La Musique d’une vie de Andreï Makine

La Musique d’une vie

Le jeudi 19 août 2004 par Mario_Heimburger

Le narrateur attend son train pour Moscou. Dans une salle attenante, il suprend un homme jouant silencieusement du piano, effleurant les touches. Cet homme lui contera sa vie, dans le train : son premier concert manqué, l’arrestation de ses parents par Staline, sa fuite en avant, droit dans la guerre, ses frustrations et ses peurs.

Très beau roman qui illustre le principe énoncé par l’auteur de "l’homo sovieticus" : un homme qui traverse les drames, résigné, et qui finira presque par y trouver une étincelle de bonheur. Au passage, une fresque des années noires vues par un regard différent, qui ne porte pas de jugement, mais se contente de témoigner.

Un petit livre (130 pages), qui se lit comme on écoute un conteur, d’abord incrédule, puis pensif.


  • > La Musique d’une vie  20 août 2004, par bastet
    "La musique d’une vie" est l’un de ces livres qu’il est impossible de lâcher dès qu’il est entamé ; il vous entraîne au bout de certaines illusions ; on a l’impression qu’il y a peu d’espoir dans l’homme après cette lecture, même si l’auteur essaie de ne pas porter de jugement, de rendre un simple témoignage.
    Répondre à ce message