L’obsédé de John Fowles

L’obsédé

Le jeudi 26 décembre 2002 par catherinem

Le narrateur, jeune homme un peu voire très déséquilibré (mais naturellement ce n’est pas ainsi qu’il se définit lui même), s’éprend d’une jeune fille croisée dans la rue. Il décide de la kidnapper et de lui apprendre à l’aimer. Au long des pages de ce roman sordide, les états d’âme du bourreau se comparent à ceux de la jeune fille qui se livre en cachette à quelques bouts de papier...

Puis tout s’écroule lorsque Miranda décède suite à une longue maladie. C’est sûrement à ce moment que le roman atteint le comble de l’horreur : puisque cette première expérience s’est malgré tout bien passée malgré sa fin tragique, pourquoi ne pas la renouveler, à titre de comparaison ?

Ce n’est pas un roman réellement angoissant. Le suspense n’y est pas particulièrement présent non plus. Par contre, dès qu’on réalise que le narrateur va mettre en pratique ses écoeurants projets, s’installe une ambiance infiniment sournoise et glauque. Difficile de quitter les pages des yeux avant la dernière ligne, et en même temps on s’empresse de refermer le volume lorsque c’est fait, et de passer à autre chose, autre chose de gai de préférence...