Nuit du Sérail 25 juin 2008
      c’est encore moi,je voudrais savoir chère Michel de Grèce est ce que les détails de votre histoire sont tirées des mémoires de la sultane Nakshidil ou est-ce le fruit de votre imagination.
      Répondre à ce message
    • La Nuit du Sérail 14 septembre 2008, par JP_en_Turquie
      tout a fait d’accord avec vous chere Sheherazade. Votre message date du 09/08, savez-vous que c’est le jour de la St Amour ? C’est d’ailleurs ma date de naissance. Moi aussi j’ai adore, tout dans ce merveilleux bouquin. J’ignorais tout de ce pays dans lequel je viens d’arriver pour y passer plusieurs mois. Bien a vous. JP
      Répondre à ce message
  • > La Nuit du Sérail  30 octobre 2004
    Un livre hors du commun, un beau destin de femme, une fois que l’on a commencé ce magnifique livre, on est tellement plongé dans cette belle histoire, qu’on le lit en une seule traite. A lire impérativement.
    Répondre à ce message