L’Enfant du peuple ancien de Anouar Benmalek

L’Enfant du peuple ancien

Le lundi 23 juillet 2001 par Dadoo

Anouar Benmalek nous raconte dans son dernier Roman l’histoire un peu folle d’un déporté algérien et d’un alsacienne communarde mélée au dernier Tasmanien échappé du terrible génocide perpétré par les colons blancs.

A priori rien ne peut rassembler ces trois personnages très différents mais tous marqués dans leur chair par l’envahisseur : qu’il soit colon en Algérie, en Australie ou Versaillais sans pitié pendant la Commune.

Anouar Benmalek les fera se rencontrer, s’entraider, s’apprécier et finalement s’aimer dans un hypothétique exemple à suivre pour les peuples de la terre.

L’histoire est un peu folle et les personnages sans beaucoup de subtilité : les faibles (algérien, aborigènes, communards) sont tous gentils et bons alors que les blancs sont tous mauvais et pervers (racistes, violents ...). Ce manichéisme nuit un peu à la portée du message profondément humain que veut faire passer Anouar Benmalek
Cependant deux éléments au moins en font un livre très intéressant : l’évocation de la culture algérienne précoloniale et surtout l’évocation du peuple Tasmanien : le peuple ancien dont les vivants doivent rêver les morts afin de continuer à les faire vivre.

Pour continuer :

-  Un article sur Afrik.com
-  Un article sur la colonisation pénitentiaire en Australie.
-  Un article sur le roman chez Lire.fr
-  Une biographie de l’auteur sur Le Matin (journal algérien)


  • > L’Enfant du peuple ancien  24 mars 2004, par Danielle
    J’ai trouvé ce livre terrible et humain à la fois.Terrible car toujours d’actualité, hélas, l’histoire se répétant sans cesse. Bref j’ai adoré ce livre. Faite comme moi, lisez-le et jugez par vous-même.
    Répondre à ce message