L’Echiquier du Mal de Dan Simmons

L’Echiquier du Mal

Le vendredi 24 octobre 2003 par lunardistortion

Dan Simmons a-t-il réussi son entrée dans le fantastique avec l’Echiquier du Mal ? De prime abord, l’Echiquier du Mal semble appartenir à la science-fiction. Effectivement, le livre est classé dans la collection "Science-Fiction" et de plus on connaît l’auteur pour son cycle "Hypérion", oeuvre de science-fiction par définition (il suffit de lire le résumé pour s’en convaincre).

Alors pourquoi l’Echiquier du Mal a-t-il remporté quantité de prix en matière de fantastique ? (impossible de me rappeler lesquels). Il faut dire que l’histoire, un peu glauque il est vrai, a de quoi relever du fantastique. En fait, du fantastique teinté d’horreur que seul permet de supporter la trame de l’histoire : l’humanité est gouvernée par des vampires psychiques bien décidés à semer la zizanie, l’horreur et bien sûr ... la mort.

Ces gens mus par le "Talent" (celui d’Utiliser les individus ordinaires), sont responsables de tous les maux du 20ème siècle. Rivalisant d’audace et de crauté, ils ont activement participé à la Shoah durant la Seconde Guerre Mondiale, sont la cause de la mort et de la souffrance de milliers de personnes. Certains d’entre eux prennent plaisir à assouvir leurs pulsions qui frisent le gore-gasme (pardonnez ce néologisme), les autres visent le Pouvoir. Bien entendu, il nous faut un héros : ce sera Saul Laski, une ancienne victime psychique d’un Oberst allemand. Saul s’est fixé comme objectif l’annihilation de son ancien bourreau et, par la même occasion, des autres vampires (tant qu’à faire :-) ).

Cette traque vire totalement à l’obsession, et c’est là que le roman de Dan Simmons révèle tout son intérêt : la psychologie des personnages y est finement décrite, analysée, décortiquée. De la paranoïa à la vengeance en passant par le désir et le pouvoir, la plupart des "motivations" humaines sont dépeintes. Bien sûr, rien n’est parfait, même dans un livre : Dan Simmons sombre parfois dans les descriptions crues (je ne vous fais pas un dessin), histoire d’attiser l’intérêt du lecteur, qui lui, n’a qu’une envie : savoir si le héros parvient à éradiquer les vampires psychiques et si oui, comment...

Je ne saurai donc que trop vous conseiller l’Echiquier du Mal, qui à mes yeux représente l’oeuvre majeure de Dan Simmons. Pour anecdote, j’ai vraiment eu du mal à décrocher du roman, même à 2h du matin... c’est vous dire...


  • > L’Echiquier du Mal  21 juin 2004
    bjr à toutes et tous l’un ou l’une d’entre vous aurait-il réussi à reconstituer la partie d’échec décrite dans l’échiquier du mal ?
    Répondre à ce message
  • > L’Echiquier du Mal  31 mai 2004, par Dadoo

    C’est vrai qu’on se laisse facilement emporter par le rythme de l’intrigue. L’idée de départ, les vampires psychiques est vraiment très bonne et permet à Dan Simmons de mettre en scène des histoires particulièrement intéressantes.

    Il n’empêche qu’au final mon impression reste mitigée, comme s’il n’était pas allé jusqu’au bout du sujet. Il me semble notamment que les intrigues "internationales" auraient pu être mieux creusées...


    Répondre à ce message
  • > L’Echiquier du Mal  24 octobre 2003, par Dadoo

    Il me semble que Les fils des Ténèbres était déjà assez proche du fantastique... une histoire de vampires sanguinaires dans la Roumanie apocalyptique de l’après Ceaucescu...

    En tout cas votre article me donne bien envie de lire l’Echiquier du Mal, il ne reste plus qu’à trouver le temps :-)


    Répondre à ce message
    • > L’Echiquier du Mal 25 octobre 2003, par lunardistortion

      Ca fait tjrs plaisir à entendre (enfin à lire...)

      Je ne connais pas Les fils des Ténèbres, mais l’histoire me paraît vraiment sympathique ! J’ai d’ailleurs été voir la fiche correspondante.

      Pour ce qui est de l’échiquier du mal, il vaut mieux s’accrocher au tout début car l’action se révèle assez lente et un brin pénible. Mais le jeu en vaut la chandelle !


      Répondre à ce message