L’agneau de Christopher Moore

« Eclats de rire, éclats de vie ! »

L’agneau

Le samedi 24 septembre 2005 par channe01

Mon Dieu ! C’est de circonstance. Où trouver les mots pour dire le plaisir, la jouissance des mots, la joie de déguster le livre page à page, d’en lire des extraits à son partenaire parce que l’envie de partager un éclat de joie est trop fort, et puis la subversion avec tout ça... J’aurais voulu ne pas terminer ce livre. Enfin, qu’il ne finisse pas. Maintenant, je vais profiter de la joie de mon compagnon qui me fera partager la sienne, car l’envie de lire ce bouquin lui est venue.

Bon, en bref, il s’agit de la vie de Jésus. A priori, rien de rigolo, en principe, on connaît la fin.

Que dire, sinon que cet « évangile » qui vient compléter les quatre autres très incomplets puisqu’ils oublient la vie de Jésus de 12 à 30 ans, que nous découvrons ici via la plume (loufoque mais tendre) de Biff, un ami d’enfance.

C’est vrai, quand j’étais petite (5 ans et une présence assidue à la messe) je me disais que Jésus vivait une contraction du temps très particulière : il naissait à Noël pour mourir à Pâques, ce que me confirmait les Evangiles, puisque de la vie de Jésus entre deux, il n’y avait qu’un blanc, un silence. 33 ans de vie se contractaient en quelques mois. C’était ... miraculeux et puis enfin, il ressuscitait, c’est pour cela qu’on recommençait le parcourt l’année suivante. Entre deux, il y avait les vacances scolaires et là, Jésus ne faisait rien de particulier. C’était le tour des apôtres et des disciples de se mettre au boulot.

J’ai fini par assimiler cette contraction de l’espace-temps, ce qui m’a donné le goût de la science-fiction. Comme quoi !

Avec Christopher Moore, ce vide se remplit de tendre irrespect, de joyeuses subversions. Du silence, jaillissent des éclats de rire, de tempétueuses aventures. Jésus, enfin, Joshua vit d’aventureuses divagations et se perd et se retrouve dans des explorations philosophiques. Joshua aimerait bien savoir en quoi consiste le métier de messie et ce n’est pas facile.

Si vous êtes morose en cette rentrée des classes, rentrée littéraires, rentrée du boulot enfin en cette rentrée, ouvrez ce livre, il devrait vous sauver de la dépression. Quant à la fin, les surprises ne manquent pas. Que fait donc ce livre dans la série noire de Gallimard sinon, qu’on ne savait sans doute pas où le mettre ailleurs. Pour moi, c’est un inclassable, innénarable et fantastique bouquin.


  • L’agneau  21 juin 2007
    Je voulais juste me joindre aux choeurs des louanges pour ce livre que j’ai dévoré... Un tel plaisir de lecture et en même temps d’ouverture d’esprit, c’est quelque chose que je n’avais pas connu depuis longtemps, moi qui suis agnostique, là j’avais envie de croire en ce fils de Dieu. Bref un régal que ce livre complètement décalé ! J’en reveux.
    Répondre à ce message