La Fille du temps de Josephine Tey

La Fille du temps

Le jeudi 20 mai 2004 par Sheherazade

Immobilisé sur un lit d’hôpital, Alan Grant, inspecteur au Yard, s’ennuie ferme ! Et râle parce que les seuls livres que lui offrent collègues et amis sont des livres policiers ! Comme si les élucubrations des polars présentaient un quelconque intérêt pour un inspecteur de police !

L’une des qualités de l’inspecteur est la physionomie des prévenus qu’il observe au cours de ses enquêtes, pas de manière très scientifique, mais plutôt par instinct. Cela donne à son amie Marta, comédienne, l’idée de lui apporter une série d’illustrations de personnages célèbres suspectés de crimes qui ne furent jamais prouvés. Du coup, notre "inspecteur scrogneugneu" en redevient presque souriant.

Parmi ces illustrations figure celle de Richard III, surnommé "Le Monstre" par quasiment toute l’Angleterre et notamment dans les manuels d’histoire pour avoir fait assassiner les enfants d’Edouard dans la Tour de Londres. Et la pièce de Shakespeare n’a rien arrangé évidemment.

Or Shakespeare devait son aisance matérielle à Elisabeth Ière d’Angleterre, née Tudor, et les Tudor étaient les ennemis mortels des Lancastre, famille de Richard III. Pour l’inspecteur Grant, le visage de Richard III n’est pas celui d’un monstre, mais d’un homme qui a beaucoup souffert, non seulement physiquement mais aussi moralement. Physiquement en raison de la polio qu’il contracta dans son enfance ; et moralement, parce que sa mère le repoussait à cause de cette infirmité.

Grant décide donc de mener, de son lit d’hôpital, une enquête à travers le temps, aidé par un jeune Américain, étudiant en Histoire qui effectuera la liaison entre les bibliothèques et la chambre du malade. Réuniront-ils suffisamment d’incides pour disculper l’ancien roi d’Angleterre parmi les vraisemblances et les invraisemblances des archives et manuels historiques ?

Josephine Tey se fit traiter de "vieille écossaire toquée" lorsque le livre fut publié dans les années 50 ; il suscita une forte polémique car les Anglais n’aiment pas que l’on touche à leurs idoles, or les Tudor sont les "chouchous" de l’histoire d’Angleterre.

Ce polar historique est en tout cas un amusant retour dans le passé, une sorte de voyage dans le temps qui tente d’expliquer que tout historien a sa vision personnelle des faits, vision liée à l’époque à laquelle il vit. Shakespeare - écrivain de talent - ne fut jamais un historien, la vérité historique lui importait peu ; il s’inspirait de faits historiques ou mythologiques pour inventer ses pièces de théâtre et ne cherchait nullement à prouver leur véracité.


  • La Fille du temps  19 décembre 2007
    Un peu complique pour un Francais qui ne connait pas bien l’histoire anglaise mais tout de meme interessant car remet totalement en cause l’image historique de Richard III avec des arguments massues !. Il est dommage qu’il n’y ait pas de preface ou de commentaires pour permettre de faire la part des choses entre la realite historique du roman et l’invention de l’auteur.
    Répondre à ce message