Dernière demeure de Patricia Wentworth

Un excellent modèle de "dective novel" à l’anglaise

Dernière demeure

Le dimanche 16 mai 2004 par Feline

Une vieille demeure ancestrale, typiquement anglaise, est le théâtre d’accidents dramatiques. D’abord c’est le vieux major Pilgrim qui se tue dans un accident de cheval. Ensuite, le plafond de la chambre de son fils, Roger, s’effondre. Ce dernier s’étant heureusement endormi dans le salon. Mais peu après, ce même Roger se retrouve prisonnier des flammes dans son propre bureau. Tentatives de meurtres ou malencontreux accidents ?

Roger Pilgrim se résout alors à consulter notre chère Miss Silver, qui avec Miss Marple est une de mes "armchairs detective" favorites. Il lui confie être persuadé que ces "accidents" ont un rapport avec son souhait, qui était aussi celui de son père, de vendre le domaine familial.

Voilà donc notre Miss Silver à la campagne parmi l’étonnante famille Pilgrim : Colomba, la tante, énergique jardinière ; Janetta, sa soeur, fragile vieille dame, hyponcondriaque et qui passe ses journées au lit, à geindre ; le cousin, Jérôme Pilgrim, blessé lors de la guerre et qui est en convalescence sous l’oeil vigilant de la trop charmante infirmière Lona Day ; enfin, les domestiques : Monsieur et Madame Robbins, couple acariâtre au service des Pilgrim depuis 30 ans et Judy Elliott, la femme de ménage.

A cela s’ajoute évidemment, la riche héritière voisine, au physique particulier mais au coeur d’or, abandonnée 3 ans plus tôt par Henry Clayton, le cousin de Roger, la veille de leur mariage.

A peine arrivée, Miss Silver se retrouve confrontée à la mort. Le cadavre de Roger est retrouvé dans le jardin, vraisemblablement suite à une violente chute. Meurtre ou suicide ? Notre ancienne gouvernante fait appel à deux de ses anciens protégés, le commissaire Randall et l’inspecteur Frank Abbott, tout deux entièrement dévoués à la vieille dame à qui ils portent une admiration et une confiance sans bornes. Avec raison, vu qu’elle démasque toujours l’assassin alors qu’ils se lancent sur une fausse piste...

Je ne me lasse pas des aventures de Miss Silver, qui résout une énigme grâce à sa connaissance de la nature humaine, tout en tricotant inlassablement des pulls et des chaussettes pour les enfants de sa nièce. Un excellent modèle de "dective novel" à l’anglaise dans la tradition d’Agatha Christie, si ce n’est que la psychologie joue ici un grand rôle contrairement aux romans de la grande reine du crime.


  • > Dernière demeure  13 septembre 2004

    Je partage votre point de vue sur Patricia Wentworth, délicieuse détective, bien moins connue que la Miss Marple d’Agatha Christie, et bien plus dans le coup !

    J’en ai relu quelques uns cet été et le plaisir était intact (d’autant que j’avais oublié les détails des intrigues). Il y a cette atmosphère particulière d’une Angleterre idéale, surannée, où les passions sont cachées mais frémissantes sous un charmant vernis de bonnes manières et de bienséance.

    Il faut reconnaître que les romans sont inégaux, mais certains comme "La plume du corbeau" sont pour moi un de ces chefs-d’oeuvre.

    Je viens de voir sur un site web que P. Wentworth aurait écrit d’autres policiers, sans le personnage de Miss Silver, dont quelques uns ont été traduits. Mais où les trouver ? Ils datent des années 20...


    Répondre à ce message
    • > Dernière demeure 14 septembre 2004
      J’ai déjà lu aussi que P. Wentworth avait écrit d’autres romans, pas seulement policiers mais je ne sais absolument où on peut les trouver. Si certains ont été traduits, je ne vois que les bouquinistes mais, à mon avis, il faudrait un coup de chance. Cela reste toujours possible...
      Répondre à ce message
    • > Dernière demeure 14 septembre 2004, par bastet
      peut être pourriez-vous essayer sur amazon.uk, si vous lisez l’anglais
      Répondre à ce message
    • > Dernière demeure 14 septembre 2004, par bastet
      sur le site web www.stopyourekillingme.com vous pourrez trouver toute la liste (en anglais) des titres des livres écrits par patricia wentworth.
      Répondre à ce message