Ensemble, c’est tout de Anna Gavalda

Ensemble, c’est tout

Le mardi 30 octobre 2007 par Sheherazade

Voilà bien longtemps qu’il m’attendait ce livre dont on a dit tant de bien, dont on a fait un film gentil qui m’avait beaucoup plu. Mais du livre au film, on le sait, il y a bien souvent un coup de sabre qui abîme l’un pour l’autre. Je sais à présent que mes craintes n’étaient pas fondées car le film était fidèle au livre.

J’ai donc retrouvé avec bonheur les quatre âmes en peine que sont Camille l’artiste, Franck le cuisinier, Philibert l’aristocrate et Paulette la fragile vieille dame que l’auteure Anna Gavalda décrit avec infiniment de tendresse et d’humour.

On passe du rire à une petite larme de temps à autre, des coups de gueule du cuisinier à la mentalité limite « beauf » aux épuisements de la fragile Camille pas complètement anorexique mais pas loin, à qui tout repas rappelle douloureusement sa mère toxique et l’ambiance abominable qui régnait à la table familiale ; et Philibert Marquet de la Durbellière, jeune aristocrate qui pour vaincre son bégaiement et conquérir sa belle va monter sur les planches. Et finalement, Paulette, délicate vieille dame, qui cache sa fragilité physique jusqu’à cette chute qui l’éloigne de sa chère maison et de son jardin.

Quelle détresse dans tous ces personnages tant qu’ils sont esseulés, mais quelle joie lorsqu’enfin ils résolvent leurs différends et s’acceptent tels qu’ils sont. Camille pourra enfin reprendre ses pinceaux, Franck s’intéressera à autre chose qu’aux blondasses idiotes et aux motos, Philibert - dit Philou - pourra enfin secouer ses timidités et Paulette retrouvera son cher jardin. En s’aimant tous ils s’aideront tous et ils pourront se mettre à vivre vraiment.

Quel talent pour écrire de si jolies choses sur les humains avec leurs défauts et leurs qualités ; tout au début de ma lecture, il m’a été un peu difficile d’accepter le style du livre, avec son rythme paraissant un peu décousu, où il fallait reprendre le fil de chaque personnage, je préfère généralement une écriture plus fluide, des phrases moins « hâchées », moins de dialogues, mais après avoir dépassé cette première impression, je me suis laissé emporter par cette histoire aux personnages si attachants. Et je n’ai plus pu quitter ce livre que j’ai terminé en deux jours.

Par instant, j’ai repensé à cet autre joli livre sur la fragilité humaine et sur les relations qui soignent, celui d’Anny Duperey «  Allons voir plus loin, veux-tu ? ».

Comme j’aimerais écrire ainsi afin de captiver un lecteur, une lectrice, un cœur, un esprit.

Un autre article de MaBibliothèque.Net a été écrit sur ce livre : Ensemble, c’est tout

Un autre article de MaBibliothèque.Net a été écrit sur ce livre : Ensemble, c’est tout