L’auberge des pauvres de Tahar Ben Jelloun

L’auberge des pauvres

Le jeudi 25 juillet 2002 par catherinem

L’homme : marocain, situation familiale sans débouchés ni joie, professionnellement peu épanoui, avec pour ambition de devenir écrivain sans n’avoir jamais osé publier que ce soit. Il lui faudrait quitter son pays, quitter sa femme, traverser les frontières. Poussé par des circonstances aussi chanceuses qu’hasardeuses, l’occasion lui est donnée de partir à Naples pour écrire un livre sur la ville, cette ville.

Là bas, les rencontres les plus surprenantes se produisent : Momo, le sénégalais adopté, grande brute au cerveau léger ; Gino, pianiste génial rendu fou par Idé, Iza, la femme tant attendue et qui pourtant ne l’est pas, et surtout la vieille, personnage central autour duquel l’ensemble du roman est écrit, mémoire vivante du passé de Naples. Et puis cette fameuse auberge des pauvres...

Cinq années à l’italienne, puis le retour à la patrie, le Maroc, pour se rendre compte que finalement rien n’a changé...

Un peu dur à suivre au départ, puis les personnages deviennent très attachant, et c’est avec grand regret que l’on voit la fin s’approcher.