L’île du lézard vert de Eduardo Manet

L’île du lézard vert

Le lundi 19 août 2002 par Dadoo

A Cuba à la fin des années 40, l’ambiance est assez fin de règne...
Le narrateur se retrouve à vivre son adolescence dans ce melting-pot un peu fou, entre la vieille Europe et l’Amérique sur fond de santeria et de communisme.

Entre un père coureur de jupons et journaliste engagé et une mère qui vit dans une sorte de rêve, le héros avait déjà tout un programme devant lui. Si on ajoute son meilleur ami juif ayant quitté l’Allemagne et ces pogroms et le poids de la Perle des Caraïbes on trace un véritable destin.

Ce roman n’est pas celui de la révolution castriste, il ne fait que montrer comment la jeunesse dorée de l’île s’est intéressé au communisme et comment le Parti a noyauté petit à petit les universités.

Mais La Havana n’est pas Moscou et le Communisme sous les tropiques a quelque chose de plus sensuel... Tout ceci est très bien retranscrit par Eduardo Manet qui sais si bien analyser la société qu’il a dû fuir...