La Loi des Mâles de Maurice Druon

La marche vers la couronne de Philippe le Long

La Loi des Mâles

Le lundi 20 octobre 2003 par Dadoo

A la fin des Poisons de la Couronne on avait laissé Louis X le Hutin mourir, empoisonné. La monarchie française se retrouvait donc dans une situation peu enviable : l’héritier était un enfant faible et presque mourant, la reine Clémence se demandait pourquoi elle avait quitté sa belle ville de Naples. La dynastie capétienne souffre et son arbre généalogique s’en ressent...

Pour ne rien arranger les prétendants à la Régence ne manquent pas : Charles de Valois, l’Oncle du Roi défunt et frère turbulent de Philippe le Bel, Philippe son neveu en voyage à Avignon pour faire un pape, la Duchesse de Bourgogne, fille de Saint-Louis qui veut faire valoir les droits de Jeanne la fille de Louis X dont la naissance fut volontairement entachée d’un doute...

Philippe de Valois, assisté par la sinistre comtesse Mahaut d’Artois va manœuvrer tout ce petit monde pour se faire nommer régent puis, à la mort bien à propos du petit Roi se faire couronner.

Pour cela il va faire forger la célèbre Loi Salique, gigantesque imposture juridique qu’étudieront tant d’élèves par la suite. La Loi des Mâles c’est cette loi qui interdit de couronner une Reine et qui étendue fort à propos interdira même que la couronne transite par une Reine pour ne pas couronner le Roi d’Angleterre de la couronne de France.

La Loi des Mâles est une petite pause dans cette course à la catastrophe que constitue l’œuvre de Druon. Philippe le Long est le digne descendant de son père Philippe le Bel et il va tenter de reconstituer ce que Louis le Hutin a si rapidement dilapidé. Son amitié avec le Pape qu’il a fait lui permettra en plus de s’assurer du concours de l’Eglise.

Hélas la malédiction des templiers n’est pas terminée et reprendra son cours en s’appuyant (comble de l’ironie) sur ce qui a permis au bon Roi de régner...