La Douce Empoisonneuse de Arto Paasilinna

Dentelles & Arsenic à Helsinki

La Douce Empoisonneuse

Le mardi 10 juin 2003 par Dadoo

Linnea est une petite vieille finlandaise qui vit tranquillement dans sa petite maison à la campagne. Enfin tranquillement... elle se fait tout de même dépouillé tous les mois de sa modeste pension par son neveu qu’elle a élevé et qui est devenu mauvais garçon et ses acolytes qui ne valent guère mieux. La situation devient vraiment inacceptable lorsque ceux-ci lui font rédiger un testament à leur profit...

Linnea quitte alors sa campagne et va se réfugier chez son vieil amant médecin à Heslinki. Elle se prépare un poison détonant pour lui permettre de se suicider si la situation devient vraiment trop grave. Indépendemment de sa volonté, elle va tout de même vendre chèrement sa peau.

La figure de la petite vieille inoffensive qui se met au poison est assez classique. Paasilinna renouvèle le genre en poussant cette logique au maximum dans un monde toujours aussi loufoque. Les personnages secondaires sont tous très drôles et franchement caricaturaux. Malgré cela il parvient à faire passer ses messages et à dénoncer le confort petit bourgeois dans lequel s’installe ses compatriotes.

Sur un air de farce très réussi, il nous fait connaître un peu mieux cette société finlandaise, à la fois très proche de nous et très exotique.

Quatrième de couverture

Une maisonnette rouge flanquée d’un petit sauna en bois gris, non loin d’Helsinki. Linnea, la douce veuve du colonel Ravaska, mène une existence paisible à soigner ses violettes et son chat. Pourtant chaque mois, le jour où elle touche sa pension, un trio maudit, conduit par son neveu, s’invite sous son toit pour la détrousser. Lorsque ses visiteurs ne se contentent plus de sa maigre retraite et exigent un testament à leur avantage, c’en est trop. Elle est résolue à en finir. Comprenez : à se suicider. Mais, surprise, concocter un poison mortel se révèle une activité beaucoup plus passionnante que tricoter. Et les noirs desseins de Linnea, par une suite précipitée d’événements cocasses, se retournent en sa faveur, tandis que ses ennemis...

Génie du comique de situation, Paasilinna récidive avec une vieille dame tranquille candidate au suicide. Arsenic et vieilles dentelles trempé dans l’aquavit, les rocambolesques aventures de la colonelle sont l’occasion de revisiter l’univers à la fois brut, drôle et loufoque du grand écrivain finlandais.

Pour continuer : La douce empoisonneuse sur Lire.Fr