La Forêt des renards pendus de Arto Paasilinna

La quête de tranquilité d’un malfrat rangé des voitures

La Forêt des renards pendus

Le mercredi 28 janvier 2004 par Dadoo

Rafael Juntunen a abandonné sa carrière de petit voleur du dimanche en organisant le casse d’un stock d’or venant d’Australie. Son idée était simple : prendre des complices pas trop malins qui accepteraient d’aller croupir en prison quelques temps et éparpiller les lingots d’or en espérant que les autorités ne les retrouvent pas tous... et ça marche ! Le voilà à la tête d’une petite fortune pendant que ses acolytes sont gentiment en prison.

Il prend goût aux avantages de la fortune et vie dans le luxe jusqu’au moment ou ses anciens complices sont libérés de prison. Il ne souhaite plus partager le magot et se retrouve forcé de prendre le maquis. Il se déniche un petit coin tranquille dans le grand Nord et s’y installe avec un ancien militaire finlandais alcoolique.

Ce petit coin tranquille, la forêt du titre, va voir la vie de deux hommes étranges s’organiser gentiment à l’abri de la société. Comme d’habitude, Paasilina nous dresse le portrait d’être humains un peu loufoques recherchant le calme et que la société s’ingénie à embêter. Les dialogues et les situations sont vraiment très drôles, on passe vraiment un bon moment avec ces deux hommes au fin fond de la Laponie.

J’ai trouvé ce livre dans une bibliothèque d’hôtel dans un coin perdu du Guatemala. Quel bonheur de lire du Paasilina à l’autre bout du monde alors qu’il pleut des cordes dehors !