L’Autre côté du rêve de Ursula Le Guin

L’Autre côté du rêve

Le vendredi 3 septembre 2004 par Mario_Heimburger

C’est un joli conte, une belle histoire, sans morale, sans réel sens : George Orr est un rêveur. En soit ce n’est pas particulier, mais ses rêves à lui changent la réalité. Et lorsqu’elle est changée, elle remplace l’ancienne réalité, et personne ne le remarque. Sauf lui, et le psychiatre qu’il est obligé de consulter à cause d’une loi sur les excès de drogues. Car George le vit très mal, ce pouvoir, il ne sait pas quoi en faire, et voudrait ne plus rêver...

Sur cette base, Ursula Le Guin construit un récit volontairement flou, comme un rêve à moitié effacé. Et elle pose une question forte : si nous avions le pouvoir de changer la réalité, qu’en ferions nous ?

Ecrit de manière très fluide, parfois à peine verbeux, le roman se lit simplement, sans forcément y réfléchir beaucoup, simplement en l’imaginant. On aurait peut-être aimé une fin à la Phillip K. Dick, mais ce serait égoïste pour Ursula Le Guin, qui signe une fin moins originale, mais plus poétique.

Un bon roman de science-fiction.