Froid comme la tombe de Peter Robinson

Un policier de bonne facture

Froid comme la tombe

Le jeudi 16 septembre 2004 par Feline

Peter Robinson écrit des romans policiers (ou polars ou thrillers, comme on veut) dans la lignée de ce qui est en vogue actuellement, et il fait cela très bien.

Ce roman me semble être un mélange de différents styles. Certains aspects me font penser à Henning Mankell : l’inspecteur Banks, détective récurrent chez Peter Robinson, est un homme des plus normaux, avec ses faiblesses et ses erreurs mais aussi ses qualités tout comme Kurt Wallander. Ils ont en commun un fort penchant pour l’alcool et les cigarettes, un divorce douloureux et des relations plus ou moins faciles ou difficiles selon les périodes avec leurs enfants. Ils leur arrive également à tous deux de commettre des bourdes. Mais à côté de ça, ils sont des flics hors pairs. Donc, dans les romans de Peter Robinson, l’inspecteur a une vie privée et elle occupe une grand part du livre. Ca humanise le polar et je trouve cette évolution positive.

D’autres aspects me font penser aux romans de Deborah Crombie aussi, surtout pour les décors et les atmosphères totalement britanniques.

Dans ce tome, l’inspecteur Banks est chargé par son supérieur, Riddle, avec lequel il entretient des relations conflictuelles, de retrouver sa fille adolescente qui s’est enfuie du foyer familial six mois plus tôt et dont des photos dénudées ont été vues sur le net. Il va sans dire que cette enquête est non officielle et ne devra pas s’ébruiter. Le directeur de Banks a en effet de grandes aspirations politiques.

Banks retrouve rapidement la jeune fille, liée à un gros truand, et la ramène à la maison.

Quelques semaines plus tard cependant, la jeune fille est retrouvée morte dans les toilettes d’une boîte du coin, overdose de cocaïne mélangée à de la strychnine. L’enquête promet d’être délicate. Parallèlement, il doit élucider la mort d’un petit voyou local, vraisemblablement victime d’un règlement de comptes. Y-a-t-il un lien entre ces deux meurtres ?

Comme si cela ne suffisait pas, Banks doit affronter des problèmes personnels : sa femme veut divorcer, son ex-maîtresse vient d’être mutée sous ses ordres et sa fille de 19 ans a un petit ami. Tous les ingrédients sont réunis pour un excellent petit polar actuel que je conseille aux amateurs du genre.


  • > Froid comme la tombe  10 octobre 2004, par bastet
    je me suis trompée, "Cold is the grave" est le 11ème dans la série du policier Banks des Yorkshire Dales - pas étonnant dès lors que l’évolution dans sa vie ait fait un tel bond. !
    Répondre à ce message
    • > Froid comme la tombe 11 octobre 2004

      Bastet, tu confirmes encore plus ma désolation quant à l’anarchie totale qui règne dans la traduction des séries policières. Quand on pense qu’on en est au 11ème et qu’il n’y a en que quatre ou cinq traduits en français, c’est frustrant. Pas étonnant que ceux qui n’ont pas la chance de lire en version originale n’ont jamais la chance de suivre la progression d’une série dans l’ordre chronologique (grrrrrr).

      Et par la même occasion dévoile aux autres la progression :p


      Répondre à ce message
      • > Froid comme la tombe 11 octobre 2004, par bastet
        hélas oui, et c’est le même problème avec les polars de Deborah Crombie - et là, la progression est réellement importante car de simples collègues à amants, puis à couple en ménage avec enfants (famille recomposée) etc. Il vaut mieux avoir la progression logique, mais bon, si on n’est pas pointilleux ..... de toute façon il y a plus grave (comme par exemple essayer de lire en bouquin en V.O. auquel on ne pige rien du tout comme c’est mon cas pour l’instant ..LOL - quand on parle de frustrations .... je compatis !)
        Répondre à ce message
  • > Froid comme la tombe  16 septembre 2004, par bastet
    surprenant cette évolution en l’espace de six bouquins : d’un jeune inspecteur relativement heureux en ménage, s’occupant de ses enfants, vers à un "cheval de retour" à la Wallander - cela ôte un peu du piment à découvrir les prochains épisodes...
    Répondre à ce message
    • > Froid comme la tombe 16 septembre 2004
      Oups, désolé Bastet .... :-((((
      Répondre à ce message
      • > Froid comme la tombe 16 septembre 2004, par Dadoo
        Ne t’inquiètes pas, Bastet râle pour le principe mais elle les lira quand même !
        Répondre à ce message
        • > Froid comme la tombe 17 septembre 2004, par bastet

          kikadi que je râle ...... le webmaster, of course ! ne l’écoute surtout pas féline, je ne râle pas pour si peu et je vais effectivement en lire d’autres. J’émettais seulement un avis.

          Le même phénomène s’était déjà produit avec les bouquins de Mankell, que j’ai commencé à lire dans le désordre, jusqu’à ce que je réalise qu’il y avait quand même une progression dans sa vie personnelle. Mais je suis plus concernée par l’intrigue policière proprement dite, que le type ait des problèmes, je m’en fiche un peu très franchement.

          J’aurais tendance à considérer que c’est du remplissage de pages pour rendre le bouquin plus gros ; je sais que cela donne un certain poids aux caractères principaux, mais c’est surtout le bouquin qui pèse plus lourd .....LOL


          Répondre à ce message
          • > Froid comme la tombe 18 septembre 2004

            Ouf tu me rassures ;-)

            Mais à ma décharge, Bastet, c’est toi qui m’as affirmé que l’ordre n’avait pas d’importance quand je t’ai fait remarquer que j’avais la mauvaise manie de ne jamais entamer une série par le premier tome MDR


            Répondre à ce message
            • > Froid comme la tombe 18 septembre 2004, par bastet
              tu as entièrement raison, chère féline. De toute façon, la "progression" de la vie privée de l’inspecteur n’a finalement d’imcidence que sur sa propre carrière, pas sur les enquêtes qu’il mène - et puis, en toute sincérité, je la connaissais depuis le début cette progression car en visitant amazon.fr et uk, j’ai eu l’occasion de lire les "résumés" ou les introductions aux différents romans. Donc, je t’ai seulement un peu taquiné ... à chacun ses petits plaisirs..... LOL (et cela a permis à notre webmaster felinophobe d’y mettre son grain de sel... ROFL)
              Répondre à ce message
              • > Froid comme la tombe 20 septembre 2004, par Dadoo
                 :-) (félinophone s’entend comme n’aimant pas les chats bien sur pas comme n’aimant pas les rédactrices s’appelant "féline"...)
                Répondre à ce message
                • > Froid comme la tombe 20 septembre 2004

                  J’avais bien compris :-).

                  Quoique dans un cas, comme dans l’autre, je trouve cela impardonnable ;-). Ne pas aimer les chats ... Comment cela est-il possible ??? :-p


                  Répondre à ce message
                  • > Froid comme la tombe 20 septembre 2004, par bastet
                    oui, j’avoue que je la digère assez mal aussi celle-là - franchement, le webmaster exagère !
                    Répondre à ce message
                    • > Froid comme la tombe 21 septembre 2004, par Dadoo
                      Vos réactions exagérées tentant de jeter l’anathème sur moi me conforte dans mon impression : les adorateurs des chats forment une secte, c’est sûr ! Mais s’il ne doit rester qu’un seul résistant à vos visées hégémoniques ce sera moi :-)
                      Répondre à ce message
                      • > Froid comme la tombe 21 septembre 2004, par bastet
                        et voilà, il se prend pour victor hugo ! qui entre parenthèses aimait les chats ... et toc !
                        Répondre à ce message