L’Aventure des langues en Occident de Henriette Walter

L’Aventure des langues en Occident

Le mardi 18 mai 2004 par Sheherazade

L’aventure des langues commença il y a environ 7000 ans ; elle fut influencée par le commerce, les conquêtes, les migrations, par des décrets même sur leur existence ou leur disparitions.

En cinq grand chapitres, eux-mêmes divisés en de multiples petits chapitres expliquant les variétés qui en découlèrent, l’auteur nous fait faire le tour des langues issues du latin, des langues germaniques, en faisant une place cependant aux grandes disparues comme les langues celtiques, qui après avoir été parlées dans les trois-quarts du territoire européen, se retrouvent réduites à une peau de chagrin.

Henriette Walter - professeur émérite de linguistique à l’université de Haute-Bretagne et directrice du laboratoire de phonologie à la Sorbonne - nous entraîne sur les chemins du monde entier pour y retrouver l’origine et la survie de certains dialectes comme le luxembourgeois, le wallon ou le flamand et le breton, entre autres. Elle nous fait découvrir les nouveautés du language au cours des trente dernières années ; elle parle aussi de Shakespeare évidemment, qui adorait jongler avec les mots.

Si vous avez envie de connaître l’origine des mots "rugby" ou "spaghetti", mais aussi de la "forêt" ou de la ville de Vérone, jetez un coup d’oeil à ce livre qui est très ludique, tout en étant très intéressant.

Parler de ce livre est une gageure ce n’est pas le type de livre qui se résume aisément.

L’auteur conclut très joliment que tant qu’il y aura des langues, il y aura communication et envie de se comprendre, un avis que je partage totalement.


  • L’Aventure des langues en Occident  19 décembre 2006, par vincke henri
    Livre très passionnant. Je pratique le français le néerlandais, l’allemand, le castillan et suis pationné des particularités dialectales. Comme belge je suis tout particulièrement interpelé par le "west vlaamsch" de France et aimerais savoir si les sonorités qu’il semble exister avec le frison sont le fruit du hasard ou non. Tout comme d’ailleurs des vocables "west vlaamsch" comme noen achternoen etc que se retrouvent en anglais.
    Répondre à ce message