La Nuit de l’oracle de Paul Auster

La Nuit de l’oracle

Le dimanche 25 avril 2004 par Vincent

Encore un roman de Paul Auster... Oui, mais l’auteur new-yorkais réussit à nous surprendre de nouveau et à nous envouter en laissant une plus grande place à l’amour des femmes et des mots.

"Après un long séjour à l’hôpital, l’écrivain Sidney Orr est de retour chez lui." nous dit la 4è de couverture du nouveau roman de Paul Auster. Tout au long de 238 pages, deux thèmes s’entrecroisent : le pouvoir de l’écriture, l’amour. Et finalement, le premier n’est-il pas soutenu par le second ?

Comme souvent chez Paul Auster, le narrateur est en situation de faiblesse : physiquement (il vient de surmonter un terrible accident), mentalement (comment retrouver l’inspiration), économiquement (le coût des soins hospitaliers va l’endetter pour 300 ans !). Il doit se reconstruire, retrouver un sens. Bien heureusement, sa femme est là, qui l’encourage et le rassure.

Au fil d’une de ses marches thérapeutiques, il va acheter un carnet bleu qui va lui apporter une inspiration soudaine. Cependant, l’histoire que va recueillir ce carnet ne vont pas être sans influence sur l’existence du narrateur et de ses proches...

Jusqu’ou l’écriture peut-elle influencer l’avenir . Peut-elle provoquer les évènements ? Ce thème très austérien trouve dans "La nuit de l’oracle" une très juste illustration. La magie est d’autant plus forte qu’Auster a su y ajouter une "intrigue" amoureuse, ce qui était plutôt rare chez lui.

Pour résumer, "La nuit de l’oracle" est un roman qui comblera les lecteurs de Paul Auster et qui a le pouvoir d’en convertir de nouveau. Un très bon cru.