L’aliéniste de Caleb Carr

L’aliéniste

Le jeudi 3 juillet 2003 par Feline

New-York, 1896. Un meurtrier sème les cadavres de très jeunes prostitués sur son passage, tous émigrés. A l’époque, ce genre de meurtres n’intéresse pas la police, corrompue jusqu’à la moelle. Mais le nouveau préfet, qui n’est autre que Theodore Roosevelt, ne voit pas la situation du même oeil.

Luttant contre la corruption, il prendra part à l’enquête menée dans l’ombre, par son ami Kreizler, célèbre aliéniste. Ce dernier s’entourera de John Moore, journaliste au Times et narrateur de l’histoire, de Sara Howard, première femme à travailler au sein de la police et des frères Isaacson, deux policiers scientifiques.

Plus qu’un roman policier, Caleb Carr nous offre non seulement une fine analyse de la société New-yorkaise de la fin du 19ème siècle mais également des débuts du profiling et de la mise en place des "nouvelles techniques" d’investigation, telles que, entre autres, le relevé des empreintes, la graphologie ou la détermination du profil psychologique des assassins. On voit les difficultés que ces techniques ont rencontrées avant que leur caractère scientifique ne soit reconnu. Caleb Carr a également créé ses personnages avec le plus grand soin. Chaque personnage a une personnalité propre et cohérente, avec des traits qui les rendent profonds humains et surtout attachants. Nous avons réellement l’impression de faire partie de leur équipe et d’être plongé dans l’atmosphère des quartiers sombres de Big Apple, que l’auteur rend très bien.

Je dois cependant reconnaître que j’ai éprouvé quelques difficultés à entrer dans l’histoire. Les 150 premières pages m’ont parues ardues, notamment à cause des descriptions. Mais une fois immergée dans le récit, je n’ai plus pu m’en sortir qu’une fois la dernière page tournée. De plus, je tire mon chapeau à l’auteur qui a intégré Theodore Roosevelt dans son récit, en tant que personnage à part entière et nous dévoile certains aspects de sa vie privée. Vraiment excellent.


  • > L’aliéniste  14 janvier 2004, par Dadoo

    J’ai vraiment adoré L’alieniste : on a l’impression d’être au cinéma tellement les descriptions sont fines et vivantes. Le sujet est pour le moins original : les débuts du Profiling dans la ville de New York à la fin du XIX°.

    On découvre une ville qu’on ne connait pas : encore un peu médiévale, très corrompue, New York n’est pas encore Big Apple.

    Enfin les personnages ont toujours quelquechose d’interessant à nous raconter. On a tous les ingrédients d’un bon thriller plaisant et efficace !


    Répondre à ce message
  • > L’aliéniste  1er septembre 2003, par cafeducentre

    C’est vrai que c’est un très bon livre et le duo des frères policiers est vraiment excellent ! Un peu dur à plonger dans l’histoire surtout que tout se passe dans le vieux New york donc parfois déroutant... comme la scène fianle où on a du mal a suivre l’action à cause d’un décor trop difficile à cerner

    Au final c’est un très bon livre et la suite est bien aussi où l’on retrouve toute la bande sur une nouvelle histoire de mère maltraitante (L’ange des ténèbres)


    Critiques au Café du CENTRE (on cherche des rédacteurs)
    Répondre à ce message