Ensemble, c’est tout de Anna Gavalda

Ensemble, c’est tout

Le samedi 11 février 2006 par Arlyne

Avec Ensemble, c’est tout, Anna Gavalda nous offre sa troisième œuvre, puisqu’elle a d’abord publié un recueil de nouvelles, ainsi qu’un autre roman, Je t’aimais. Sa plus récente œuvre nous présente donc la rencontre, le coup de foudre de quatre individus, Camille, Frank, Philibert et Paulette, distincts d’âge, de caractère, de condition sociale, mais qui convergent vers les mêmes rêves, vers une solitude solidaire, plutôt que solitaire.

Ces individualités, parfois anachroniques, et souvent prises dans le moule de la société, livrent un combat contre eux-mêmes et pour une existence où la notion d’humanité n’est plus une tare. L’ensemble du roman se concentre autour de Camille, jeune femme douée pour le dessin, mais qui, jusque-là, errait, happée par une existence stagnante. Ce thème de l’art visuel inspire une coloration, une teinte particulière au quotidien banal dans lequel s’encrassent les personnages, mais qui va leur permettre d’apprendre à aimer à travers d’autres regards et de changer les couleurs de la vie en petits bonheurs.

Passés les premiers dialogues quelque peu malhabiles, ou trop épurés, l’histoire s’enrichit de l’honnêteté désarmante des personnages, puisqu’à travers leurs différences et leurs désaccords, leur point de chute demeure l’amitié. Une amitié parfois en cavale, mais souvent plus forte que les écueils et la mauvaise volonté.

Les thèmes abordés n’ont donc rien d’innovateur, mais tout est pressenti avec souplesse, puisque le décorum, l’espace libre dans lequel oeuvrent les quatre personnages principaux, se transforme harmonieusement, comme un tableau qui acquière ses couleurs, ses nuances.

En plus d’être un roman frais et intemporel, quant aux sujets traités, cette œuvre moderne est empreinte de culture générale, mais principalement de références françaises. De nombreux liens pourraient être établis avec Proust et Émile Ajar, soit l’attention portée aux petites choses de la vie, au quotidien, ainsi que l’amitié extravagante qui se tisse entre des individus éloignés par leurs âges et leurs expériences. Par contre, le style demeure particulier à Anna Gavalda, qui peut se permettre de revendiquer « [...] l’infinie poésie des situations » (p.208).

À petits traits, les couleurs des petits bonheurs se fondent dans une esquisse sur l’amitié, sur ses obstacles et sur ses miracles. Paru récemment en livre de poche, ce roman est donc à lire avec plusieurs heures devant soi, car il semble parfois surhumain de vouloir s’en défaire.

Un autre article de MaBibliothèque.Net a été écrit sur ce livre : Ensemble, c’est tout

Un autre article de MaBibliothèque.Net a été écrit sur ce livre : Ensemble, c’est tout