La Littérature sans estomac de Pierre Jourde

La Littérature sans estomac

Le vendredi 12 juillet 2002

L’excellent La littérature sans estomac nous livre les petits secrets de fabrications de l’industrie du roman, Sollers le libertin des mémères et son lobbie du Monde des Livres qui règne sans partage sur l’inculture parisianiste, Pascale Roze et son roman zéro, Angot la pauvre et ses histiores, Darrieusseq comme son nom l’indique, Nothomb, etc...

Salutaire, mille fois.

Présentation de l’éditeur

Par calcul ou par bêtise, des textes indigents sont promus au rang de chefs-d’œuvre. Leur fabrication suit des recettes assez simples. Pierre Jourde en donne quelques-unes. Il montre comment on fait passer le maniérisme pour du style et la pauvreté pour de la sobriété. Cette " littérature sans estomac " mélange platitudes, niaiseries sentimentales et préoccupations vétilleuses chez Christian Bobin, Emmanuelle Bernheim ou Camille Laurens.

Il existe aussi des variétés moins édulcorées d’insignifiance, une littérature à l’épate, chez Darrieussecq, Frédéric Beigbeder ou Christine Angot. La véhémence factice y fait proliférer le cliché. Ce livre renoue avec le genre du pamphlet et s’enthousiasme pour quelques auteurs qui ne sont pas des fabricants de livres, mais des écrivains.