La Blonde en Béton de Michael Connelly

La Blonde en Béton

Le samedi 8 janvier 2005 par Dadoo

Quatre ans après avoir mit fin à la carrière du DollMaker, l’inspecteur Harry Bosch se retrouve en procès pour avoir descendu le serial killer. Mais en plein procès une nouvelle victime est retrouée... Harry Bosch aurait il descendu la mauvaise personne ou un imitateur a-t-il décidé de copier ses méthodes ?

L’inspecteur Harry Bosch est un flic pour qui la police est un sacerdoce, mais cela ne l’empêche pas de frôler régulièrement la ligne jaune. Les nerfs à fleur de peau il a souvent du mal dans ses contacts avec ses collègues ou amis...

Grâce à ce personnage, Michael Connely parvient à étudier de nombreux aspects de la vie à Los Angeles : la police, la justice, le rôle de la police des polices, etc...

La ville semble être un personnage à part entière, notamment dans l’impact des grandes émeutes dont elle peine encore à se remettre.

Le thriller met un peu de temps à démarrer mais une fois qu’on est rentré dedans on ne le lâche plus. On a donc tous les éléments d’un excellent polar pour les longues soirée d’hiver !


  • La Blonde en Béton  9 juillet 2006, par Dr. Killswitch

    Le "Harry Bosch" suivant " la glace noire"... Le meilleur Bosch à mon goût loin devant "les égouts de Los Angeles" (pourtant beaucoup plus primé).

    On y retrouve l’affaire du Dollmaker maintes fois évoquées dans les autres romans. Le roman est découpé en deux parties : Bosch traîné au tribunal pour un geste de légitime défense (très bonne illustration du système de justice américain, je suis étudiant en droit...) ; La découverte de nouvelles victime du Dollmaker.

    Ce livre est terriblement prenant, il se vit comme un film. Les personnages connus y ont leur place (Bosch, Pounds, Edgar...) et les personnages qui n’apparaissent qu’ici sont très solides ou ambigüs (Honey Chandler ou Ray Mora).

    Il est cependant nécessaire pour parfaitement le saisir d’avoir lu les deux enquêtes précédentes de Bosch.

    N’hésitez pas, jettez vous dessus.


    Répondre à ce message