La Lionne blanche de Henning Mankell

la 3ème des 9 enquêtes de Wallander

La Lionne blanche

Le jeudi 15 avril 2004 par Sheherazade

Nelson Mandela fut libéré en 1990 après 30 années d’incarcération politique pour avoir défendu la cause des Sud-Africains noirs. Une majorité d’Afrikaners blancs n’accepta pas cette décision et considéra même le président de Klerk comme traître à la cause blanche. Certains Afrikaners décidèrent de boycotter la situation et se mirent à envisager une guerre civile qui plongerait l’Afrique du Sud dans un bain de sang.

Pendant ce temps, à Ystad en Skanie (Suède du Sud), l’inspecteur en chef Kurt Wallander est chargé de l’enquête sur la disparition de Louise Akerblom, agent immobilier, épouse et mère aimante. Rien ne permet d’imaginer qu’elle puisse avoir quitté sa famille à laquelle elle était toute dévouée ; de plus tous ceux qui l’ont vue pour la dernière fois, le jour de sa disparition, s’entendent tous à déclarer que la jeune femme était gaie et détendue. Le dernier message laissé à son époux sur le répondeur de l’agence disait qu’elle avait une dernière maison à voir, un nouveau contrat à mettre sur le marché. Et depuis 3 jours, plus rien.

L’inspecteur et son équipe vont enquêter parmi les connaissances du couple et auprès de la communauté méthodiste à laquelle ils appartiennent. Certains indices vont d’abord orienter Wallander vers le mari, mais petit à petit, il va se rendre compte que Louise Akerblom a probablement vu quelque chose qu’elle n’aurait pas dû, le jour où elle partit dans la campagne. Et malgré les espoirs de la famille et des amis, pour lui il ne fait aucun doute que Louise est morte. Il va falloir à présent trouver le coupable et là, Wallander se rend compte qu’il a mis la main dans une nid de guêpes. Les ramifications de son enquête vont l’entraîner bien plus loin dans les méandres de la politique mondiale et il va lui falloir déjouer un complot de grande échelle. L’inspecteur va se retrouver dans une situation qui le dépasse souvent et qui le mèneront même au découragement et à la dépression.

Présenté erronément comme LA TOUTE NOUVELLE ENQUETE de Wallander par la publicité du roman, écrit en réalité en 1993 et seulement paru récemment en anglais et français, ce roman est en fait le 3ème des 9 enquêtes de Wallander ; au départ cela agace un peu en raison de la chronologie familiale : son père vit toujours et est sur le point de se marier avec sa jeune femme de ménage, et on retrouve les rapports difficiles entre père et fils. Wallander est toujours aussi humain, donc proche des gens autour de nous, parfois un peu trop d’ailleurs.

Ce premier moment d’agacement passé, on plonge totalement dans l’enquête qui est passionnante. Parallèlement à celle-ci, on découvre des implications politiques (un thème cher à Mankell), et on suit pas à pas la situation en Afrique, avec de magnifiques descriptions de personnages et de lieux. On sent que l’auteur aime sa nouvelle patrie. The White Lioness est à lire tout d’abord comme un formidable document, qui se place même avant l’enquête policière. On replonge dans la situation sud-africaine avec intérêt car, bien que les choses aient changé depuis la parution du roman, tout ceci reste d’une grande actualité.


  • > La Lionne blanche  15 avril 2004, par Dadoo

    Ouh comme ça doit être énervant de voir la chronologie bouleversée alors qu’on s’attend à connaître la suite des aventures de notre inspecteur suédois préféré...

    Décidément les éditeurs sont prêts à nous faire prendre des vessies pour des lanternes quand il s’agit de vendre quleques livres de plus !


    Répondre à ce message
    • > La Lionne blanche 15 avril 2004, par bastet
      c’est vrai, j’ai réagi ainsi lorsque j’ai entamé le livre, mais très vite j’ai été "engloutie" dans l’histoire, qui est (je me répète) un formidable document politique. Lis-le vite vite, tu ne le regretteras pas un seul instant
      Répondre à ce message