Frère Tariq de Caroline Fourest

Discours, stratégie et méthode de Tariq Ramadan

Frère Tariq

Le vendredi 11 février 2005 par Mc BERNICK

Caroline FOUREST est surtout connue pour son livre « Tirs Croisés : la laïcité à l’épreuve des intégrismes juif, chrétien et musulman » paru chez Calmann-Lévy même si « Foi contre Choix : la droite religieuse et le mouvement pro-life aux Etats-Unis », chez GOLIAS, est tout aussi remarquable.

Son dernier ouvrage « Frère Tariq, discours, stratégie et méthode de Tariq RAMADAN », aux Editions GRASSET, n’est pas un pamphlet mais une analyse froide, lucide et implacable de ce « phénomène RAMADAN » qui, depuis le début des années 90, est responsable de la montée en puissance de l’Islamisme en Europe mais tout spécialement en France.

Je tiens à prévenir tous les laïcs sincères qui me lisent et qui ne se sont jamais penchés sur l’œuvre du petit-fils d’Hassan-Al-Banna - il y en a hélas ! beaucoup trop : l’analyse de FOUREST est proprement terrifiante. Mais son indéniable qualité, le sérieux avec lequel elle a compulsé, écouté et visionné toutes les productions du prédicateur islamiste - c’est-à-dire non seulement les discours qu’il réserve au public occidental et aux musulmans européens progressistes mais aussi ceux qu’il adresse à ses sympathisants et aux Frères musulmans - la sobriété avec laquelle elle passe en revue et démonte point par point le double langage de « Frère Tariq » et des siens ne peuvent que parler en faveur de l’intégrité de sa démarche.

FOUREST pousse même la rectitude morale jusqu’à ne pas passer sous silence le « roman familial » de Tariq RAMADAN, fils de la fille préférée du père-fondateur des Frères musulmans, Wafa-al-Banna et du fondateur du Centre islamique de Genève, bien connu pour ses liens avec les plus grands groupes terroristes islamistes, Saïd RAMADAN. Une enfance ballotée - Tariq et ses frères ont eu jusqu’à 6 nationalités, au gré des fuites de leurs parents devant les opposants aux Frères musulmans - où l’on voit le jeune garçon, élevé dans un lycée suisse, demander à prendre ses douches habillé à la fin des cours de gym parce qu’il n’est pas convenable que les autres élèves, non musulmans, le voient sans vêtements - et aussi parce qu’il n’est pas « coranique » d’exposer le corps humain au regard. ( !!!)

Parler de Tariq RAMADAN, c’est aussi analyser en long et en large la personnalité de son grand-père, Hassan-el-Banna, obscur petit paysan égyptien qui décida, au début du Xxème siècle, de ramener les musulmans « colonisés » et « occidentalisés » à « la pureté de l’Islam. »

C’est sur ce programme que Tariq RAMADAN, en digne « héritier » de Banna, se base depuis plus de quinze ans maintenant pour semer le trouble et le désordre en Europe et notamment en Suisse et en France.

C’est ce programme que tant d’intellectuels qui se positionnent plus à gauche qu’à droite font tout pour relayer dans des journaux comme « Le Monde » - devenu un peu plus méfiant cependant depuis la fameuse affaire du « moratoire sur la lapidation » - ou « Le Monde Diplomatique » - Alain GRESH, rédacteur en chef de celui-ci, est un grand ami de M. RAMADAN, à tel point qu’il l’accompagne dans certains pays arabo-musulmans où leurs points de chute sont ... les Frères musulmans. (On rappellera que Alain GRESH a passé les trois-quarts de son existence à nier la dérive totalitaire du PC soviétique. Désormais, il se veut un ardent défenseur du FIS avec des phrases de ce genre : « Avec le FIS, ce sera peut-être la dictature mais ça l’est déjà avec le gouvernement algérien actuel. » Belle mentalité, il faut en convenir !)

Quant à la Ligue des Droits de l’Homme, elle aussi est infiltrée grâce aux bons offices d’un Michel TUBIANA ... Et ce n’est pas tout : lisez et vous verrez bien.

En revanche, un Malek BOUTIH, lui, n’a jamais tendu la main à RAMADAN. Français, musulman et socialiste, l’ancien Président de « SOS Racisme » a même eu le cran de répondre à Frère Tariq : « Monsieur RAMADAN, pour moi, vous êtes un fasciste, vous ne valez pas mieux que Jean-Marie LE PEN. » Ce à quoi Frère Tariq, furibond, a eu cette réplique bushienne : « Si l’on n’est pas avec moi, on est contre moi. »

Enfin, ce livre éclaire l’alliance tacite conclue entre les Intégristes musulmans et les intégristes chrétiens, tant catholiques que protestants, dans un seul but : assassiner la laïcité et mêler à nouveau la Religion et l’Etat. (Cf. à partir de la page 340). Oh ! bien sûr, si la chose devait arriver, ils recommenceraient à s’entre-égorger, évidemment ! Mais, en attendant, l’union fait la force. Les intégristes juifs étant trop impliqués dans le conflit israélo-palestinien, on ne s’étonnera pas de ne pas les voir été invités à se joindre à la fête.

En un mot comme en cent, après avoir lu « Frère Tariq », vous comprendrez pourquoi l’islamisme est assimilé par ceux qui le combattent à une forme de fascisme. D’accord, on le dit « vert » mais ne soyez pas naïfs : ce n’est pas l’espoir et la justice que pareil programme, s’il venait à se réaliser, apporterait à notre planète. Non, ce seraient la haine, le fanatisme religieux, la chasse aux homosexuels, aux femmes et aux opposants.

Ca ne vous rappelle rien ? ...


  • > Frère Tariq  17 février 2005

    Bonsoir à toutes et à tous,

    Pour information, je suis celui qui est appelé l’internaute anonyme. L’important n’est pas de savoir qui parle mais ce qu’il dit. Et je préfère ne pas mettre de pseudo, par choix. J’ai écrit le dernier message ainsi que tous ceux qui comporte en fin de message le "bien à vous". Comme cela on pourra retracer le fil de mes contributions.

    Je vais faire court puisque c’est ce qui m’est reproché. Par certains du moins mais on ne peut être précis et court. Peut-être n’ai-je pu trouver l’équilibre je le reconnais.

    Lorsque j’ai vu ce que l’auteur de ce commentaire que j’ai appelé une éloge a noté, MC Bernick, j’estimais que c’était très partisan. J’ai voulu réagir en posant une simple question : vous lisez qui critique Ramadan mais l’avez vous lu, lui ?

    Je m’attendais à pouvoir avoir un échange intéressant mais je ne savais pas que la personne était un militant engagé. C’est son droit mais il faut le dire alors.

    J’ai recherché le débat sans une touche d’ironie lorsque j’ai vu que les réponses que l’on me faisait ne s’en privaient pas. A chacun d’estimer si cela était utile ou pas.

    Ma conclusion comme je l’ai mise est la suivante : Si nos lecteurs n’avait le choix qu’entre lire ce qu’on dit d’une personne ou aller écouter de leurs propres oreilles ce que cette personne dit, je choisis la seconde solution sans réserve. Mais s’ils peuvent faire les deux, c’est bien aussi. Je pense avoir informé nos lecteurs de ce qui me semblait intéressant, pour le reste, c’est entre eux et leur volonté de comprendre ce que dit une personne indépendamment de ce qu’on dit de lui dans un premier temps du moins.

    Je maintiens que Mme Fourest est malhonnête parce que son livre n’étudie pas le message global de Ramadan mais qu’il utilise de façon tendancieuse ce qu’il dit et je pense que la meilleure façon de comprendre M. Ramadan est de l’écouter et de se poser honnetement la question de la finalité de ses propos.

    Que chacun juge ensuite, en son âme et conscience.

    Bien à vous.


    Répondre à ce message
    • > Frère Tariq 17 février 2005, par MC BERNICK

      Cher Anonyme,

      Il y aurait beaucoup à dire sur votre conception de l’anonymat et de ses valeurs. Mais ce n’est pas le débat.

      Vous me reprochez mon militantisme. Mais, hormis qu’ils s’opposent l’un l’autre, je ne vois pas en quoi votre discours est moins militant que le mien. Vous avez appelez les lecteurs à se rendre aux conférences de M. RAMADAN. Il ne me semble pas avoir appelé ces mêmes lecteurs à se rendre aux colloques organisés par l’AIME.

      En outre, si j’ai bien saisi, c’est vous qui avez amené BHL le premier sur le tapis. C’était votre droit mais pourquoi n’avoir pas souligné alors le problème que posent les interventions de M. LEVY contre M. RAMADAN ? A savoir celui de l’"anti-sémitisme" que l’un prête à l’autre ? Pourquoi n’avoir pas parlé de la position de M. RAMADAN quant à la dictature des gouvernements israéliens sur la Palestine ?

      Parce que, pour un discours comme le vôtre, il est beaucoup plus avantageux de focaliser l’attention sur les attaques stupides et dénuées de fondement que M. LEVY porte contre M. RAMADAN. Ainsi, vous faites croire au lecteur qui suit de loin le débat et qui demeure plus que sceptique sur les interventions tous azimuts de BHL, que :

      1) l’intégralité du discours de M. LEVY est faux ;

      2) que les sentiments de BHL s’expliquent par un racisme qu’il ressentirait, lui, envers tous les arabo-musulmans dont M. RAMADAN serait le Chantre - ce qui reste à prouver, d’ailleurs ;

      3) que tous ceux qui ont lu le livre de Mme FOUREST, publié chez GRASSET (comme celui de M. GERARD d’ailleurs) partagent l’avis, les opinions et la xénophobie anti-arabe et anti-musulmane de M. LEVY ;

      4) que l’internaute auquel vous répondez est dans ce cas et que sa fiche de lecture est inspirée par cette triste idéologie ;

      5) et, partant, que tous ceux qui se seraient laissés tenter par l’idée de lire le livre de Mme FOUREST, s’ils le font et surtout s’ils opinent à ce qu’elle expose, ne sont que des BHL en puissance - ce qui, j’ai le regret de vous le dire, n’est vraiment pas plus flatteur pour moi que d’être comparée à un Tariq RAMADAN.

      Je me permets de vous rappeler que c’est moi qui ai demandé dès le départ à vous-même notamment de laisser le lecteur se faire par lui-même une idée du livre de Mme FOUREST en le lisant. J’ajoute que lire le livre de M. GERARD consacré à la Vendrée comme celui de M. ZENOURI et de M. RAMADAN sont aussi des entreprises intéressantes. (Je crois d’ailleurs l’avoir déjà dit.)

      Pour une militante, vous avouerez que je ne suis pas si sectaire que cela. ;-)

      J’ajouterai qu’on peut être laïc et altermondialiste - ce que je suis - sans être pour autant athée et pro-bushiste. Nombre de mes amis sont d’origine arabo-musulmane et veulent vivre leurs racines et leur foi privée en toute liberté, sans qu’un dictateur religieux ou politique viennent leur imposer sa façon de voir sur la question. Quel mal y a-t-il à cela et en quoi devraient-ils avoir honte et être considérés par d’autres personnes, qui ne leur arrivent pas à la cheville, comme des impies et des "apostats" passibles du châtiment suprême ? Eux aussi ont le droit de faire entendre leur voix.

      Ceci sera mon dernier texte sur la question. Après tout, comme je l’ai dit dès le départ, les lecteurs sont parfaitement capables de se faire une idée par eux-mêmes. En toute impartialité et équanimité.

      Courtoisement à toutes et à tous.


      Répondre à ce message
      • > Frère Tariq 17 février 2005

        Bonsoir à toutes et à tous,

        Ecoutez, j’ai bien dit quelles étaient mes contributions et je n’ai pas fait mention de M. Lévy. Je ne vois pas pourquoi vous en parlez dans ce cas. Aviez-vous envie de dire quelque chose ? Dans ce cas, ne prenez pas l’occasion de me répondre pour le dire.

        Et, puis, je ne réponds pas aux accusations qui se basent sur des rumeurs. Soit vous avez des faits qui montreraient cet antisémitisme mais vous ne pouvez pas dire encore une fois ce qu’on entend dire sur M. Ramadan et vous en arrêter-là.

        Et pour toutes ces rumeurs, un livre a été fait, celui de M. Zemouri. Que les gens qui veulent entendre les réponses de Ramadan sur ces questions le lisent. C’est parce que je ne connais pas les réponses par coeur... pas assez militant par rapport à ceux qui passent leur temps à scruter ces cassettes...

        Bonne lecture, Bien à vous,


        Répondre à ce message
        • > Frère Tariq 18 février 2005, par MC BERNICK

          Cher Anonyme,

          Justement, c’est bien un internaute anonyme qui nous a livré l’article de M. GERARD, lequel article développe abondamment un discours sur BHL visant à prouver une espèce de "complot" entre M. LEVY et Mme FOUREST, complot bien entendu tramé contre M. RAMADAN.

          Or, vous nous avez dit vous même que vous étiez l’internaute responsable des messages anonymes. Si le message citant Alain GERARD n’était pas de vous, pourquoi ne pas l’avoir précisé plus tôt et avoir induit vos interlocuteurs en erreur ?

          Dans ces conditions, je ne comprends pas pourquoi vous me reprochez de façon assez malsonnante d’avoir pensé que ce texte vous était aussi imputable.

          Peut-être y a-t-il deux internautes anonymes. Cela reste possible. Il va de soi que ma réponse à ce message vise celui qui l’a posté - et personne d’autre.

          Si vous n’êtes pas l’internaute ayant cité complaisamment l’intégralité de l’article de M. GERARD, merci de nous tirer tous de ce doute.

          Mais je vous saurais gré de ne pas déformer mes propos qui sont on ne peut plus clairs sauf pour ceux qui tiennent, justement, à les déformer. Jamais je n’ai taxé M. RAMADAN d’anti-sémitisme : j’ai même affirmé tout le contraire !

          Etant d’origine égyptienne, M. RAMADAN est lui-même un Sémite, que cela plaise ou non à la masse des Arabes, des Juifs et des Occidentaux. En foi de quoi, il ne peut être taxé d’"anti-sémitisme" dans le sens, trop large et galvaudé, d’opposition au seul peuple juif. Thèse que défend M. LEVY avec sa mauvaise foi et son bagou coutumiers. Quant à l’opposition de M. RAMADAN au régime israélien, cela se comprend et ne me paraîtrait absolument pas condamnable si M. RAMADAN ne cherchait pas à intégrer dans son discours les juifs qui s’opposent à la politique suicidaire d’Israël.

          Je précise une fois encore que mes propos font suite à la citation de l’article d’Alain GERARD par un internaute anonyme qui, d’après ce que vous nous en dites aujourd’hui, n’est pas vous. Soit. Mais cet internaute, ce n’est bien évidemment pas moi ! ;o)

          Courtoisement.


          Répondre à ce message
          • > Frère Tariq 21 février 2005

            Ok nous sommes d’accord (une fois de plus)...

            Bien à vous,


            Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  16 février 2005, par bastet

    ce qui serait bien à présent, c’est que les commentaires et discussions qui tournent en rond s’arrêtent, des pages et des pages de commentaires et réponses ne changeront au sujet : Aucun d’entre vous ne convaincra l’autre, chacun va rester sur ses positions car elles sont tellement à l’opposé qu’elles ne peuvent en aucun cas se rejoindre.

    Nous avons tous bien compris les différents messages, en tout cas je salue McBernick et son point de vue très sobre et intelligent et particulièrement bien développé.


    Répondre à ce message
    • > Frère Tariq 16 février 2005, par MC BERNICK

      Chère Bastet,

      Je suis persuadée que vous avez raison. Sur un sujet aussi brûlant, on ne peut que tourner en rond. D’autant que voilà BHL jeté dans la mêlée par l’entremise de l’article d’Alain GERARD. Or, M. LEVY reproche à RAMADAN son "antisémitisme", ce qui, déjà, met le doute quant au lange qu’utilise BHL lui-même : RAMADAN étant d’origine égyptienne et par là même, sémite, lui reprocher son anti-sémitisme me paraît d’une rare stupidité. Il eût été plus juste de parler d’"anti-judaïsme", le terme "anti-israélisme" n’étant pas non plus très juste puisqu’il implique que tous les Juifs sont partisans de la politique israélienne, ce qui est loin d’être le cas.

      Bref ! :o)

      J’ai lu un livre, je l’ai raconté et il est clair que j’adhère aux idées qu’il exprime. Qu’on ne soit pas d’accord avec moi ou avec le livre, je le conçois. J’ajouterai que j’ai aussi sous le coude le livre cité par Anonymus et qui vient de sortir. Je l’ai survolé et là aussi, pour ce que j’en ai vu, on tourne en rond. Cependant, je vais sans doute le lire aussi.

      Quoi qu’il en soit, le débat ici va nous emporter tous dans de très longs développements dont notre internaute anonyme nous a déjà donné un avant-goût.

      Le mieux est de lire le livre et de se faire une opinion par soi-même.

      Je tiens à remercier la Modération pour nous avoir laissé présenter les liens définissant le mieux ce que nous pensons de la Laïcité. Cela aussi, c’est important pour que le lecteur puisse se faire une idée plus exacte de l’enjeu du discours.

      Courtoisement.


      Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  16 février 2005, par Emilien

    Mon Dieu mais s’il vous plait, calmez-vous ! Je n’ai écrit que trois commentaires, tous signés ! Les citations et liens ne viennent pas de moi ! Quand j’écris quelque chose, je l’assume, donc je signe ! Je n’ai aucun lien avec le site "islam-laïcité", je ne suis pas musulman.

    Maintenant reprenons un peu un débat constructif, et je vais essayer d’apporter ce que je peux.

    Vous vous posez la question de comment M. Ramadan a enseigné Voltaire à ses élèves ? Je vous réponds de suite puisqu’il était mon prof de français l’année dernière au Collège De Saussure ! Il admire Voltaire, tout comme d’autres tels Baudelaire, Rimbaud ou même peut-être Blaise Pascal. Il a souvent relevé de ces écrivains leur critique de l’église, et ce de manière POSITIVE !

    C’est pour cela que je ne comprends pas cette poussée anti-Ramadan, car je le connais en tant que prof, en tant que frère aussi. Il ne parlait jamais de l’Islam en cours, il ne se l’aurait pas permis. Il n’est pas dangereux, c’est un excellent prof, indépendament de ses positions politico-religieuses !

    Pour finir (et je suis fatigué de toujours devoir répéter les mêmes choses sur tous les forums), savez-vous que BHL est multi-milliardaire ? Qu’il influence beaucoup les médias ? (il détient 30% de droits des émissions d’Ardisson, ce qui explique pourquoi Caroline Fourest a été invitée pour faire la promotion de son livre, sans qu’un opposant soit présent, ce qui est vraiment très léger).

    Vous êtes bien naïfs tout de même, BHL n’est pas un ange, il profite bien de sa position... Un exemple ? Il a téléphoné personnellement à Nicolas Sarkosy 1h avant l’émission "Cent minutes pour convaincre", afin de s’assurer que Sarkosy "s’occupe bien du cas Ramadan".

    Ensuite, lors d’une émission de "Tout le monde en parle", Tariq Ramadan a été invité. Ardisson lui a certifié avant l’enregistrement que rien ne serait coupé. Résultat : il est coupé au moment ou il parle du débat de fond, 20 minutes au total. Heureusement il reste les moments mémorables ou Tariq Ramadan est aplaudi par le public (même s’ils en ont coupé deux autres) et quand son opposant, un journaliste bien médiocre, se fait huer.

    PS : le public n’était pas musulman...

    Je voudrais rappeler que je donne mon avis en tant qu’ancien-élève de Tariq Ramadan, en tant qu’admirateur de son combat, en tant qu’admirateur de l’homme, en-dehors de ses idées je le répète.

    Ce que je souhaiterais, ce serait que l’on traite du débat de fond, que l’on débatte avec lui, mais pas que l’on s’attarde sur des affabulations, qui font perdre le temps à tout le monde !

    Emilien


    Répondre à ce message
    • > Frère Tariq 16 février 2005, par Mc BERNICK

      Cher Monsieur,

      J’avoue que je suis un peu surprise de voir le nom de BHL accolé à cette fiche. Mon opinion sur M. LEVY n’est pas des meilleures.

      J’estime cependant, tout comme Searcher, que penser qu’il applaudit Mme FOUREST sous prétexte qu’elle est publiée chez GRASSET, comme lui, est un peu léger comme argument. D’autant que - un internaute me l’ayant signalé - j’ai vérifié, Alain GERARD a effectivement écrit un livre sur la Vendée (ce n’est pas un guide touristique, évidemment) qui a bel et bien été publié lui aussi chez GRASSET.

      Cette querelle "interne" aux auteurs de la maison GRASSET signifie-t-elle que Messieurs LEVY et GERARD sont jaloux l’un de l’autre et que chacun cherche à démolir l’autre ? J’avoue n’y pas songer et que, par conséquent, j’aimerais que, en face, on fît pareil que moi.

      Vous assurez que vous êtes un ancien élève de Tariq RAMADAN et que celui-ci vous aurait compté parmi ses élèves dans ses cours de Français ? Très bien - mais votre précision est assez tardive. Et alors ? Les cassettes AL-TAWHID ne parlent guère de VOLTAIRE ou des penseurs des Lumières en termes plaisants. Mieux : elles évoquent absolument tout le contraire de ce que vous nous affirmez avoir entendu dans la bouche de M. RAMADAN. Voilà qui est curieux.

      Vous le connaissez "en tant que frère" ? Qu’entendez-vous par là ? Merci de le préciser.

      J’aimerais que vous me citiez un seul de mes messages dans lesquels je fais l’apologie de M. LEVY et de sa dictature médiatique.

      J’aimerais aussi savoir d’où vous tenez ce que vous affirmez sur le coup de fil lancé à SARKOZY par BHL. Vous l’avez personnellement vérifié, bien entendu ?

      Le combat que Tariq RAMADAN mène, il le fait bien entendu au nom de ses idées - indépendamment de ce que sont celles-ci. Je comprends donc fort mal comment vous pouvez admirer ledit combat "en-dehors de ses idées."

      Vous souhaitez un débat de fond, dites-vous. Mais ce débat est périodiquement repris. Que M. RAMADAN se sépare du Centre islamique de Genève et de sa fratrie plus qu’encombrante (sans oublier les Frères musulmans) et qu’il renonce à tous les bénéfices matériels que, tout comme M. LEVY, il tire de son statut d’"intellectuel musulman", qu’il adopte un langage qui ne le mette en porte-à-faux ni avec l’Europe, ni avec certains extrêmistes intégristes qui le considèrent eux aussi comme un Tartufe et on le verra certainement d’un autre oeil.

      Vous m’excuserez de ne pas continuer plus loin mais aujourd’hui, le temps m’est un peu compté. Je vais reprendre tous vos arguments - et ceux des autres internautes - tranquillement demain et vous répondrai par la suite en conséquence, vraisemblablement avant samedi.

      Courtoisement.

      PS pour la Modération : lorsque je poste mon message, mon pseudo et mon mail apparaissent au bas de la page, ce qui est normal. Comment se fait-il, en ce cas, qu’ils ne soient pas toujours en tête de mes réponses ? Merci.


      Répondre à ce message
      • > Frère Tariq 16 février 2005, par Mc BERNICK

        Précision personnelle :

        Il faut lire :

        Le combat que Tariq RAMADAN mène, il le fait bien entendu au nom de ses idées - indépendamment de ce que je pense de celles-ci. Je comprends donc fort mal comment vous pouvez admirer ledit combat "en-dehors de ses idées."

        Courtoisement.


        Répondre à ce message
      • > Frère Tariq 19 février 2005, par Emilien

        Cher McBernyc

        Lorsque j’ai évoqué l’appui que donne BHL à Caroline Fourest, je ne liait pas ceci aux Editions Grasset, d’ailleurs je n’en ai jamais fait mention. BHL applaudit tout écrivain ou pseudo-reporter s’il s’attaque à l’Islam, particulièrement à Tariq Ramadan. Tout simplement parce que Tariq Ramadan est l’un des seuls à avoir osé critiquer publiquement BHL ! Les journalistes ont peur de mettre en doute BHL, car les représailles sont toujours puissantes.

        Concernant l’appel de BHL le jour de l’émission "100 minutes pour convaincre", mes sources sont sûres puisqu’il s’agit d’un amis qui travaillait chez France 2 ce jour-là et qu’il l’a entendu de ses propres oreilles.

        Ensuite vous me demandez que Tariq Ramadan se sépare du centre islamique de Genève, mais je n’en vois pas la raison ! Des centaines de musulmans s’y rendent, et pourtant Genève n’est pas connu pour abriter le terrorisme islamiste...

        J’ai affirmé connaître Tariq Ramadan en tant que frère, c’est une autre façon de dire amis. Mais il est en quelque sorte mon grand frère puisqu’il m’a soutenu dans certaines situations compliquées. Enfin là n’est pas le débat... Je voulais juste vous faire comprendre que toute personne qui le connaît personnellement sait pertinement qu’il n’est pas dangereux, que sa philosophie se base sur l’amour du prochain, sur le courage ("Cette vie est un combat, lève-toi et marche"), sur la solidarité avec les plus nantis. En outre, Tariq Ramadan a lancé une multitude d’initiative d’entraide aux pays pauvres comme le tibet ou des pays d’Afrique Noire. Sa fille n’a que 18 ans mais s’engage déjà dans un tas d’actions de solidarité. Et ils ne soutiennent pas que les musulmans !

        Cet homme a un grand coeur, alors toute cette campagne est grotesque. On lui reproche d’un côté d’être trop musulman, d’un autre d’être trop occidentalisé. Il se trouve piégé entre deux mondes qu’il ne veut absolument pas décevoir.

        Si j’appuie à 100% son combat, c’est parce que je le trouve magnifique ! J’ai suivi certaines de ses conférences, lu plusieurs de ses ouvrages, écouté ses cassettes, et je me suis fait ma propre idée sur son combat, qui est noble ! Premièrement empêcher les musulmans de se victimiser, de se sentir exclu de la société. Deuxièmement leur enseigner l’histoire de l’Islam. Troisièmement les pousser encore et encore à s’intégrer, à respecter les lois françaises. Finalement ne pas les laisser tout accepter, les inciter à se battre pour leurs droits les plus légitimes en tant que citoyens français.

        Rien d’affreux, pas de double discours.

        Si je me suis indigné de votre analyse du livre de Caroline Fourest, c’est parce que vous saluez son investigation, mais j’ai fait le même travail et j’en arrive à de toutes autres conclusions... Ce que je demande, c’est que vous ne croyiez pas tout ce qu’elle dit, car il s’agit d’un reportage à charge dans toute sa splendeur.

        Je me souviens de cette émission où j’ai découvert pour la première fois Caroline Fourest. Elle s’était attaquée à lui, mais elle avait parue complétement stupide, car ses arguments ne tenaient pas. Je me souviens de cette phrase qu’elle avait citée partiellement, et que Tariq Ramadan avait magistralement balayée en citant la fin de ladite phrase... La méthode de Caroline Fourest est peu scrupuleuse, son livre n’est pas à lire puisqu’il est un tissus de mensonges.

        Je vous donne un exemple de sa méthode :

        Imaginez que vous disiez : "Je n’aime pas les musulmans qui défendent la charia, ils sont dangereux pour notre société."

        Avec un petit tour de passe-passe, on pourra vous rendre islamophobe, raciste,...

        Cette personne a dit : "Je n’aime pas les musulmans, ils sont dangereux pour notre société"

        C’est si facile de faire dire à quelqu’un ce qu’il n’a pas dit...

        Ce que je vous demande maintenant, c’est de vite lire le livre d’Aziz Zemouri "Faut-il faire taire Tariq Ramadan". Cela vous permettra de mieux cerner le personnage, car il s’y explique très clairement, plus clairement que jamais !

        "Courtoisement"

        Emilien


        Répondre à ce message
        • > Frère Tariq 19 février 2005, par bastet
          vous savez, on avait tous compris votre point de vue après les multiples pages que vous avez envoyées - mais comme je l’ai dit précédemment, ni vous ni mcbernick ne pourrez vous mettre d’accord, alors ce serait bien qu’à présent vous vous mettiez à penser à autre chose qu’à convaincre quelqu’un qui de toute façon ne pense pas comme vous. On ne peut tout contrôler, tout décider, tout penser à la place des autres.
          Répondre à ce message
          • > Frère Tariq 19 février 2005, par Emilien

            Cher Bastet

            Je ne comprends pas vraiment votre contribution à ce forum, le but n’est-il pas d’opposer nos opinions ???

            Je connais bien Tariq Ramadan, personnellement, alors je peux apporter une vue bien différente des autres. Maintenant si vous ne m’écoutez pas, ce n’est pas grave. Mc Bernick m’écoute et me pose des questions, je lui réponds : cela s’appelle un débat...

            S’il on devait se taire dès que l’on est pas en accord avec les autres, ce serait privilégier une pensée dictaturiale... Nous vivons dans un monde sensé être "démocratique", alors rien ne m’empêche d’exprimer mon point de vue. Et il me semble que vous n’avez pas apporté grand chose au débat jusqu’à maintenant...

            Emilien

            PS : vous parlez de nombreuses pages que j’aurais déjà écrites, ne confondez-vous pas la personne anonyme et moi ??


            Répondre à ce message
        • > Frère Tariq 20 février 2005, par MC BERNICK

          Cher Emilien,

          Ne vous inquiétez pas, lorsque vous prétendez que j’ai déclaré et écrit que M. RAMADAN était "anti-sémite", vous avez donné à tout le monde ici un parfait exemple de la méthode que vous prétendez dénoncer, c’est-à-dire prêter à quelqu’un des paroles et des actes qu’il n’a ni prononcées, ni accomplis. :o)

          M. RAMADAN considérant la citoyenneté (française ou autre) comme une indication "purement géographique" et jurant non en terme de Français musulmans, de Suisses musulmans, d’Anglais musulmans ... mais bel et bien de "Musulmans" tout court devant appeler à "plus d’Islam" indépendamment du pays où ils sont nés, et vous-même approuvant "à 100%" son combat et ses dires, notre conception de la "citoyenneté" est fort différente. Pour moi, la démocratie prime sur l’appartenance religieuse. Pour vous, c’est l’appartenance religieuse qui prime sur la démocratie.

          Vous savez, le lecteur qui parcourt ce débat n’est pas idiot.

          Vous demandez à Bastet si ce forum n’est pas là pour "opposer nos opinions" ?

          Mais comment se faire une opinion puisque, selon vous, "le livre de Caroline Fourest n’est pas à lire puisqu’il n’est qu’un tissu de mensonges" ?

          Ai-je dit, moi, la militante supposée, que les livres de M. ZEMOURI ou de M. GERARD-SAMLA "n’étaient pas à lire puisqu’ils ne sont que des tissus de mensonges " ? ...

          "N’est pas", dites-vous. Cela revient-il à dire que l’on ne DOIT pas lire tel ou tel livre au prétexte qu’il n’exprime pas les mêmes opinions que celle de M. RAMADAN ? Et comment se fait-il que, dans ces conditions, ces opinions ne soient que des "tissus de mensonges" ? Depuis quand existe-t-il une loi qui interdise en France et en Europe de penser par soi-même et de décider en conscience et en se basant sur des documents si, oui ou non, la personne qui vous tient un discours ment ou pas ?

          En quoi votre présentation de M. RAMADAN est-elle plus objective que celle de Mme FOUREST ? Vous dites vous-même que M. RAMADAN est un ami qui vous a beaucoup aidés, vous et votre famille, en certaines circonstances ... :o)

          Quant à vos "preuves", ce ne sont que des "on-dits" que vous nous rapportez mais dont nous ne sommes pas obligés de croire qu’ils sont exacts. Cela reste votre droit mais en ce cas, vous n’avez pas à jeter le discrédit sur le livre de Mme FOUREST à qui vous reprochez d’avoir, selon vous, utilisé le même procédé ! (Ce qui est d’ailleurs totalement faux.)

          Comme le souligne Bastet, nos points de vue s’opposent. Mais la différence, c’est que j’invite tous ceux qui nous lisent à se procurer les deux ouvrages et à les lire attentivement l’un et l’autre. Vous, c’est très clair, vous leur dites : "Le livre de Caroline FOUREST n’EST PAS à lire : c’est un tissu de mensonges." Vous avez jugé : les autres doivent s’incliner. :o)

          Ce que vous dites également de la façon dont M. RAMADAN aurait mis à bas les arguments de Mme FOUREST lors d’un débat est mensonger.

          Et il y aurait encore beaucoup à dire mais je suis certaine que les lecteurs ont parfaitement saisi votre discours qui est en substance ceci : "Hors de Tariq RAMADAN, point de salut !" Libre à vous de le penser ...

          ... et à nous - nous sommes de plus en plus nombreux - de penser tout le contraire, ne vous en déplaise, sans finir pour autant devant un tribunal régissant selon la Charia. :o)

          Opposer nos arguments, soit. Mais de façon raisonnée, pensée et argumentée.

          Je constate, avec regret mais sans étonnement majeur, que vous-même et le ou les internaute(s) anonyme(s) vous révélez incapables de reprendre des arguments point par point en leur opposant autre chose que des phrases revenant à dire : "Vous ne pensez pas comme Frère Tariq, donc vous mentez."

          Vous cherchez également à embrouiller les pistes en affirmant - ce qui est manifestement faux pour tout lecteur ayant parcouru l’intégralité de mes posts - que je vous ai confondu, vous, Emilien, et continue à vous confondre avec l’internaute anonyme dont on ne sait même pas s’il est seul à "anonymiser" et s’il n’a pas, par hasard, un petit "frère" lui aussi ... :O)

          Vous tentez de faire de même à l’égard de Bastet afin, manifestement, de lui prêter une lecture subjective du débat et de discréditer son approche personnelle. Dans l’hypothèse où Bastet appartiendrait à la Modération de ce site, vous prenez ainsi les devants pour vous présenter - vous et les idées de M. RAMADAN - comme des victimes d’une censure qui n’existe que dans votre imagination.

          Excusez-moi, votre technique n’est guère habile et c’est vraiment primaire. Ce n’est pas là ma conception d’un débat raisonnable et surtout intègre.

          Une dernière fois, je le dis et le répète :

          Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs, quelles que soient vos origines ethniques et confessionnelles, si vous vous posez des questions sur Tariq RAMADAN, procurez-vous les deux livres essentiellement cités sur ce forum. Ne les achetez pas forcément : vous les trouverez certainement en bibliothèque. (Sachez en effet que, l’un comme l’autre, ils tournent tous les deux autour de 20 €.)

          Lisez-les, épluchez-les, soyez particulièrement vigilants sur l’analyse des divers courants de l’Islam que donne Caroline FOUREST et que M. GERARD-SAMLA semble avoir comprise tout à fait de travers (ce qui est grave pour un monsieur censé faire autorité en sa partie), voyez également soigneusement l’analyse que donne M. RAMADAN du statut de la femme en Islam en ne perdant pas de vue le fait que l’épouse de M. RAMADAN, ex-catholique, s’est convertie à l’Islam pour l’épouser, suivant en cela la loi coranique, et qu’elle porte le voile (les dernières pages du livre de M. ZEMOURI sont savoureuses) et faites-vous votre opinion.

          Et rappelez-vous que "l’ouverture d’esprit" dont se réclame Emilien, le "non-militant" ( !!), l’a conduit à trancher non seulement en son nom - ce qui est acceptable - mais aussi, mais surtout au vôtre : "Le livre de Caroline Fourest n’EST PAS à lire : c’est un tissu de mensonges."

          Rappelez-vous et méditez.

          Cordialement à toutes et à tous.


          Répondre à ce message
          • > Frère Tariq 21 février 2005, par Emilien

            Très chère Mc Bernick !

            Après cette superbe intervention que vous venez de nous faire part, je me dois d’éclaircir certains points énoncés.

            1 Vous écrivez : "Ne vous inquiétez pas, lorsque vous prétendez que j’ai déclaré et écrit que M. RAMADAN était "anti-sémite", vous avez donné à tout le monde ici un parfait exemple de la méthode que vous prétendez dénoncer, c’est-à-dire prêter à quelqu’un des paroles et des actes qu’il n’a ni prononcées, ni accomplis. :o)"

            Je vous mets au défi de retrouver dans quel commentaire j’aurais prétendu que vous aviez affirmé que Tariq Ramadan est antisémite ! Je ne l’ai même pas implicité, ni même pensé... Ce qui revient à dire que vous me reprochez un procédé que je n’utilise, en l’utilisant...

            2

            "M. RAMADAN considérant la citoyenneté (française ou autre) comme une indication "purement géographique" et jurant non en terme de Français musulmans, de Suisses musulmans, d’Anglais musulmans ... mais bel et bien de "Musulmans" tout court devant appeler à "plus d’Islam" indépendamment du pays où ils sont nés"

            Tariq Ramadan l’a dit et répété : il est Suisse, d’abord, de culture française ensuite (en effet la culture suisse n’existe pas), et pour finir il est de CONFESSION musulmane. Il est très clair sur ce point. Pour tout musulman français, il doit se sentir avant tout CITOYEN français. Si vous aviez assisté à ses conférences, vous pourriez mieux le comprendre...

            3

            Oui, je le dit, je l’affirme avec force, LE LIVRE DE CAROLINE FOUREST EST UN TISSU DE MENSONGES. C’est mon opinion, que je me suis faite tout seul, en parcourant livres, cassetes et conférences. Un travail absolument primordial pour comprendre que Caroline Fourest n’a pas été objective. Vous me direz que moi non-plus je ne suis pas objectif, vous avez raison. Mais j’essaie de toujours le rester, et sans prendre de risque, je réaffirme que LE LIVRE DE CAROLINE FOUREST EST UN TISSU DE MENSONGES. Vous avez donné votre opinion, je donne la mienne.

            4

            "Ai-je dit, moi, la militante supposée, que les livres de M. ZEMOURI ou de M. GERARD-SAMLA "n’étaient pas à lire puisqu’ils ne sont que des tissus de mensonges " ? ..."

            Ai-je prétendu que vous aviez dit cela ? Et ai-je demandé aux lecteurs de ne pas lire "Frère Tariq" ? Non, tout simplement...

            5

            "En quoi votre présentation de M. RAMADAN est-elle plus objective que celle de Mme FOUREST ? Vous dites vous-même que M. RAMADAN est un ami qui vous a beaucoup aidés, vous et votre famille, en certaines circonstances ... :o)"

            Effectivement, je ne peux prétendre être parfaitement objectif, c’est certain. Mais j’ai la chance de connaître personellement Tariq Ramadan, ce qui est un privilège qui me permet de définir autrement le personage que Caroline Fourest, qui manifestement ne l’apprécie pas, ce qui la discrédite.

            6

            "Quant à vos "preuves", ce ne sont que des "on-dits" que vous nous rapportez mais dont nous ne sommes pas obligés de croire qu’ils sont exacts. Cela reste votre droit mais en ce cas, vous n’avez pas à jeter le discrédit sur le livre de Mme FOUREST à qui vous reprochez d’avoir, selon vous, utilisé le même procédé ! (Ce qui est d’ailleurs totalement faux.)"

            Effectivement, je vous ai parlé de "on-dit", je vous demande tout simplement de me faire confiance. Il n’y a pas eu d’intermédiaire, certaines affirmations viennent de Tariq Ramadan lui-même, qui, je le sais, n’est pas un menteur. Je l’affirme et je l’assume.

            Mais comment pouvez-vous affirmez que Caroline Fourest a utilisé un procédé déontologique ? Avez-vous vérifié ses propos, ses sources ? Non, c’est un travail que j’ai fait.

            7

            "Comme le souligne Bastet, nos points de vue s’opposent. Mais la différence, c’est que j’invite tous ceux qui nous lisent à se procurer les deux ouvrages et à les lire attentivement l’un et l’autre. Vous, c’est très clair, vous leur dites : "Le livre de Caroline FOUREST n’EST PAS à lire : c’est un tissu de mensonges." Vous avez jugé : les autres doivent s’incliner. :o)"

            Bravo, vous me prêtez encore des paroles à tort. Je n’ai pas dit qu’il ne faut pas le lire, j’ai dit ce que j’en pensais, tout comme vous... Vous l’avez aussi jugé, avec autant de qualificatifs flatteurs dans votre commentaire de livre.

            8

            "Ce que vous dites également de la façon dont M. RAMADAN aurait mis à bas les arguments de Mme FOUREST lors d’un débat est mensonger."

            Non, ce ne l’est pas. Emission de Guillaume Durant, il y a un an environ. L’avez-vous vue ?

            9

            "Je constate, avec regret mais sans étonnement majeur, que vous-même et le ou les internaute(s) anonyme(s) vous révélez incapables de reprendre des arguments point par point en leur opposant autre chose que des phrases revenant à dire : "Vous ne pensez pas comme Frère Tariq, donc vous mentez.""

            Je ne pense pas non-plus comme lui, mais pourtant je ne ment pas... et je n’ai pas dit que vous mentiez, j’affirme que votre analyse du livre n’est pas bonne, c’est tout. Car si vous pouvez affirmer que TARIQ RAMADAN EST RESPONSABLE DE LA MONTEE DE L’ISLAMISME EN EUROPE, PARTICULIEREMENT EN FRANCE, c’est que vous n’avez définitivement rien compris de son travail... Il se bat justement contre cela... Il critique acerbement les pays islamistes. Ce depuis qu’il a mis les pieds en Egypte, son pays d’origine, lorsqu’il avait 15 ans seulement. Où il a été très déçu, car il ne pouvait pas débattre sur l’interprétation du coran, d’où la preuve de son progressisme.

            10

            "Vous cherchez également à embrouiller les pistes en affirmant - ce qui est manifestement faux pour tout lecteur ayant parcouru l’intégralité de mes posts - que je vous ai confondu, vous, Emilien, et continue à vous confondre avec l’internaute anonyme dont on ne sait même pas s’il est seul à "anonymiser" et s’il n’a pas, par hasard, un petit "frère" lui aussi ... :O)"

            En effet, vous m’avez confondu à plusieurs reprises, mais je vais arrêter de le répéter car j’en suis fatigué...

            11

            "Vous tentez de faire de même à l’égard de Bastet afin, manifestement, de lui prêter une lecture subjective du débat et de discréditer son approche personnelle. Dans l’hypothèse où Bastet appartiendrait à la Modération de ce site, vous prenez ainsi les devants pour vous présenter - vous et les idées de M. RAMADAN - comme des victimes d’une censure qui n’existe que dans votre imagination."

            Mais où allez-vous chercher tout cela ??? Je ne parle pas pour Tariq Ramadan, je ne suis pas son représentant ! Je ne suis pas victime de censure, si lui l’est ou non, c’est une autre question. Je n’ai pas tenté de le discréditer non-plus, ce n’est pas mon but. Et je ne savait pas qu’il faisait parti de la modération.

            12

            "Lisez-les, épluchez-les, soyez particulièrement vigilants sur l’analyse des divers courants de l’Islam que donne Caroline FOUREST et que M. GERARD-SAMLA semble avoir comprise tout à fait de travers "

            Je ne peux me prononcer sur ce sujet, je n’ai pas lu M. Gérard Samla, je ne le connais même pas... Pourtant vous me parlez toujours de lui comme si je le défendait.

            13

            "voyez également soigneusement l’analyse que donne M. RAMADAN du statut de la femme en Islam en ne perdant pas de vue le fait que l’épouse de M. RAMADAN, ex-catholique, s’est convertie à l’Islam pour l’épouser, suivant en cela la loi coranique, et qu’elle porte le voile (les dernières pages du livre de M. ZEMOURI sont savoureuses) et faites-vous votre opinion."

            Comment pouvez-vous affirmer une telle bêtise ? Mme Ramadan s’est convertie parce qu’elle l’a choisi, elle n’a pas voulu suivre une loi coranique. Elle voulait se marier à Tariq Ramadan, elle a tout fait pour. En parlant de Mme Ramadan, savez-vous que c’est une militante des droits de la femme musulmane ? Une musulmane féministe mariée à Tariq Ramadan, surprenant tout de même, quand on pense comme vous. Un autre exemple : la fille de Tariq Ramadan à décidé de porter le foulard un jour, sans qu’elle n’en aie jamais parlé à son père. Elle l’a fait parce qu’elle le souhaitait. Elle fréquente un lycée proche du miens, c’est une fille qui ne se limite pas son foulard (comme beaucoup de non-musulmans imaginent qu’une femme voilée est une femme opprimée, ce qui est fort stupide). Elle s’implique dans un tas d’actions de solidarité, je l’ai déjà dit, elle a un caractère bien trempé, rompant ainsi le stéréotype que certains ont de la femme voilée...

            14

            "Emilien, le "non-militant" ( ! !)"

            D’une part, je ne me suis jamais prétendu "non-militant", c’est un internaute anonyme qui l’a fait. Mais maintenant je l’écris pour le première fois : je ne suis pas militant. Je ne vois pas en quoi d’ailleurs. Je ne suis pas musulman, je défend un personnage parce que je suis triste pour lui, parce qu’il ne mérite pas tout ça, parce qu’il vit une situation difficile.

            J’espère que je n’aurais plus à intervenir car j’ai l’impression que nous n’avonçons pas. Mais je serai forcé de le faire si vous continuez à m’accorder des propos que je n’ai pas tenus.

            Je vais maintenant ma conclusion personnelle quand aux livres :

            Lisez ce que vous voulez, mais si vous souhaitez mieux percevoir le personnage qu’est Tariq Ramadan, lisez le livre d’Aziz Zemouri "Faut-il faire taire Tariq Ramadan". Ce n’est pas le livre du siècle mais Aziz Zemouri a posé les bonnes questions à Tariq Ramadan, il lui donne la possibilité de s’exprimer, de se défendre, ce qui n’est pas le cas de Caroline Fourest.

            Il y a quelque chose qui me surprend tout de même, si Tariq Ramadan était un musulman prêchant l’islamisme, comment se fait-il que dans le pays européen le plus à droite (malheureusement c’est le cas de mon pays, la Suisse), Tariq Ramadan soit défendu par tous les étudiants qu’il est eu, qu’ils soient chrétiens, juifs, racistes, islamophobes,... ???


            Répondre à ce message
            • > Frère Tariq 21 février 2005, par MC BERNICK

              Cher Emilien,

              1) M. LEVY s’en va partout (et sur tous les plateaux de télévision, entre autres) en clamant bien haut et bien fort que M. RAMADAN est un anti-sémite. (Terme inapproprié sur lequel nous n’allons d’ailleurs pas revenir.) Je m’étonne que, avec vos "amitiés" à France 2, la chose ne vous ait pas encore marqué. Comme vous m’accusez de "naïveté" envers BHL, il va de soi que vous estimez que de tels propos, de la part de M. LEVY, ne me dérangent absolument pas. Ce qui est faux. Ma mise au point a été on ne peut plus claire sur la question.

              Je m’étonne également que vous n’ayez pas la courtoisie de lire les contributions de notre ami l’internaute anonyme. J’en viens même à me demander si vous lisez les miennes jusqu’au bout ...

              2) Il n’y a pas de "culture suisse" ? :o) Venant de quelqu’un qui, comme vous, s’affirme suisse, permettez-moi d’être fort étonnée. Dans ce cas, vous devez ignorer absolument tout de l’histoire, extrêmement fournie et brillante, de la Confédération helvétique ! M. RAMADAN se veut d’abord "musulman" et incite tous ceux qui l’écoutent à se revendiquer comme tels - et seulement comme tels. Il fait donc référence, je le répète, à une religion comme seule identité et non à une ethnie. Pour lui, on est musulman avant d’être suisse, français ou égyptien. Le lecteur appréciera.

              3)C’est exact, pour ma part, j’ai donné mon opinion mais vous, vous avez écrit - je vous cite : "Le livre de Caroline Fourest n’est pas à lire puisqu’il est un tissu de mensonges." Selon vous, ce n’est pas une invitation à ne pas lire le livre de Mme FOUREST mais vous ne pouvez pas encore faire dire à la langue française ce que vous, et vous seul, désirez. Je sais que la coutume, chez les gens défendant votre propos, vient de très loin.

              Mohamet et les scripteurs qui lui succédèrent prélevèrent des mots juifs dans l’Ancien Testament pour les introduire directement dans ce qui allait devenir le Coran. Le procédé est banal. Ce qui l’est moins, c’est qu’ils voulurent à toutes forces arabiser ces mots et expressions et, pour ce faire, gommèrent soigneusement pour la masse leur origine hébraïque. A ce jour, ils restent les seuls à avoir tenté (et réussi pendant des siècles) ce véritable tour de passe-passe linguistique.

              Mais le français reste le français, cher Emilien. Et ce ne sont pas des ignorants qui nous lisent. Votre phrase était malheureuse, vous ne pouvez pas la retirer ; en conséquence, vous niez ce qu’elle signifie bel et bien, à savoir : "Le livre de Caroline FOUREST ne DOIT pas être lu puisqu’il est un tissu de mensonges." :o)

              4) Tentative éhontée de "noyer le poisson." C’est impossible, vous savez, de noyer un poisson ... :o)

              5) Vous avez "le privilège" de connaître personnellement Tariq RAMADAN. Mme FOUREST, elle, ne l’a pas. De plus, "Mme FOUREST n’apprécie manifestement pas M. RAMADAN, ce qui la discrédite."

              Ah ! Donc, le fait de ne pas apprécier une personne discrédite automatiquement celle qui ne l’apprécie pas ?

              Argument pour le moins étrange, que les lecteurs apprécieront.

              6) Mais, même si je vous faisais confiance, cher Emilien - ce qui n’est pas le cas - qu’est-ce qui me prouverait que vous n’êtes pas un brave homme berné par la technique de M. RAMADAN et son incontestable charisme ? ...

              Certainement, les procédés de Mme FOUREST sont beaucoup plus déontologiques que ce que vous me proposez là.

              Vous avez vérifié toutes les sources de Mme FOUREST ? Mais alors, que diable faites-vous avec moi à perdre votre temps sur "MBN" ? Courez et écrivez un livre reprenant point par point le discours de Mme FOUREST et publiez-le - M. RAMADAN vous aidera certainement. Nous pourrons alors discuter un peu mieux de ces "sources" et de votre "travail".

              8) Je l’ai vue et je ne partage pas votre analyse. D’autre part, je me permets de vous rappeler que M. RAMADAN est périodiquement remis à sa place par Gilles KEPEL. Or, si l’on suit vos raisonnements, puisqu’un intervenant au moins - et pas des moindres - parvient toujours à renvoyer M. RAMADAN à son double-langage, c’est que M. RAMADAN le parle réellement.

              Ou alors, ce qui est valable à l’encontre des contradicteurs de M. RAMADAN ne l’est pas pour sa personne ? ... Mais pourquoi donc ? M. RAMADAN serait-il "intouchable" ?

              9) Vous nous dites ici : "Je ne pense pas comme Tariq RAMADAN" et pourtant, dans un autre message, signé de vous, vous nous affirmez défendre son combat à 100%.

              Là, je m’interroge. Vous soutenez à 100% le combat "admirable" d’un homme dont vous ne partagez pas la pensée ? ... Mais pourquoi le soutenir, alors ?

              Il est bon de rappeler aux lecteurs qui l’ignorent que, si M. RAMADAN n’a pu exprimer sa vision personnelle du Coran en Egypte (ce qui l’a effectivement beaucoup déçu), c’est parce que le gouvernement égyptien (et la masse du peuple) n’étaient pas d’accord avec son discours réactionnaire et se souciaient peu de voir redébarquer chez eux le petit-fils d’Hassan-el-Banna et le fils de Saïd RAMADAN et de Waffa-el-Banna.

              10) Non, je ne vous ai jamais confondu avec qui que ce soit, Emilien. Je vous ai d’abord appelé "Cher Monsieur", puis "Cher Emilien" - "Cher Anonyme" étant réservé à notre ami-fantôme, adepte des plis et des mails non cachetés.

              11) Vous perdez pied ici. Revoyez votre copie. :o)

              12) Merci de rendre à César ce qui lui appartient. C’est Anonymus qui a fait intervenir M. GERARD-SAMLA (Alain de son prénom) dans ce débat. Peut-être le regrette-t-il en ce moment mais c’est trop tard.

              D’autre part, ce n’est pas à vous que s’adressait le paragraphe que vous citez mais bel et bien aux lecteurs éventuels.

              13) Je suis heureuse de constater que, pour vous, la loi coranique n’implique le port ni du voile, ni du foulard. :o) Il est vrai que le Prophète Mohamet recommanda cela uniquement lorsque les femmes de Médine risquaient de tomber aux mains des envahisseurs - c’est-à-dire des Bédouins adversaires de Mahomet, lesquels n’épousaient pas ses convictions religieuses. Mais, depuis lors, les réactionnaires islamistes en ont fait ce que l’on sait, hélas !

              Emilien, je suis au regret de vous dire que, pour moi et pour ceux avec qui je milite, il n’y a ni droits de la Femme chrétienne, ni droits de la Femme juive, ni droits de la Femme musulmane, ni droits de la Femme bouddhiste, non plus que de droits de la Femme athée.

              Il y a seulement les droits de l’Homme qui impliquent automatiquement les droits de la Femme.

              14) Ne vous énervez pas, cher Emilien, nous l’avions parfaitement compris : vous n’êtes pas musulman, vous n’êtes pas militant et vous êtes encore moins islamiste. :o)

              Vous êtes un ami-frère (dans la langue arabe, le terme "frère" s’utilise dans le sens d’"ami") de Tariq RAMADAN, qui a le "privilège" de le connaître personnellement, ce qui authentifie bien entendu tous les propos qu’il peut tenir sur M. RAMADAN et sa doctrine et qui, bien que ne pensant pas comme M. RAMADAN, soutient son combat à 100%

              C’est très clair. :o)

              Nous avons aussi compris que, si le livre de Caroline FOUREST "n’est pas à lire" puisqu’elle y conteste point par point le discours de M. RAMADAN - ce qui la discrédite, évidemment :o) - nous devons nous mettre en rang pour aller acheter celui de M. ZEMOURI qui a posé les "bonnes" questions (il y en aurait donc de "mauvaises" ?) à Frère Tariq.

              Quant au fait que M. RAMADAN ne puisse pas s’exprimer ... Lui qui est invité à tant de tables rondes, lui qui a un site Internet, lui qui dispose d’Al-Tawhid ... cet homme-là ne pourrait pas s’exprimer ? Allons donc ! :o)

              Que des étudiants chrétiens intégristes défendent M. RAMADAN, cela n’étonnera personne. Mme FOUREST elle aussi mentionne dans son livre ce sinistre pacte.

              Pour les étudiants juifs orthodoxes, je crains que vous ne vous illusionniez : c’est en partie au nom de cette orthodoxie-là que les Palestiniens subissent ce qu’ils subissent actuellement. Dans le contexte politique actuel, je vois donc très mal les Juifs orthodoxes applaudir et encourager un RAMADAN.

              Quant à votre remarque sur les étudiants « racistes » et « islamophobes » et sur l’emprise qu’aurait sur eux M. RAMADAN, elle est inexacte déjà dans la forme. En effet, si le racisme existe bel et bien, l’islamophobie, elle, est une invention démagogique des islamistes et rien d’autre. Quant au fond ... :o)

              Courtoisement.


              Répondre à ce message
              • > Frère Tariq 21 février 2005, par Emilien

                Chère Mc Bernick

                J’ai relu attentivement toutes mes interventions, pourtant je n’ai pas réussi à trouver quand j’ai bien pu dire que le livre de Caroline Fourest n’est pas à lire, je vous laisse vérifier maintenant.

                Je n’ai donc pas à "revoir ma copie"...


                Répondre à ce message
                • > Frère Tariq 21 février 2005, par MC BERNICK

                  Cher Emilien,

                  Je prends bonne note de votre remarque.

                  Merci de m’expliquer - et d’expliquer à tous ceux qui suivent aussi ce débat - comment il se fait que nous y trouvions ceci un peu plus haut :

                  "> Frère Tariq 19 février 2005, par Emilien

                  Cher McBernyc

                  Lorsque j’ai évoqué l’appui que donne BHL à Caroline Fourest ...

                  (Long développement) ... ...

                  La méthode de Caroline Fourest est peu scrupuleuse, son livre n’est pas à lire puisqu’il est un tissus de mensonges."

                  Nous ne savons toujours pas s’il y a, ou non, deux internautes anonymes et voilà qu’il y aurait peut-être deux "Emilien" ... :o)

                  Courtoisement.


                  Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  14 février 2005, par Dadoo
    MESSAGE IMPORTANT : Je vous invite tous à faire preuve de la plus grande modération sur ce sujet qui semble provoquer la polémique. En cas de débordement je fermerai le forum associé à cet article immédiatement.
    Répondre à ce message
    • > Frère Tariq 14 février 2005, par Searcher

      J’interviens une dernière fois pour rectifier une erreur. J’ai prêté à Emillien des propos tenus par un internaute nommé Bastet. Ce qui m’étonne, c’est que, quand j’ai lu cet article hier, je n’avais pas discerné ce pseudo et le texte me semblait anonyme.

      Je maintiens ce que j’ai dit sur Léon XIII et sur le fait qu’on peut être croyant et laïc.

      Pour la laïcité, qui est ici mise à rude épreuve, je fournis un lien en laissant à la modératon le soin de le maintenir ou pas. J’ajoute que ce n’est pas parce qu’on fournit un lien que l’on milite sur le site concerné. Même si Emilien (là, je suis sûr de ne pas faire d’erreur) affirme le contraire pour Mc Bernick.

      Il faut dire qu’il affirme tant de choses ...

      Autre chose : ce lien concerne le Réseau Voltaire qui est très mal vu des grosses têtes creuses de Sciences-Po. Alain Gérard (Samla) est prof à Sciences-Po. Au fait, Emilien a oublié de signaler que Alain Gérard était édité chez ... Grasset.


      Définition de la laïcité.
      Répondre à ce message
      • > Frère Tariq 16 février 2005, par Emilien

        Vous vous excusez d’avoir accordé un message à mon compte, merci de le préciser. Mais en fin de message, vous parlez d’Alain Gérard, que j’aurais oublié de signaler qu’il est édité chez Grasset. A nouveau vous m’accordez un peu trop d’importance, je n’ai pas écrit quoi que ce soit sur lui...

        Rien de constructif dans ce commentaire, je m’en excuse, mais je souhaitais remettre la mosquée au milieu du village !

        Emilien


        Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  14 février 2005, par Searcher

    Bonjour.

    Je vous lis tous les deux depuis le début et je n’en reviens pas.

    Le militantisme de Mc Bernik ? Vous vous moquez de qui, là-dedans ? Lui, au moins, ne fait pas de racolage comme vous le faites, Emilien non seulement pour Tariq Ramadan mais aussi pour Islam & Laïcité ! Je vous signale que Mc Bernik demande à ceux qui le lisent de juger par eux-mêmes le livre de Fourest et aussi le lien qu’il a donné.

    Mais vous, vous balancez toute la sauce : un article d’Alain Gérard (tapez le nom sur "Google" et vous verrez ce que vous trouverez là-dessus)qui provient directement du site Islam & Laïcité ! Un site qui prône le port du voile dans les écoles !

    Mais ça, c’est pas du militantisme, si je comprends bien, Emilien ? C’est de l’information ?

    Vous parlez de verbiage ... Vous avez vu vos tartines ?

    Vous ne voulez pas convaincre ? Ah ! non ? Qu’est-ce que vous cherchez si ce n’est prouver que Mc Bernik et Fourest sont des menteurs et des affabulateurs ?

    Et tout ça (faut quand même le préciser aussi) quand le livre écrit par Zénoumi avec l’imprimatur de Ramadan sort dans toutes les librairies !

    Mais dis donc, Emilien, pourquoi ne pas répondre à une question que Mc Bernik vous a posée et que je vous repose : si Fourest ment, pourquoi Tariq le Superbe ne l’attaque-t-il pas en diffamation ? Il a peur de se ramasser une gamelle ou quoi ?

    Et pourquoi vous sortez-nous BHL de votre petit chapeau ? Grasset publie BHL et Fourest, Fourest est donc une amie de l’Entartré de service, Fourest est donc une adoratrice de BHL ?

    C’est quoi, ces raccourcis à deux balles ? Vous avez des preuves ? Si possibles des preuves qui ne viennent ni du Fig, ni d’Islam & Laïcité.

    Et pourquoi ne pourrait-on pas être croyant et laïc ? Pourquoi ce n’est pas possible ?

    Vous savez qui vous me rappellez ? Léon XIII qui disait qu’on ne pouvait pas être catholique et républicain.

    Pourquoi ça ? Que vous le pensez, c’est votre droit. Mais vous n’avez pas à en parler ici : ça n’a aucun rapport avec le livre de Fourest ou avec ce que Mc Bernik, il en a dit.

    Vous savez, le lecteur, il est suffisamment grand pour savoir ce qu’il doit croire et penser.

    Et puis, votre façon de montrer que vous voulez toujours que votre réponse apparaisse la première ! Non, vrai, mon gars, vous en faites trop ! Vous avez vos opinions, on est tous OK, on a compris. Mais on a bien le droit de ne pas penser comme vous et aussi de le dire et de l’écrire.

    Si vous voulez vraiment apporter quelque chose à votre cause, lisez le livre du journaliste du Figaro (bêrk ! le Fig !) et racontez-nous le aussi bien que Mc Bernik, il l’a fait pour celui de Fourest. Mais vrai, moi, plus je vous lis, et moins j’ai envie de l’acheter, ce bouquin. Par contre, le livre de Fourest, c’est sûr : maintenant, je vais me le procurer.

    A plus.


    Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  14 février 2005

    Voici une critique que je vous conseille fortement de lire.

    Une nouvelle « spécialiste de l’intégrisme » A propos de « Frère Tariq », de Caroline Fourest

    Entre ignorance, mensonges et amateurisme journalistique, le livre encensé par Bernard Henri-Lévy est loin de « clore le débat »...

    Ainsi donc, le débat serait clos. Car le livre « s’il est lu, devrait, en bonne logique, mettre un terme à une polémique que seules la confusion et l’ignorance ont pu entretenir aussi longtemps ». Bernard-Henri Lévy, dans une tribune du Point du 28 octobre 2004, salue l’ouvrage de Caroline Fourest, Frère Tariq, sur Tariq Ramadan. Que Bernard-Henri Lévy, auteur de chez Grasset, qui prospère grâce à son réseau de connivences, salue sur une pleine page une auteure de chez Grasset n’étonnera que ceux qui ont encore quelques illusions sur le « grand intellectuel ». En tous les cas, une chose est sûre, BHL n’a pas lu le livre dont il parle, car s’il l’avait lu de manière approfondie, comme le nécessite un commentaire si élogieux, il aurait pu voir que cet ouvrage est un résumé d’amateurisme journalistique et de mensonges ordinaires, que ne relie qu’un ingrédient, la haine, la haine des Autres, une haine au moins que Caroline Fourest partage avec BHL.

    Il faudrait un long travail, fastidieux, pour recenser les mensonges et les approximations du livre de Fourest. Sous une forme souple de chroniques (numérotées), au fil de la plume, nous tenterons de donner un aperçu de la « bonne foi » de l’auteure.

    CHRONIQUE 1

    Mensonge ordinaire

    Comment le terme islamophobie a été introduit en France ? Dans son livre, Fourest revient dans un long développement sur la transmission du terme « islamophobie » (pages 354 et suivantes) : « Début 1997, Gordon Conway fait paraître le rapport dans lequel l’association préconise 60 moyens de lutter contre l’islamophobie. Il est vivement critiqué, dès sa sortie, et par les journalistes progressistes et par les musulmans progressistes. En France, il est passé inaperçu sauf dans les pages du Monde diplomatique, où il est salué par Tariq Ramadan. Grâce à lui, ce mot vient de traverser la Manche et va rapidement gagner les cercles islamistes aussi bien que les cercles progressistes. »(p. 356). Cette accusation avait déjà été formulée par Fourest et Vienner dans Tirs croisés. On avait déjà démontré qu’elle était mensongère, rien n’y fait. Alors, précisons encore une fois : c’est Soheib Bencheikh, « mufti de Marseille » et porte-parole de l’islam « modéré » qui a popularisé ce concept en France dès 1997 (lire, par exemple, sa déclaration, au Monde diplomatique, juillet 1997) ; il y consacre même un chapitre de son livre Marianne et le Prophète. Selon la base du Monde, le terme n’a été utilisé que deux fois par le quotidien entre 1987 et le 11-Septembre : la première fois en 1994 par Emile Mallet, directeur de la revue Passages, peu soupçonnable d’être un agent de l’intégrisme ; la seconde fois dans un compte-rendu d’un colloque à Stockholm, en février 2001 (lire Alain Gresh, L’Islam, la République et le monde, Fayard, pages 41 et 42) Caroline Fourest ne l’ignore évidemment pas, puisque cette critique avait déjà été faite à son précédent livre. Mais, évidemment, le reconnaître reviendrait à « diminuer » le rôle de Ramadan, ce qui est contraire à son objectif, mais conforme à la vérité. Mais Fourest s’intéresse-t-elle à la vérité ?

    Amateurisme journalistique

    La règle première de tout travail d’investigation est de « recouper » les informations, d’entendre les différents points de vue. Intronisée par son éditeur de « spécialiste de l’intégrisme » - ce qui ne veut rien dire mais ne mange pas de pain et donne une aura de « sérieux » -, Fourest est au-dessus de ces considérations. Un seul son de cloche lui suffit, surtout s’il conforte ses a priori. Elle revient ainsi longuement sur l’histoire de la Commission « islam et laïcité » et sa « liquidation » par la Ligue de l’enseignement. A l’époque, en 2000, Jacqueline Costa-Lascoux, présidente de la Ligue de l’enseignement, décide d’en finir avec cette commission, qui serait trop influencée par Tariq Ramadan. Fourest mène un entretien avec Jacqueline Costa-Lascoux qui lui donne son interprétation. Mais la « spécialiste de l’intégrisme » a-t-elle essayé de joindre les autres protagonistes de la commission ? Ceux de la Ligue de l’enseignement qui ne partageaient pas le point de vue de la présidente ? Non. Ceux qui, à la Ligue, ont été les piliers de la commission sont qualifiés de marxistes et de mystiques ; les autres protagonistes aussi. Le sous-chapitre se termine par cette déclaration de Costa-Lascoux à Tubiana, président de la Ligue des droits de l’homme (qui a accepté de reprendre le parrainage de la commission avec Le Monde diplomatique) : « OK. On te refile la patate chaude, mais je te préviens, il (sic ! la patate ? Ramadan ?) coûte plus cher qu’une danseuse. » et Fourest ajoute : « Ce n’est pas un problème. Alain Gresh, au nom du Monde diplomatique, s’engage à parrainer la commission. » Une « danseuse » ? De l’argent dilapidé ? Cela aurait mérité une enquête. Mais Caroline Fourest n’a pas besoin de vérifier. Si elle l’avait fait, elle aurait su que la commission « islam et laïcité » fonctionne avec un budget minimum et sur du travail militant (voici une tâche pour une journaliste d’investigation : trouver le montant du budget).


    CHRONIQUE 2 Nous avons écrit, lors de notre précédente chronique, que le travail de Caroline Fourest était un mélange d’amateurisme journalistique et de mensonges ordinaires, que relie l’ingrédient de la haine. Nous avions oublié de souligner un autre aspect, l’ignorance pure et simple de cette « spécialiste de l’intégrisme ».

    Ignorance

    Caroline Fourest explique ainsi que Saïd Ramadan, le père de Tariq et l’un des dirigeants des Frères musulmans, s’est réfugié en Arabie saoudite. En 1962, selon elle, il supervise la création de la Ligue islamique mondiale. Celle-ci est encouragée que les Etats-Unis comptent sur l’Arabie saoudite « pour combattre le Pacte de Bagdad conclu entre Nasser et les Soviétiques » (p. 73).

    Que d’âneries ! Le pacte de Bagdad est un pacte suscité par la Grande-Bretagne et les Etats-Unis contre l’Union soviétique en 1955. Le roi d’Irak en est une des chevilles ouvrières. Mais il est renversé en... 1958 et le pacte perd alors l’essentiel de sa substance.

    D’autre part, elle affirme la parenté entre l’idéologie des Frères et celle de l’Arabie saoudite. Si l’Arabie saoudite a accueilli à bras ouverts, dans les années 1950, les Frères musulmans en exil, c’était bien sûr pour lutter contre le communisme et le nationalisme arabe. Mais c’était surtout parce que l’idéologie du royaume, le wahhabisme, était bien incapable de le faire : c’était une doctrine de « soumission » au souverain, une doctrine apolitique. La hiérarchie wahhabite était bien incapable de répondre aux arguments de Nasser et à la contestation, elle avait besoin des Frères pour cela. La fusion entre le wahhabisme et l’idéologie développée par les Frères allait donner naissance à une pensée beaucoup plus radicale, qui marquera les années 1970 et suivantes. Mais on ne peut demander à Caroline Fourest de distinguer ces « subtilités ».

    Mensonge et amateurisme

    De longues pages concernent le procès intenté par Tariq Ramadan contre Lyon Mag et Antoine Sfeir. Elle y note le rôle d’Alain Gresh, aux côtés de Tariq Ramadan dans cette affaire. Mais elle n’a pris ses informations qu’à Lyon Mag et chez Antoine Sfeir, donnant leur version, mais ne cherchant ni à contacter l’avocat de Ramadan, ni Ramadan lui-même, ni Alain Gresh. Comme ce parti pris ne suffit pas, elle déforme le texte du jugement, qui condamne Lyon Mag mais « blanchit » Sfeir, qui, selon elle, « est reconnu comme ayant tenu des propos conformes à une certaine vérité. Le verdict est très dur pour Ramadan. Dans son jugement du 22 mai 2003, la cour d’appel de Lyon estime que les discours de prédicateurs comme Tariq Ramadan “peuvent exercer une influence sur les jeunes islamistes et constituer un facteur incitatif pouvant les conduire à rejoindre les partisans d’actions violentes“. » (p. 419).

    Or le jugement ne dit pas du tout cela, mais simplement « qu’il ressort seulement des propos d’Antoine Sfeir que les discours de la partie civile [c’est-à-dire Tariq Ramadan] peuvent exercer une influence sur les jeunes islamistes et constituer un facteur incitatif pouvant les conduire à rejoindre les partisans d’actions violentes » En ayant coupé la première partie de la phrase, elle attribue au tribunal ce qui est une simple citation de Sfeir.

    En revanche, sur le fond. l’arrêt du 22 mai 2003 dit textuellement ceci : « Attendu que laisser entendre que, par ses discours Tariq Ramdan peut porter une responsabilité, peut-être morale, en faisant naître dans certains esprits une vocation terroriste ou en confortant d’autres dans leur résolution à suivre une telle ligne de conduite, correspond à l’expression naturelle et admissible dans une démocratie, d’une critique des prises de positions publiques de la partie civile sur des sujets et des faits de société ». Ainsi la cour dit simplement que le propos de Sfeir entre dans le cadre d’une critique légitime, mais n’avalise nullement ces propos.. Qu’importe la vérité à Caroline Fourest.

    Alain Gérard


    Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  13 février 2005

    Cher Monsieur,

    Permettez-moi tout d’abord de m’excuser pour le double postage, si l’on pouvait en retirer un, ce serait bien. J’ai voulu répondre en tête des contributions mais le propos devait se trouver à la suite de votre contribution, d’où la redite. Mais c’est bien le même. Voilà qui est dit.

    Pour ce qui est du fond du dossier, je n’en reste pas moins stupéfait par votre façon de voir du Ramadan derrière toute chose. Mais je vais prendre le temps de répondre. Et la patience...

    Concernant les trois arguments, je vous rappelle que je les ai mis parce que vous posiez la question en ces termes concernant le dossier Voltaire : "Vous avez une idée sur la question ?". Plus qu’une idée, c’est trois arguments que je vous ai donnés et non pas des preuves (cf. 2eme paragraphe de votre dernier message) parce que, au risque de me répéter, je ne veux pas convaincre et je suis prêt à revoir ma position mais les arguments que vous avancez sont maigres. Quant à vos réponses, légerès...

    Raison 1 : Si je me suis permis de citer la position du maire de Genève, c’est parce qu’en toute objectivité, ce monsieur est un des protagonistes dans ce dossier, avec le réalisateur M. Loichemol j’en conviens, et que la décision de ne pas accorder les fonds dépendait de lui. De plus, il est probable qu’il ait pris cette position de refuser le financement car jugé excessif. C’est tout à fait possible. Mais allez-y et sonnez donc. Dans ce cas, il est compréhensible que M. Loichemol fasse porter la responsabilité sur quelqu’un et pour peu que M. Ramadan ait exprimé des réserves, le coupable est tout trouvé. De plus, vous en connaissez beaucoup des maires qui se permettent de prendre le risque de soutenir M. Ramadan en ce moment ? La différence, c’est que dans le passé, il criait dans son entourage... jusqu’à ce que l’on fasse porter ses dires à plus grande échelle.

    Vous dites que je ne suis qu’en faveur que des maires qui sont pro Ramadan. C’est faux, tout maire qui s’exprime dans des faits et dont les réponses pourraient être en faveur de ce monsieur ne sont pas pour autant des menteurs. Idem dans l’autre sens. Mme Fourest, pourtant se targue dans son analyse de dénoncer, après avoir prévenu, tous ces politiques qui ont courbé l’échine devant Ramadan et les dénonce. Il faudrait lui envoyer votre remarque, cela pourrait l’intéresser.

    Pour les banquiers de façon générale, il vous faudra admettre qu’il en existe des honnêtes comme des malhonnêtes (comme dans toutes professions ou catégories de personnes). On est d’accord mais ensuite ?

    En dehors du verbiage qui vise à porter une critique sur le propos du maire de Genève, je ne suis pas convaincu non plus. Bienvenue au club...

    Raison 2 : Je suis d’accord, c’est possible en effet mais ne comparez pas votre contribution sur ce site à une campagne de censure. A moins que votre fiche de lecture relève dans votre esprit d’une campagne, ce dont je commence à ne point douter. Toutefois, la campagne de censure nécessite plus d’efforts et de mobilisations et je suis persuadé que vous et votre équipe, à en lire ce que vous dites précédemment (« l’organisation laïque musulmane avec laquelle je milite est évidemment contrainte de lire et de visionner soigneusement nombre de ses articles et de ses cassettes - ElTawhid librairie. ») devez en savoir un rayon. Et puis permettez-moi de vous dire, en rapport à la phrase que j’ai retranscrite, que personne ne vous force à faire cela. Les RG le font déjà très bien, ne vous inquiétez pas ! Et puis, si quelqu’un devait vous forcer, c’est encore Ramadan, c’est cela ?

    Votre militantisme vous aveugle et fait en sorte que vous ne puissiez même plus avoir un débat quelque peu argumenté.

    Raison 3 : Vous devrez reconnaître au moins une chose : Mme Fourest n’en parle pas dans son livre. Cela me semble pourtant être un élément important. Mais, une question se pose alors : pourquoi ? Voilà un travail pour une journaliste d’investigation. D’ailleurs si ces cours étaient si partisans, je suis sûr que vous, et votre association, en auriez entendu parler (par des parents ou des profs ou quiconque encore). Surtout une association militant comme la votre... Or non seulement vos arguments sont sans fondement réel mais ils trahissent le fait que lorsque vous n’êtes pas en mesure de répondre, vous spéculez. Certes, cela se pourrait mais rien de plus et rien de concluant. C’est un avis sur la chose. Merci de le donner.

    Pour les cassettes de Tawhid, sachez que j’ai les mêmes que vous, sûrement moins parce que je ne les achètent pas dans le cadre d’une lutte militante doublée d’une volonté de savoir quel erreur commettra M. Ramadan aujourd’hui mais parce que, sur des thèmes précis, je souhaite comprendre quelle est sa réflexion. Comprendre, pas scruter jusqu’à voir la faille, si faille il y a. Encore une fois, c’est ce type de procédé que je dénonce. Essayez encore une fois de faire l’effort de comprendre et on en reparle après, si vous le souhaiter.

    Et au risque de ne pas rentrer dans votre pensée binaire, on peut être musulman sincère en écoutant ce monsieur ou musulman n’étant pas d’accord avec lui mais pas pour autant sincère. La sincérité n’a jamais été dépendante du degré de religiosité d’une personne.

    Merci pour le résumé mais j’informe nos lecteurs qu’il contient plus que des erreurs, des mensonges :

    -   ce n’est nullement un résumé du livre que vous faite mais une éloge. A le relire, on constate que premièrement, vous mélangez des éléments du bouquin à des impressions personnelles. C’est votre choix, c’est votre droit mais ce n’est pas un résumé alors. On ne peut même pas, deuxièmement, dire que c’est un commentaire critique du livre parce que je ne vois nul remarque qui pourrait tracer un défaut, ce serait-ce qu’un manque à ce travail. Il est parfait. Votre éloge aussi. Mais on n’est plus dans le résumé alors, seulement dans l’affirmation idéologique.
    -   Oui, on lit ou on ne lit pas ce livre. On est bien d’accord. Mais, à la lecture de votre éloge, je pensais votre propos tellement orienté que je me suis dit : tu as un avis sur le livre, autre que celui présent et qui est que l’auteure utilise un procédé malhonnête, dis-le. Et si vous regardez mon premier dépôt qui se trouve tout en bas, vous y verrez que je n’ai parlé que de cela. Et que cette critique porte bien sur le livre contrairement à votre mensonge qui dit que je n’ai voulu que polémiquer sur votre personne.
    -   Pour l’intégrisme laïc, j’en ai parlé comme idéologie et concernant Mme Fourest (et pas vous). Autre mensonge. Mais vous y voyez une attaque personnelle ou une menace. Je ne suis pas M. Ramadan, je vous rassure. L’expression "intégrisme laïc" en outre vient de moi et je vous avoue honnêtement (mais vous n’avez que ma parole et vous pouvez pensé que je vous mens) que je ne connais pas ce M. SARR et qu’il ne faut pas avoir inventé le fil à couper le beurre pour associer un mot qui qualifie l’extrémisme à un autre qui qualifie une idéologie, d’après vous du moins. Intégrisme laïc, vient donc de moi-même. Je ne suis pas M. SARR, je vous rassure aussi. Et, je n’utiliserais pas votre méthode en disant que vous écouter Ben Laden parce que vous avez dit le mot « takkya », rassurez-vous encore.
    -   Je n’ai parlé du livre « Faut-il faire taire Tariq Ramadan » d’Aziz Zemouri, que parce que vous me parliez de la lapidation et que je ne connais pas tout le développement de la réponse de M. Ramadan sur la question. Au lieu de vous donnez ma compréhension de la réponse de Ramadan, je vous renvoie au livre, c’est plus honnête je pense. Et si vous pouviez faire la même chose, c’est-à-dire écouter ou lire ce que dit M. Ramadan au lieu de lire ce que Fourest dit de lui, j’espérais que vous pourriez vous faire votre propre idée. Jusqu’à ce que j’apprenne que vous êtes militant engagée contre M. Ramadan. Vous auriez du le mettre en bas de votre éloge, cela aurait été plus honnête. Et m’aurais permis, ainsi qu’aux autres lecteurs, de voir d’où vous parlez.
    -   Pour la polémique sur M. Zemouri, ce n’est pas la personne qui est au centre de nos discussions mais je prends note de ce fait que vous me rapportez bien que je tenterais de voir, par d’autres sources, si j’ai bien tous les éléments pour porter un jugement. Mais si je vois que c’est condamnable, je le condamnerais... bien que cela ne change pas que M. Ramadan parle et que le livre d’entretien permet d’avoir l’intégralité des réponses. M. Zemouri ne propose pas sa vision des discours de Ramadan, contrairement à ce que fait Mme Fourest. Juste pour préciser.
    -   Pour le mot islamophobe, c’est un mensonge de Mme Fourest, et bien que je ne souhaite pas vous donner l’étiquette d’esprit moutonnier, vous ne faites que citer sa réponse, je le constate. Je le regrette aussi. Mais on peut aller plus loin si vous me donner des arguments. Serez-vous plus concluante que pour le dossier Voltaire ? En tout cas, cela confirme mon propos, vous voyez du Ramadan derrière tout, même des mots. J’envoie nos lecteurs au lien suivant (http://islamlaicite.org/imprimer.php3 ?id_article=261)qui se trouve en bas de page mais qui n’est pas mon association. La critique porte sur le mot islamophobe que Mme Fourest attribue à Ramadan et que démonte l’article. Lisez-le, c’est instructif.

    Je ne sais pas si dans votre association, on peut avoir un débat contradictoire mais vous m’avez donné l’impression qu’il ne venait en tout cas pas de vous.

    Tout comme le discours de Fourest, celui de M. Ramadan s’adresse aussi à tout le monde (d’ailleurs s’il n’était que pour les convaincus, pourrait-on encore parler de double discours ?). Mais je pense qu’au lieu de voir les double discours que Mme Fourest crée, les gens verront que le discours de M. Ramadan appelle les gens à accepter qui ils sont, des êtres fait de corps et d’esprit et non de corps à l’extérieur et d’esprit dans leurs maisons. Et à se prendre en main. C’est peut-être ce qui fait peur. C’est une personne qui développe une pensée originale - qui ne néglige ni les questions existentielles, ni les actions en tant qu’hommes et femmes dans notre société- et qui a des défauts -ce que je constate aussi- mais c’est l’effort de ceux qui cherchent des solutions au lieu de ceux qui cherchent des barrières. Critiquons Ramadan, oui mais que la critique soit honnête, et sur le fond, et sur la forme. Au lieu de vouloir lui taper dessus avec de faux arguments pour je ne sais quelle raison. C’est un écran de fumée que Mme Fourest crée et j’ose espérer que qui lira, tant le livre de Mme Fourest que ceux de Ramadan (ses conférences comprises) en auront, non la preuve mais le sentiment qu’il faut soutenir de telles idées, n’en déplaise à ceux dont la raison de vivre est de les combattre.

    Bien à vous,

    http://islamlaicite.org/imprimer.php3 ?id_article=261


    Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  12 février 2005, par Mc BERNICK

    Cher Monsieur,

    Nul ne doute, à voir la constance que vous mettez dans vos propos (vous postez même vos messages deux fois) que vous serez parvenu à déclencher chez ceux qui vous lisent une certaine réflexion. Que celle-ci ne soit pas celle que vous souhaitez, c’est une autre affaire.

    Terminons-en tout d’abord avec les raisons qui, selon vous, prouvent que Tariq RAMADAN n’a rien à voir avec l’interdiction de « Mahomet » de VOLTAIRE lors de la cérémonie du Tricentenaire du philosophe français à Genève :

    Raison 1 : « Le maire de Genève est lui-même intervenu pour dire que M. Ramadan n’avait rien à voir dans cette décision et que cela portait sur les sommes importantes que le réalisateur souhaitait. »

    Evidemment, si le maire de Genève l’a dit ... Sa parole est évidemment source de vérité - non politique, cela va sans dire. Si le maire de Genève parle en faveur de M. RAMADAN, il faut s’incliner : il dit la Vérité - comme tous ceux qui s’inclinent devant Frère Tariq. En revanche, ceux qui haussent le ton pour s’opposer à RAMADAN, ceux-là, mentent. Peu importe qu’ils soient journalistes, intellectuels ou islamistes repentis : ils ont tort.

    Sur un autre plan, si les banquiers suisses (et les autres) soutiennent mordicus que les coffres-forts de leurs banques n’ont jamais servi, ne servent pas et ne serviront jamais à blanchir toute sorte d’argent, il faut aussi les croire : parole de banquiers !

    C’est vrai, dans un cas comme dans l’autre, je ne suis pas convaincue. ;o)

    Raison 2 : « Monsieur Ramadan n’était pas dans le pays à ce moment des faits. »

    Vous savez, cher Monsieur, je ne serai vraisemblablement pas devant mon ordinateur quand vous lirez mon texte. Mais c’est bien moi qui l’aurai écrit.

    Raison 3 : « Chose que Mme Fourest ne dit à aucun moment (probablement parce que cela n’entre pas dans le cadre de la confirmation de ses thèses), M. Ramadan a enseigné cette pièce à ses étudiants. Pensez-vous que quelqu’un qui enseigne une pièce dans le cadre des cours qu’il dispense la ferait interdire par la suite ? »

    Certainement ! D’abord, je demande à entendre le cours de M. RAMADAN sur VOLTAIRE et sur « Mahomet » - tel qu’il a été fait à ses élèves. Je ne doute pas en effet qu’il n’ait cherché à leur insuffler l’idée que VOLTAIRE était un monstre et qu’il fallait tout faire pour qu’il ne figurât plus à l’étude de la littérature française !

    Au fait, vous disposez peut-être du cours édité par Al-Tawhid ? Les deux versions, n’est-ce pas ? Celle pour les musulmans sincères mais pas encore convaincus. Et celle pour ceux qui se sont convertis à la pensée de Frère Tariq.

    Et maintenant, passons à ce que l’on retient de tous vos propos :

    1) A l’origine, une fiche de lecture résumant le livre, écrit par Caroline FOUREST, spécialiste de l’intégrisme religieux, intitulé : « Frère Tariq : discours, stratégie et méthode de Tariq RAMADAN. » Le résumé est fidèle au livre, j’ose le croire.

    On la lit ou on le la lit pas, cette fiche. On lit par la suite le livre de Mme FOUREST ou on choisit de ne pas le lire. Vous le dites vous-même, je crois dans votre dernier message. On comprend donc assez mal pourquoi, plutôt que de laisser le lecteur se faire une idée en conscience, vous tentez d’ouvrir une polémique non sur le livre en lui-même mais bien sur la fiche et sur les opinions de la personne qui l’a rédigée.

    2)A l’aboutissement justement, une tirade où vous tentez de démontrer que la personne qui a écrit cette fiche est une « intégriste laïque. » Bien entendu, vous oubliez de mentionner que vous êtes allé pêcher cette expression dans un livre de Djibril SARR - paru en 2003, je crois - et qui a été encensé par « Oumma.com », site qui se veut défenseur de l’Islam et qui, en fait, en défend la vision la plus réactionnaire, celle d’Omar, intime et préféré de Mohamed - on se demande pourquoi d’ailleurs car les deux hommes ne se sont pas toujours bien entendus ...

    Entre les deux, vous faites la pub pour un ouvrage rédigé par un journaliste français au Figaro, M. Aziz ZEMOURI, lequel se charge de poser à Tariq RAMADAN « les questions qui fâchent » - dixunt la presse et les sites la plupart très orientés qui veulent inciter le lecteur à acheter l’ouvrage. En ce qui me concerne, je ne connais de M. ZEMOURI que son traitement un peu « spécial » de l’entretien que lui aurait accordé ce tueur en série nommé Sid Amed Rezallah. L’article du « Fig-Mag » de l’époque m’avait choquée : c’était un « scoop » racoleur qui ne tenait absolument pas compte des victimes et de leurs familles. Il permettait en outre à l’assassin de s’apitoyer sur lui-même et sur le viol dont il avait été victime à l’âge de 9 ans. (Acte évidemment condamnable : ceci dit, certains et certaines se font violer à cet âge et ne deviennent pas serial killers pour autant. Le libre-arbitre est là.) M. ZEMOURI me semble un « chasseur de scoops » des plus opportunistes mais il est journaliste : on ne saurait donc s’en étonner outre mesure.

    Entre les deux, vous tentez de présenter la personne qui a rédigé la fiche de lecture comme une athée, une imbécile, une espèce de mouton incapable de penser par elle-même, enfin comme une « intégriste laïque » - terme qu’il faut rapprocher, au regard de sa création, de celui d’ « islamophobe ». Le mot « islamophobe » décrit une réalité qui n’existe que chez militants du FN, lesquels sont foncièrement incapables d’établir la différence entre l’Islam et l’Islamisme, à peu près comme BUSH est incapable de comprendre qu’un « catholique » n’est pas forcément un « papiste. »

    Le terme "islamophobe" est une invention de M. RAMADAN. Nous sommes de plus en plus nombreux à le récuser.

    Je passe sur vos insultes et vos sarcasmes divers qui visent tous à faire perdre son calme à la personne que vous avez en face de vous. Vous jugerez par vous-même si vous y êtes parvenu. Toutefois, si cela peut vous faire plaisir de le penser, je n’y vois aucun inconvénient.

    Voici tout ce que vous avez réussi non pas à démontrer mais à écrire, cher Monsieur. Et je ne vois pas en quoi cela devrait modifier la vision - et celle de tant d’autres personnes, Français de culture arabo-musulmane ou pas - que j’ai de M. RAMADAN.

    Le livre de Caroline FOUREST ne s’adresse ni aux racistes patentés, ni aux fanatiques religieux. Il vise toutes celles et tous ceux qui, toutes ethnies et toutes religions confondues, se sentent de plus en plus gênés par le double langage de Tariq RAMADAN. Ce double langage provient de la méthode prônée par un Islam politique et rétrograde devenu minoritaire au fil du temps : la « takkya » ou méthode d’infiltration par l’intérieur du mouvement adverse. RAMADAN ne fait que l’appliquer - mais il le fait superbement, il faut bien en convenir.

    Tous ceux qu’intéressent la question et aussi la possibilité pour les Français d’origine arabo-musulmane d’obtenir le droit de vivre leur religion comme ils l’entendent et loin de tout sectarisme, pourront consulter le lien que je joins à cet article.

    Courtoisement à tous.


    AIME - Musulmans laïcs
    Répondre à ce message
    • > Frère Tariq 13 février 2005, par bastet

      là où j’ai une difficulté, personnellement, et cela n’engage que moi, c’est avec ISLAM LAIC - par essence une religion ne peut être laïque : il n’existe pas de catholiques laïcs, ni de juifs religieux laïcs. Par contre il existe des laïcs intéressés par la spiritualité qui n’est pas engagée vis à vis d’un dieu unique, d’une religion monothéiste. Les religions monothéistes sont prosélytistes par définition ; le propre d’une "vraie" religion est de faire des adeptes ...

      enfin tous ces discours ne me disent rien qui vaillent, on parle de tolérance, de compréhension et puis on fait la guerre sainte. Et là je n’en démordrai pas.

      Tous ceux qui auront envie de me faire comprendre que j’ai tort ne doivent pas se fatiguer, ils ne me convaincront pas. Ils ont le droit de donner leurs arguments tout comme j’ai donné mon avis, là pas de problème, mais si c’est pour me convaincre, pas la peine de se fatiguer. Je ne crois pas à des croyants laïcs, c’est antinomique. Par contre, tout comme le philosophe André Comte-Sponville et le professeur de l’ULB Xavier de Schutter, je crois à une spiritualité sans dieu.


      Répondre à ce message
    • > Frère Tariq 16 février 2005, par Emilien

      Mais si le maire de ma ville dit que Tariq Ramadan n’a rien à voir avec l’annulation de la pièce de Voltaire, c’est que c’est vrai !

      Tariq Ramadan n’est pas aimé des politics genevois, je ne vois pas pourquoi le maire de Genève prendrait le risque de mentir afin de défendre quelqu’un qu’il n’aime pas !

      Un peu de logique s’il vous plait !

      Emilien


      Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  12 février 2005

    Cher Monsieur,

    A voir le ton de votre réponse, je sens que mes propos vous ont touchés. J’espérais qu’ils atteignent votre raison, mais ils se sont arrêtés à votre coeur. Dommage...

    Je tiens à le redire. Je ne veux convaincre personne que j’ai raison ; juste alimenter une réflexion. J’espérais susciter un débat serein avec des arguments un peu articulés, j’en ai eu comme réponse une citation et des propos quelque peu tranchés. Mais je ne perds pas espoir... caractéristique du croyant dit-on.

    1/ Sur la pièce de Voltaire, j’ai avancé trois raisons que vous n’avez pas contestées. J’ai droit en retour à une citation. Maigre comme réponse et maigre comme argument, vous en conviendrez. Au lieu de prendre des citations du livre*, je vous invite à être plus persuasif si vous voulez susciter en moi le doute. Mais je tiens à répondre à votre argument :

    sur la méthode : vous dites que vous vous opposez (tout comme moi je vous rassure (ou peut-être pas puisque je ne rentre plus dans votre grille de lecture binaire)) aux fanatiques religieux mais vous utilisez les mêmes méthodes qu’eux : l’extraction de texte hors de leur contexte. J’ai la conviction que le combat au travers de citations ne mène à rien, prière donc de ne plus l’utiliser... vous vous enfoncez. C’est pour cette même raison que je suis critique sur le livre de Mme Fourest et que j’en dénonce la méthode lorsque je vois des gens en célébrer le contenu.

    sur le fond : dans ce court passage que vous citez, vous y voyez la preuve de la censure, c’est votre affaire. Puisque je dénonce la méthode du livre de Mme Fourest, est-ce aussi de la censure tant qu’on y est ? Oui, il y a une différence entre le fait de souligner que la représentation puissent heurter certaines populations - qui ont une sensibilité particulière du à leur histoire - et la lutte en vue de la censure. Et puis, si un écrit de M. Ramadan permettait la censure, s’il avait ce pouvoir extraordinaire admettons, ne croyez-vous pas qu’il aurait fait mille et un papier pour censurer le livre de Mme Fourest ? Vous investissez cet homme d’une puissance telle que cela en devient pathétique. Mais M. Ramadan aurait du aller mettre des bombes au domicile du réalisateur, cela aurait conforté vos présupposés. Dommage encore...

    Que M. Loichemol n’ait pu faire sa pièce, c’est son affaire mais qu’il taxe M. Ramadan d’en être la raison, c’est un mensonge. Allez-y, téléphonez au maire de Genève de l’époque et demandez-lui. Prendrez-vous le risque de remettre en question votre certitude ? Et je vous rappelle mon troisième argument : il a enseigné la pièce à ses élèves ! Je vous vois cependant venir en me disant que c’est une preuve de son double discours : d’une part, il enseigne la pièce et d’autre part, il l’a faite censurer... Arrêtons le délire svp

    En ce qui concerne l’occasion que vous saisissez (puisque vous avez mis le sujet sur la table), ce sont des pratiques que je condamne (zut, cela ne confirme pas encore vos thèses). Et quoi, me direz-vous que M. Ramadan est derrière tout cela ? J’ai perdu une dent, Ramadan encore ?

    2/ Pour ces conférences, on sera d’accord : le mieux est de s’y rendre. Oui j’ai déjà assisté aux conférences de ce monsieur et je pense que le procès qu’on lui fait est sans fondement réel. Il relève plus de la monstration spéculative que de la démonstration rationnelle avec arguments réels à l’appui. Et de telles citations ne sont pas des arguments. C’est en d’autres mots plus la confortation d’une impression (celle de Mme Fourest) que l’étude d’un discours pris dans sa globalité. C’est la critique que je fais de ce livre et je tenais à le dire pour informer les lecteurs des travers de ce travail qui relève plus de l’outil idéologique que du travail journalistique.

    D’ailleurs, je ne vois pas en quoi inviter les gens à se prendre en charge et à faire l’effort d’aller écouter ce que dit ce monsieur directement au lieu d’écouter ce que d’autres disent de lui vous pose problème. Pour votre gouverne, je n’ai pas besoin de donner des billets, il semble que ceux-ci se vendent déjà bien (les intégristes m’informe-t-on font du zèle pour forcer les gens à les acheter, faites attention à ces barbus qui viennent vers vous vous posez des questions, même l’heure !).

    Pour le moratoire, parce que je ne suis pas l’avocat de ce monsieur, je ne peux que vous conseiller de lire le livre d’entretien avec Aziz Zemouri "Faut-il faire taire Tariq Ramadan ?". On sera d’accord sur une chose, il faut condamner ces actes et faire en sorte que cela cesse au plus vite. Dommage que vous n’ayez pas la lucidité et la sagesse de comprendre ceux qui comme M. Ramadan, Amnesty International et même M. Chirac (tous des intégristes bien sûr) voient la réforme en tenant compte des mentalités des peuples et des difficultés à changer celles-ci de l’intérieur.

    Concernant sa filiation, je suis dans le regret de constater que vous n’avez pas compris la nuance de mon propos. Que ce monsieur soit fier de sa filiation, c’est une chose. Qu’il soit critique à l’égard de son héritage, c’en est une autre et cela n’est pas incompatible n’en déplaise à votre manichéisme. Je nierais que son papa soit déifié (comme vous le dites) mais oui, M. Ramadan assume son passé familial sans pour autant accepté tout son passé en terme de contenu ou de pensée. Est-ce trop vous demander que de comprendre que cela participe d’un ordre différent ? Et au risque de déplaire à votre simplisme, je prétends qu’il n’approuve pas intégralement BANNA dans ses méthodes et prendre des risques ne me dérange pas pour autant que je sois en mesure de m’expliquer.

    3/ Pour le livre en question*, il faudra me dire quelle est cette clarté qui vous permet de dire que je n’ai pas lu ce livre. Je vous avouerais pour ma part, que je ne l’ai pas lu entièrement - je le reconnais - et que je comptais le faire mais c’est par manque de temps. Si nos lecteurs n’avait le choix qu’entre lire ce qu’on dit d’une personne ou aller écouter de leurs propres oreilles ce que cette personne dit, je choisis la seconde solution sans réserve. Mais s’ils peuvent faire les deux, c’est bien aussi. Je pense avoir informé nos lecteurs de ce qui me semblait intéressant, pour le reste, c’est entre eux et leur volonté de comprendre ce que dit une personne indépendamment de ce qu’on dit de lui dans un premier temps du moins. La confiance est partagée...

    Bien à vous, Veuillez excuser la longueur mais je voulais répondre point par point.

    PS : pour le mot que vous attendiez tant, si votre but est de me voir écrire des mots, n’hésitez pas à me faire parvenir une liste. Je verrais ce que je peux faire. Pour ma part, je recherche le débat.

    Et dans le fond, pourquoi n’y aurait-il pas des intégristes qui se réclameraient de la laïcité. L’extrémisme, n’en déplaise à Mme Fourest ou vous-même n’est pas l’apanage des religions. Etes-vous en mesure de reconnaitre les intégristes dans votre propre camp ?

    Dieu n’est pas la propriété des fanatiques religieux, nous sommes d’accord enfin... ni l’intelligence des bornés.


    Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  11 février 2005

    Cher Monsieur :

    1) VOLTAIRE : en 1993, la ville de Genève désirait célébrer le tricentenaire de la naissance du philosophe français. "Mahomet", pièce de VOLTAIRE, tourne en dérision le fanatisme religieux du Prophète - quand on sait tout ce que VOLTAIRE a pu dire et écrire sur le fanatisme religieux catholique, protestant et juif, il n’y a vraiment pas de quoi s’étonner.

    M. LOICHEMOL, le metteur en scène, crie à la censure.

    Si M. RAMADAN n’a rien à voir dans cette histoire, on voit mal pourquoi il fait savoir à M. LOICHEMOL : "Ici (la communauté musulmane suisse), c’est le règne des intimités déchirées contre lesquelles vient se cogner votre droit de tout dire ... de tout redire. (...) Vous appelez cela de la censure, j’y vois de la délicatesse."

    Les lecteurs apprécieront la nuance.

    Puisque vous m’en donnez l’occasion, je rappelle que, dans certains lycées de la banlieue parisienne, des professeurs de français parlant de VOLTAIRE ont vu leurs élèves d’origine arabo-musulmane se boucher les oreilles pour ne pas entendre. L’enseignant Louis CHAGNON, qui avait osé mettre l’accent sur la volonté politique de Mahomet, s’est vu attaqué par la MRAP pour "racisme" : le malheureux aurait insulté le Prophète et - tenez-vous bien - la communauté musulmane toute entière ! Des jeunes filles n’osent plus aller en cours de biologie ou en cours de sport.

    Etc, etc ...

    2) Les conférences de M. RAMADAN : il y a là-dessus énormément à dire. Le mieux est de s’y rendre. Je m’étonne que vous ne proposiez pas des billets de faveur. C’est très instructif. Aussi instructif que l’affaire du "moratoire sur la lapidation."

    Tariq RAMADAN est fier de sa filiation. Il est clair qu’il a aimé et admiré son grand-père et son père. Votre argument tombe à faux, cher Monsieur : vous oubliez le rôle du père et du chef de famille dans la culture arabo-musulmane. Saïd RAMADAN, qui passa sa vie à fuir les opposants aux Frères musulmans, est mort en "martyr" pour ses adeptes. Il visait à "plus d’Islam" - lisez "Islam réactionnaire", bien sûr. C’est pratiquement un dieu pour ses fils qui sont des "bons croyants", vous ne le nierez pas tout de même ? Si vous vous avisez de prétendre qu’ils n’approuvent pas intégralement BANNA et son père - surtout si vous le faites en présence d’habitués des conférences ramadaniennes, franchement, vous prenez des risques ...

    3) Il est clair que vous n’avez pas lu le livre de Mme FOUREST que vous vous contentez d’insulter au passage - ce qui n’étonnera pas ceux qui ont eu la patience de lire vos interventions, cher Monsieur.

    Quand vous l’aurez lu, nous reprendrons ce débat.

    Je fais quant à moi confiance à ceux qui suivent notre conversation et qui n’auraient pas encore lu "Frère Tariq." Qu’ils consultent cet intéressant ouvrage, soit en l’achetant, soit en médiathèque. Ils se feront eux-mêmes leur opinion - qui peut rejoindre la vôtre ou la mienne.

    Courtoisement.

    PS : merci d’avoir enfin parlé de l’"intégrisme laïc", cher Monsieur. Il m’a fallu bien du mal avant d’obtenir cela de votre part mais la peine que j’y ai prise valait le déplacement. Une chose est sûre : il vous manque la subtilité d’un Frère Tariq - à qui il arrive aussi de se plaindre (et on le comprend) du zèle un peu borné de ses adorateurs. :-) Quant à Dieu, cher Monsieur, sachez qu’Il n’est en rien la propriété des fanatiques religieux.


    Répondre à ce message
    • > Frère Tariq 12 février 2005

      Cher Monsieur,

      A voir le ton de votre réponse, je sens que mes propos vous ont touchés. J’espérais qu’ils atteignent votre raison, mais ils se sont arrêtés à votre coeur. Dommage...

      Je tiens à le redire. Je ne veux convaincre personne que j’ai raison ; juste alimenter une réflexion. J’espérais susciter un débat serein avec des arguments un peu articulés, j’en ai eu comme réponse une citation et des propos quelque peu tranchés. Mais je ne perds pas espoir... caractéristique du croyant dit-on.

      1/ Sur la pièce de Voltaire, j’ai avancé trois raisons que vous n’avez pas contestées. J’ai droit en retour à une citation. Maigre comme réponse et maigre comme argument, vous en conviendrez. Au lieu de prendre des citations du livre*, je vous invite à être plus persuasif si vous voulez susciter en moi le doute. Mais je tiens à répondre à votre argument :

      -  sur la méthode : vous dites que vous vous opposez (tout comme moi je vous rassure (ou peut-être pas puisque je ne rentre plus dans votre grille de lecture binaire)) aux fanatiques religieux mais vous utilisez les mêmes méthodes qu’eux : l’extraction de texte hors de leur contexte. J’ai la conviction que le combat au travers de citations ne mène à rien, prière donc de ne plus l’utiliser... vous vous enfoncez. C’est pour cette même raison que je suis critique sur le livre de Mme Fourest et que j’en dénonce la méthode lorsque je vois des gens en célébrer le contenu.

      -  sur le fond : dans ce court passage que vous citez, vous y voyez la preuve de la censure, c’est votre affaire. Puisque je dénonce la méthode du livre de Mme Fourest, est-ce aussi de la censure tant qu’on y est ? Oui, il y a une différence entre le fait de souligner que la représentation puissent heurter certaines populations - qui ont une sensibilité particulière du à leur histoire - et la lutte en vue de la censure. Et puis, si un écrit de M. Ramadan permettait la censure, s’il avait ce pouvoir extraordinaire admettons, ne croyez-vous pas qu’il aurait fait mille et un papier pour censurer le livre de Mme Fourest ? Vous investissez cet homme d’une puissance telle que cela en devient pathétique. Mais M. Ramadan aurait du aller mettre des bombes au domicile du réalisateur, cela aurait conforté vos présupposés. Dommage encore...

      Que M. Loichemol n’ait pu faire sa pièce, c’est son affaire mais qu’il taxe M. Ramadan d’en être la raison, c’est un mensonge. Allez-y, téléphonez au maire de Genève de l’époque et demandez-lui. Prendrez-vous le risque de remettre en question votre certitude ? Et je vous rappelle mon troisième argument : il a enseigné la pièce à ses élèves ! Je vous vois cependant venir en me disant que c’est une preuve de son double discours : d’une part, il enseigne la pièce et d’autre part, il l’a faite censurer... Arrêtons le délire svp

      En ce qui concerne l’occasion que vous saisissez (puisque vous avez mis le sujet sur la table), ce sont des pratiques que je condamne (zut, cela ne confirme pas encore vos thèses). Et quoi, me direz-vous que M. Ramadan est derrière tout cela ? J’ai perdu une dent, Ramadan encore ?

      2/ Pour ces conférences, on sera d’accord : le mieux est de s’y rendre. Oui j’ai déjà assisté aux conférences de ce monsieur et je pense que le procès qu’on lui fait est sans fondement réel. Il relève plus de la monstration spéculative que de la démonstration rationnelle avec arguments réels à l’appui. Et de telles citations ne sont pas des arguments. C’est en d’autres mots plus la confortation d’une impression (celle de Mme Fourest) que l’étude d’un discours pris dans sa globalité. C’est la critique que je fais de ce livre et je tenais à le dire pour informer les lecteurs des travers de ce travail qui relève plus de l’outil idéologique que du travail journalistique.

      D’ailleurs, je ne vois pas en quoi inviter les gens à se prendre en charge et à faire l’effort d’aller écouter ce que dit ce monsieur directement au lieu d’écouter ce que d’autres disent de lui vous pose problème. Pour votre gouverne, je n’ai pas besoin de donner des billets, il semble que ceux-ci se vendent déjà bien (les intégristes m’informe-t-on font du zèle pour forcer les gens à les acheter, faites attention à ces barbus qui viennent vers vous vous posez des questions, même l’heure !).

      Pour le moratoire, parce que je ne suis pas l’avocat de ce monsieur, je ne peux que vous conseiller de lire le livre d’entretien avec Aziz Zemouri "Faut-il faire taire Tariq Ramadan ?". On sera d’accord sur une chose, il faut condamner ces actes et faire en sorte que cela cesse au plus vite. Dommage que vous n’ayez pas la lucidité et la sagesse de comprendre ceux qui comme M. Ramadan, Amnesty International et même M. Chirac (tous des intégristes bien sûr) voient la réforme en tenant compte des mentalités des peuples et des difficultés à changer celles-ci de l’intérieur.

      Concernant sa filiation, je suis dans le regret de constater que vous n’avez pas compris la nuance de mon propos. Que ce monsieur soit fier de sa filiation, c’est une chose. Qu’il soit critique à l’égard de son héritage, c’en est une autre et cela n’est pas incompatible n’en déplaise à votre manichéisme. Je nierais que son papa soit déifié (comme vous le dites) mais oui, M. Ramadan assume son passé familial sans pour autant accepté tout son passé en terme de contenu ou de pensée. Est-ce trop vous demander que de comprendre que cela participe d’un ordre différent ? Et au risque de déplaire à votre simplisme, je prétends qu’il n’approuve pas intégralement BANNA dans ses méthodes et prendre des risques ne me dérange pas pour autant que je sois en mesure de m’expliquer.

      3/ Pour le livre en question*, il faudra me dire quelle est cette clarté qui vous permet de dire que je n’ai pas lu ce livre. Je vous avouerais pour ma part, que je ne l’ai pas lu entièrement - je le reconnais - et que je comptais le faire mais c’est par manque de temps. Si nos lecteurs n’avait le choix qu’entre lire ce qu’on dit d’une personne ou aller écouter de leurs propres oreilles ce que cette personne dit, je choisis la seconde solution sans réserve. Mais s’ils peuvent faire les deux, c’est bien aussi. Je pense avoir informé nos lecteurs de ce qui me semblait intéressant, pour le reste, c’est entre eux et leur volonté de comprendre ce que dit une personne indépendamment de ce qu’on dit de lui dans un premier temps du moins. La confiance est partagée...

      Bien à vous, Veuillez excuser la longueur mais je voulais répondre point par point.

      PS : pour le mot que vous attendiez tant, si votre but est de me voir écrire des mots, n’hésitez pas à me faire parvenir une liste. Je verrais ce que je peux faire. Pour ma part, je recherche le débat.

      Et dans le fond, pourquoi n’y aurait-il pas des intégristes qui se réclameraient de la laïcité. L’extrémisme, n’en déplaise à Mme Fourest ou vous-même n’est pas l’apanage des religions. Etes-vous en mesure de reconnaitre les intégristes dans votre propre camp ?

      Dieu n’est pas la propriété des fanatiques religieux, nous sommes d’accord enfin... ni l’intelligence des bornés.


      Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  11 février 2005, par Mc BERNICK

    Cher Monsieur,

    Lorsque j’ai fait cet article, mon but était de résumer le livre que je venais de lire tout en donnant envie à ceux qui ne l’avaient pas encore lu de le faire.

    Non pas de juger le livre de Mme FOUREST par rapport à un autre livre parlant de M. RAMADAN.

    Cet article reprend ce qui m’a frappée le plus dans le livre de Mme FOUREST.

    Mon opinion sur M. RAMADAN, je me la suis faite depuis fort longtemps. Tout comme j’ai mon opinion sur M. LE PEN - pour ne citer que lui - depuis très longtemps aussi.

    C’est mon opinion que vous contestez.

    Mais elle est mienne et j’ai le droit de l’exprimer. J’approuve la thèse de Mme FOUREST, je le dis et, en conséquence, je recommande non seulement ce livre-ci mais aussi tous ceux qu’elle a écrit sur la question des intégrismes - la religion musulmane n’en ayant pas hélas ! le monopole.

    Je m’étonne qu’un homme qui, comme vous l’affirmez, a écouté et réécouté les oeuvres de M. RAMADAN n’ait pas été frappé par le respect qu’il porte aux doctrines de son grand-père. La création du Centre islamique de Genève, qui est dûe à Saïd RAMADAN, père de Tariq, est la matérialisation des doctrines des Frères musulmans. Nul ne l’ignore - à moins qu’ils ne se voilent la face mais là, c’est un autre problème qui ne concerne pas la polémique que vous avez engagée.

    M. RAMADAN s’inspire de VOLTAIRE, dites-vous ? Pourquoi a-t-il fait des pieds et des mains pour interdire - en Suisse, je vous l’accorde - la représentation du "Mahomet" du grand écrivain français ?

    Vous avez une idée sur la question ?

    Et puis enfin, cher Monsieur, si vraiment le livre de Mme FOUREST n’est qu’un tissu de mensonges, ce que vous sous-entendez on ne peut plus clairement, pourquoi ne l’attaque-t-il pas en diffamation ?

    Courtoisement.


    Répondre à ce message
    • > Frère Tariq 11 février 2005

      Cher Monsieur,

      Je me permettrais de répondre sur deux points : la pièce de Voltaire et les conférences de M. Ramadan.

      Concernant la pièce de Voltaire, il va falloir préciser sur quoi vous vous basez pour affirmer une telle chose. Pour ma part, voilà trois éléments que j’avance pour contrer une des nombreuses affirmations énoncées mais non prouvées de Caroline Fourest, appelée aussi la Marie-Léonie de l’IMA (en raison d’une prétendue agression dont elle dit avoir été victime à l’Institut du Monde arabe)

      1. Le maire de Genève est lui-même intervenu pour dire que M. Ramadan n’avait rien à voir dans cette décision et que cela portait sur les sommes importantes que le réalisateur souhaitait.

      2. Monsieur Ramadan n’était pas dans le pays à ce moment des faits.

      3. Chose que Mme Fourest ne dit à aucun moment (probablement parce que cela n’entre pas dans le cadre de la confirmation de ses thèses), M. Ramadan a enseigné cette pièce à ses étudiants. Pensez-vous que quelqu’un qui enseigne une pièce dans le cadre des cours qu’il dispense la ferait interdire par la suite ?

      Mais évidemment, pour la laïc démocrate, dire que le méchant islamiste s’oppose à l’art, ça fait bien et ça ne mange pas de pain.

      Je vous invite à remettre en question (je ne cherche pas à vous convaincre, juste à alimenter une réflexion) les vérités énoncées mais non prouvées que contient le livre de Mme Fourest. J’ai l’impression qu’elle voit des islamistes partout.

      Pour ce qui est de sa filiation (puisque je constate que les deux citations plus bas ne concernent pas M. Ramadan directement mais son grand-père), pourquoi n’admettez-vous pas que M. Ramadan puisse être sélectif et donc critique mais sans être exclusif (je prends tout ou rien de l’héritage de mon grand-père) ?

      Pour les propos de M. Ramadan, je pense que ceux-ci sont mal compris, soit parce qu’ils ne rentrent pas dans nos catégories de compréhension, soit parce qu’ils invitent les gens a donner à leur vie le contenu qu’ils souhaitent, et que cela dérange ceux qui comme Nietsche, pense que Dieu n’est plus.

      N’oubliez pas que M.Ramadan a le paradoxe d’être celui dont tout le monde voudrait avoir la popularité mais dont personne ne voudrait avoir à subir les critiques à son encontre. De plus à l’heure actuelle, parler de M. Ramadan, et pour autant que ce soit en négatif, est devenu un gage de reconnaissance publique. Mme Fourest a profité de la vague, rien de plus... si ce n’est quelques billets dans son compte en banque.

      Une dernière chose, Madame Fourest qui se dit nous mettre en garde contre les intégrismes, ferait bien de plancher sur un en particulier, l’intégrisme laïc mais elle risquerait alors d’en prendre réellement conscience en se regardant dans le miroir.

      Bien à vous,


      Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  11 février 2005

    Cher Monsieur,

    Je comprends mal votre acharnement :

    1) si vous n’avez pas lu le livre de Mme FOUREST - auquel cas vous critiqueriez sans savoir ce que vous critiquez ;

    2) si vous ne présentez pas d’arguments en faveur de l’"occidentalisation alter-mondialiste" que vous prêtez à M. RAMADAN.

    Je me permets de vous rappeler que c’est vous qui m’accusez d’affabulation - je me demande d’ailleurs pourquoi : je vous certifie que mon compte-rendu de "Frère Tariq" est parfaitement exact. A vous donc de prouver la réalité de ces "affabulations" supposées en les démantelant point par point.

    Pourriez-vous, par exemple, nous prouver que Mme FOUREST a trahi, en le reproduisant, le texte de M. EL BANNA ? ...

    Voilà qui serait intéressant et apporterait du grain à moudre à votre moulin ...

    Mais en aucun cas, vous n’avez à me placer dans la position d’une coupable en exigeant des explications non pas sur l’opinion que j’ai de M. RAMADAN mais bel et bien, n’importe quel lecteur peut en juger, sur le fait que j’ose l’exprimer.

    Pour vous, c’est une forme de sacrilège, dirait-on - une espèce de crime de lèse-Tariq.

    Vous n’avez pas non plus à tenter de jeter un doute sur ma bonne foi - ce que vous vous efforcez de faire en évoquant ma conscience. Ai-je mis en doute votre bonne foi d’altermondialiste ?

    Courtoisement.


    Répondre à ce message
    • > Frère Tariq 11 février 2005, par emilien

      Je ne remet pas en question votre compte-rendu sur le livre de Caroline Fourest, mais votre jugement ! Vous pouvez citer autant que vous voulez "Frère Tariq", mais le juger comme compte-rendu fidèle est un peu trop subjectif. Avez-vous lu "Faut-il faire taire Tariq Ramadan", écrit par Aziz Zemouri et suivi par un entretient avec la personne concernée ? Pour juger un livre, il faut le comparer avec d’autres oeuvres contradictoires.

      Et puis vous dites que Tariq Ramadan est responsable de l’islamisation de l’Europe, mais comment pouvez-vous l’expliquer ? Je crois que vous sur-estimez l’influence de cet intellectuel suisse.

      Et concernant son grand-père fondateur des "Frères musulmans", je ne peux vous contredire. Mais qu’est-ce qui vous dit que Tariq Ramadan est en accord avec toutes ses thèses ? Et comment pouvez-vous affirmer que Said Ramadan est en lien avec des réseaux terroristes, fait que la justice n’a jamais prouvé. Et puis le centre islamique de Genève serait un lieu fourbi d’islamistes ? Vous vous y êtes rendu ? Moi j’habite à quelque minutes de ce lieu qui ne gêne personne dans notre cité genevoise...

      Encore une dernière chose : Caroline Fourest se baserait sur les cassettes de Tariq Ramadan. Je les ai écouté et je n’y vois rien de fondamentaliste...

      Ce que je crois, c’est que quelques musulmans essaient de faire de l’ombre à Tariq Ramadan, parce qu’ils sont jaloux de l’aura dont il bénéficie.

      Ce qu’il ne faut pas oublier, c’est que Tariq Ramadan est suisse, de culture française, de confession musulmane. Quand il parle, c’est un mélange d’influences que l’on entend.

      Il est influencé par le coran, mais aussi par Blaise Pascal, Voltaire et bien d’autres, chrétiens critiques de l’église. Etonnant pour un fondamentaliste, non ?

      "Courtoisement"


      Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  11 février 2005

    Cher Monsieur,

    Je suis bien d’accord avec vous : notre société n’a rien fait pour mériter un Tariq RAMADAN.

    Courtoisement.


    Répondre à ce message
    • > Frère Tariq 11 février 2005, par emilien

      Et pouvez-vous vous expliquer un peu plus en profondeur ? C’est bien là le problème des accusateurs de Tariq Ramadan, ils doivent le décrédibiliser à l’aide de méthode très douteuses, et ils sont d’en l’incapacité de soutenir un débat contre lui (cf. Lionel Favrot face à Tariq Ramadan, "Infrarouge", TSR).

      Je me demande comment vous pouvez être en accord avec votre conscience quand vous écrivez de telles affabulations !


      Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  11 février 2005, par emilien

    Bonjour,

    Je suis tout simplement consterné face à votre analyse du livre "Frère Tariq" de Caroline Fourest. Ce livre est un document à charge mêlant conclusions douteuses, affabulations, citations coupées et/ou sorties de leur contexte.

    Je ne suis pas musulman et je ne le serai jamais. Je suis juste intéressé par cet intellectuel qui pour moi est un pont entre notre société occidentale libérale et une certaine communauté musulmane altermondialiste. Depuis plusieurs mois, des livres comme "Frère Tariq" ou celui de Lionel Favrot, sans oublier le "reportage" diffusé sur France 2, empêche Tariq Ramadan de mener à bien son travail qui est d’établir un dialogue constructif. Il perd son temps à devoir se défendre face à des journalistes peu srupuleux.

    Avez-vous assisté à une conférence de Tariq Ramadan ? Peut-être devriez-vous car vous pourriez vous faire une meilleure idée sur qui il est, et sur le danger qu’il représente. Je l’ai écouté lors de l’une de ses conférence ("En Dieu, sa confiance et son espoir") et j’ai assisté à ses cours durant une année. Et bien quand je l’écoute, je ne vois pas un musulman, mais un occidental qui s’est fait ses propres valeurs, et qui tente de les jusitifier par une certaine interprétation du coran.

    Tariq Ramadan n’est un danger pour personne et fait partie des personnes qui font évoluer les choses dans le bon sens, qui permettent de dialoguer malgré nos différences.

    Mais si nous ne sommes pas capable de comprendre son message, c’est que notre société ne le mérite tout simplement pas !

    Emilien


    Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  11 février 2005

    Monsieur,

    Si vous prenez la peine de lire l’ouvrage de Mme FOUREST - que je ne me rappelle pas avoir affirmée être une "journaliste d’investigation - vous verrez que tout cela est bel et bien démontré.

    Si tel n’avait pas été le cas, je n’aurais pas écrit cet article et je ne l’aurais pas soumis à la Modération.

    Vous voulez présenter Tariq RAMADAN en victime d’une campagne de presse. C’est votre droit.

    Mon droit à moi, qui ai assisté, avec des musulmans laïcs, à certaines de ses conférences, est de partager l’avis de Mme FOUREST sur ce monsieur. J’ajouterai que, pour contrer les propos et les agissements des intégristes religieux comme M. RAMADAN et ses séides, l’organisation laïque musulmane avec laquelle je milite est évidemment contrainte de lire et de visionner soigneusement nombre de ses articles et de ses cassettes - ElTawhid librairie.

    Vous n’aimez pas les phrases prises hors contexte ? Je vous comprends. Mais voyez-vous, je ne pouvais tout de même pas reprendre l’intégralité du livre de Mme FOUREST ici. A tout hasard cependant, j’aimerais encore signaler ceci à tous ceux que le débat intéresse :

    Les pages 36-50 du livre de Caroline FOUREST vous exposeront point par point l’ « Epître aux Jeunes » rédigée par Banna alors qu’HITLER commençait à imposer sa loi à l’Europe toute entière. Banna, grand admirateur du Nazisme s’y réfère d’ailleurs directement :

    « Si le Reich allemand s’impose comme protecteur de tous ceux dont le sang allemand coule dans les veines, eh ! bien, la foi musulmane impose à chaque musulman en ayant la capacité de se considérer comme protecteur de toute personne ayant été imprégnée de l’apprentissage coranique. Il est donc interdit dans la coutume islamique que le facteur ethnique soit supérieur au lien opéré par le facteur « foi. » Et la croyance représente tout en islam. » Et Banna ajoute cette phrase digne des pires inquisiteurs espagnols : « D’ailleurs, la foi ne se réduit-elle pas à l’amour et à la haine ? »

    Je ne résiste pas non plus au plaisir de vous citer dans son intégralité le point 6 de ce programme, célébré par Tariq RAMADAN, lequel considère aussi son grand-père comme un penseur « progressiste » de l’Islam - l’un des plus progressistes, paraît-il :

    « Nous voulons ensuite que le drapeau de l’islam flotte de nouveau au vent et bien haut, dans toutes les contrées qui ont eu la chance d’accueillir l’islam pendant un certain temps et où la voix du muezzin a fait retentir les takbirs et les tahlils. Puis la malchance a voulu que les lumières de l’islam se retirent de ces contrées, qui sont retombées dans la mécréance. Donc l’Andalousie, la Sicile, les Balkans, les côtes italiennes ainsi que les îles méditerranéennes sont toutes des colonies méditerranéennes musulmanes et il faut qu’elles reviennent au sein de l’islam. Il faut également que la Méditerranée et la Mer Rouge redeviennent des mers musulmanes comme elles l’étaient auparavant quand bien même MUSSOLINI s’arroge le droit de reconstruire l’Empire romain. Ce soit-disant empire d’antan ne s’est constitué que sur des bases de cupidité et de désirs passionnels. Et il est donc de notre droit de reconstruit l’Empire islamique qui s’est établi par la justice et l’égalité et qui a répandu la lumière de la guidée parmi les gens. » ( !!!!)

    On constatera que, vu du point de vue islamiste, le terme « colonie » devient curieusement noble et légitime. On remarquera encore la volonté délibérée de nier la puissance et aussi l’antériorité de l’Empire romain. On remarquera ...

    Tant de choses.

    Je demeure persuadée, quant à moi, que ce n’était pas là l’Islam rêvé par Edward SAID et que ce n’est pas plus l’Islam rêvé par les français musulmans et laïcs que la France d’un LE PEN n’est celle rêvée par les Républicains français dignes de ce nom.

    Courtoisement.


    Répondre à ce message
  • > Frère Tariq  11 février 2005

    Bonjour,

    Il n’est pas dans mes habitudes de répondre à des impressions sur un livre mais trop de certitudes énoncées sans être démontrées me semble pour le moins étrange et relève plus de l’idéologie de la persuasion, voire du combat, que de la discussion rationnelle et argumentée.

    Je vous ferais pourtant remarquer que Madame Fourest utilise le plus vieux procédé du monde, celui de parler à la place de l’autre en utilisant les mots de cet autre (ceux qui nous intéressent bien sûr) mais avec l’intention que l’on donne à l’autre et non l’intention propre de celui sur qui on parle.

    Edward Said, décédé depuis peu, dans son livre l’Orientalisme expliquait très bien la différence entre l’Orient tel qu’il est et l’Orient tel qu’il nous apparait (cet Orient fantasmé). Et l’exemple le plus parlant est lorsque l’écrivain Flaubert ne rapporte pas exactement les paroles de cette femme égyptienne mais qu’il s’autorise à les redire avec ses mots. On pense être sans reproche sur le contenu, mais le reproche porte sur la méthode.

    Madame Fourest pourrait souffrir de ce même travers. Elle pense que rapporter des propos de M.Ramadan avec des guillemets avant et après est un gage de probité. Je ne fais que retranscrire ce que Ramadan a dit l’entends-je d’ici. Mais le journaliste le plus élémentaire sait que les propos mis hors de leur contexte peuvent être instrumentalisés à la guise de celui qui les cite... et l’on peut dire que Mme Fourest n’a pas lésiné sur les moyens en la matière.

    Je vous propose donc une chose et je la formule sous forme d’une question. En dehors des quelques mots entre parenthèses que Mme Fourest cite, avez-vous pris la peine de lire un texte de Monsieur Ramadan ? Pas un mot, pas une phrase mais un texte complet (ou encore un livre entier mais je me rends bien compte qu’il vous faudra un courage extraordinaire)

    Madame Fourest, par un tel procédé, veut décourager les gens d’avoir accès directement aux propos de Ramadan. Tout ce qu’il dit est dans mon livre, dira-t-elle. Or, si vous ne passiez pas par un intermédiaire livresque, il sera plus juste que vous vous fassiez votre propre jugement sur ce que M. Ramadan dit et non pas que vous acceptiez le jugement que Caroline Fourest porte sur lui.

    Si je vous dit cela, c’est parce que je pense malhonnête le fait de dire que Mme Fourest est une journaliste d’investigation. On ne peut appeler journaliste une personne dont l’avis de départ n’est pas neutre (ou se force de l’être) et dont tout son travail ne consiste qu’à conforter ses thèses.

    Vous avez deux choix, soit celui de disqualifier ce propos parce qu’il ne rentre pas dans le moule de l’auteure, soit celui de vous prendre en main et de vous faire votre propre opinion. Prendrez-vous ce risque ?


    Répondre à ce message