Je vois de Sébastien Maz

Je vois

Le dimanche 3 juillet 2005 par juliek12

Mise en scène troublante du regard d’un homme sur les femmes. J’ai découvert ce livre par hasard dans une librairie. Je suis tombée sur une page émouvante d’un homme parlant d’une femme qui l’a juste quitté. Bon, l’écriture est un peu âpre au départ, puis au fil des pages, on se met dans la peau du personnage et intègre sa vision du monde.

J’aurais préféré une autre mise en scène, plus réaliste. Mais, ce qui est intéressant dans ce livre, c’est le rôle du regard, dans les rapports humains. Bonne critique de notre société où le voile du paraître masque notre cruel manque d’humanité.

Présentation de l’éditeur

Du trou du trou de ma mère, je suis né pauvre, l’esprit boiteux et séparé du monde des femmes dès l’âge de cinq ans. " Le narrateur voit le jour dans un pays de barbus où I’oeil de Dieu pèse comme une caméra de surveillance. La libre beauté d’une touriste venue du Nord lui rappelle combien la société dans laquelle Il vit est stricte et contraignante. II décide alors de partir à la faveur d’un recrutement de main-d’œuvre. Arrivé à Paris, déconcerté et assailli par autant d’émotions contradictoires, l’immigré sans le sou se clochardise. S’ensuit une dérive désenchantée où l’homme, obsédé sexuel rongé par l’envie, ne parvient pas à tisser le lien de la rencontre avec l’autre ; où les femmes se succèdent sans jamais combler ses fantasmes ; où sa condition le rattrape brutalement à chaque fois qu’une main se tend. L’auteur, à travers le regard fasciné et frustré d’un immigré, dépeint une société obnubilée par ses marchandises. A l’exhibition s’oppose la culture du voile. Un roman brutal et lyrique.