L’Affaire Protheroe de Agatha Christie

Murder at the Vicarage, Miss Jane Marple entre en scène

L’Affaire Protheroe

Le vendredi 30 juillet 2004 par Sheherazade

"Celui qui assassinera le colonel Protheroe aura rendu un fameux service au monde !". Len Clement, pasteur de St.Mary-Mead aurait dû se méfier en prononçant ces paroles car peu après il retrouve le cadavre du colonel dans son bureau, tué d’une balle dans la tête et d’une façon qui exclut le suicide.

Comme Protheroe avait décidé de vérifier les comptes de la paroisse, le paisible pasteur risque bien de se retrouver sur la liste des suspects d’autant plus que l’inspecteur Landormy chargé de l’enquête n’est pas exactement une lumière. Son supérieur, le colonel Melchett en sait quelque chose ; de plus l’homme est borné, peu enclin à écouter les conseils des autres. Il faudra pourtant bien qu’il finisse par écouter les théories de Miss Jane Marple, l’une des vieilles filles du village, toujours occupée à jardiner ou observer les oiseaux, ce qui sont d’excellents prétextes à observer ses semblables !

Parmi les suspects, en dehors du pasteur, il y a l’épouse du colonel et la fille de celui-ci, détestant franchement sa belle-mère. Il y a également un artiste, Lawrence Redding, l’objet de tous les cancans villageois et à raison, apparemment, car on le voit souvent en compagnie de Madame Protheroe. L’assistant du pasteur n’a pas l’air très net non plus, il s’agit d’un jeune homme aux théories religieuses assez intégristes, au comportement parfois irrationnel. Finalement, il y a encore la nouvelle venue au village, la superbe et mystérieuse Mrs. Lestrange dont on ignore complètement d’où elle vient ou qui elle est, sauf le docteur Haydock qui paraît au mieux avec elle.

Comme le dit Miss Marple, le colonel était un homme peu intelligent et borné qui s’était fait beaucoup d’ennemis dans le village. D’observations en déductions elle va orienter cet empoté de Landormy dans la direction du vrai coupable, juste à temps pour prévenir un nouveau crime.

Résumer un roman d’Agatha Christie, c’est presque toujours le desservir car les polars de la Reine du Crime regorgent d’une foule de petits détails amusants ou cyniques sur le genre humain. Celui-ci, où apparaît pour la première fois l’adorable Miss Marple, vaut la peine d’être lu pour les démêlés du pasteur et de sa jeune épouse avec Mary, aussi incompétente comme bonne que comme cuisinière. Un régal !