L’Affaire Saint-Fiacre de Georges Simenon

Une enquête de Maigret

L’Affaire Saint-Fiacre

Le vendredi 14 mai 2004 par Sheherazade

Après avoir reçu une lettre anonyme lui annonçant qu’un crime sera commis à l’église Saint-Fiacre lors de la première messe du Jour des Morts, le commissaire Maigret va se retrouver face à une de ses affaires les plus déplaisantes.

Maigret a grandi à Saint-Fiacre où son père était régisseur. C’est donc pour le commissaire un pélerinage vers les lieux de son enfance, mais entre souvenirs et réalité, un monde bien différent s’est construit.

Le jeune comte de Saint-Fiacre a dilapidé une partie de la fortune, plusieurs parties du domaine et le chateau même sont hypotéqués. L’acteur régisseur, Gautier, explique avoir payé les salaires des domestiques de sa bourse personnelle.

Le plus pénible pour Maigret est d’apprendre que la comtesse est considérée désormais comme une "vieille toquée" entrenant des gigolos, pudiquement appelés "secrétaire particulier", et qui ont aussi contribué à éroder le patrimoine. La comtesse meurt d’un arrêt cardiaque lors de la fameuse messe, après avoir lu un mot glissé dans son missel ; cet acte particulièrement cruel et lâche est considéré comme "mort naturelle" et le commissaire n’a même pas la possibilité d’ouvrir une enquête officielle malgré les suspects : le fils, Maurice, une fois encore revenu au domaine pour demander de l’argent ainsi que le nouveau "secrétaire". Maigret en fait donc une affaire personnelle et au cours d’un dîner organisé par le jeune compte, il dévoilera le nom du coupable qu’il suspectait depuis un certain temps.

Le livre contient les personnages chers à Simenon : des jeunes gens veules, peu honnêtes ; des femmes qui le sont encore moins ; les campagnards mesquins, taiseux et méfiants, retors aussi et calculateurs à souhait. Sans oublier le médecin de campagne bourru et mécréant, doté d’une épouse bigote ; le curé tourmenté ; l’avocat jovial, grand amateur de bonne chère et abusant du vin. Les livres de Simenon ne sont pas faits pour engendrer la bonne humeur ; ses études de caractère décrivent une nature humaine aussi peu amène que possible.


  • L’Affaire Saint-Fiacre  12 avril 2008
    moi j’ai commencer a le lire et des le debut il ma parut interessant ce qui ma plue c’est de ne pas connaitre le coupable parce que sa me donne envie de le lire jusqu’au bout
    Répondre à ce message
  • L’Affaire Saint-Fiacre  1er décembre 2005, par Herlack
    Bonjour moi se que je trouve domage sur ce livre, c’est que je n’ai trouver aucune oeuvre de critique. Je suis au lycée et j’en cherche pour ma fiche de lecture et aucune sur tous les sites !!
    Répondre à ce message
    • L’Affaire Saint-Fiacre 8 octobre 2007, par Machin
      Va à la bibliothèque et lis-le ! Tu en auras ensuite une idée personnelle. En plus, la lecture de livres améliore l’orthographe...
      Répondre à ce message