Death at Rottingdean de Robin Paige

Death at Rottingdean

Le lundi 22 novembre 2004 par Sheherazade

Lord et Lady Sheridan passent quelques jours de vacances dans la très pittoresque petite ville de Rottingdean au bord du Channel, près de Brighton. Depuis que Charles Sheridan, célèbre photographe et détective-amateur est devenu le cinquième baron de Somersworth, la vie des Sheridan est devenue un tourbillon d’obligations sociales, mondaines et charitables comme il convient à un pair d’Angleterre.

Le manque de repos, l’air plutôt malsain de Londres ont eu raison de la santé de Kate Sheridan et ont exigé un lourd tribut : elle a perdu l’enfant qu’elle portait et les médecins ont confirmé qu’elle ne pourrait plus avoir d’enfant. Son époux espère que les vacances au bord de la mer lui apporteront le répit nécessaire à retrouver ses forces. D’autant plus que leurs voisins sont bien sympathiques : le célèbre Rudyard Kipling et sa petite famille logent en effet chez Lady Georgina Burne-Jones, épouse du peintre Edward Burne-Jones, leader du mouvement artistique pré-raphaélite.

Tout ce petit monde est également ravi d’avoir les Sheridan pour voisins car tous connaissent les "penny dreadfuls" - romans à sensation - écrits par Beryl Bardwell, qui n’est autre que Lady Kathryn Sheridan ! On compare désormais son style à celui de Conan Doyle.

A un jet de pierre de là, il y a Brighton, l’une des villes balnéaires préférées de Bertie, le prince de Galles, héritier de la couronne, rendant fréquemment visite aux frères Sassoon, célèbres banquiers anglais.

Pourtant sous son aspect "petite ville touristique pittoresque et adorable", Rottingdean ne semble pas avoir renoncé à son glorieux passé de plaque tournante de contrebande. Bien vite, Kate et son baron de mari vont se retrouver involontairement mêlés à deux crimes commis sur des gardes-côtes, dont l’un avait partie liée aux contrebandiers.

Le Prince de Galles ayant demandé aux Sheridan de faire la lumière sur ces meurtres, les vacances du couple promettent d’être plus mouvementées que prévu ; il semblerait que quasi tout le village soit complice des contrebandiers.

Le jeune Patrick, qui travaille aux écuries appartenant au chef de la contrebande, a vu quelque chose qui met sa vie en péril. Par ailleurs, la place de chef est convoitée par un certain Trunky Thomas, pêcheur avide de richesses et pouvoir.

Un personnage mystérieux se disant antiquaire rode dans le village, mais Kate pense l’avoir vu ailleurs, photographiant la côté englaise. Tout cela est évidemment passionnant pour la jeune femme qui trouvera là certainement matière à un nouveau roman. Les découvertes des Sheridan prouveront que ce qui se passe à Rottingdean dépasse largement le cadre de la simple contrebande destinée à tricher sur les droits d’accises, ce qui se trame dans les sous-sols de la petite cité balnéaire est bien plus inquiétant.

Les époux Albert, écrivant en commun sous le pseudonyme de Robin Paige, mêlent une fois encore personnages réels et fictifs récurrents tels Kate Ardleigh-Sheridan et Lord Charles, féru de sciences et attentif aux nouveaux développements permettant la découverte de preuves plus tangibles pour faire avancer les enquêtes de police.

Dans ce cas-ci, on partage brièvement la vie de Georgina Burne-Jones, femme au caractère bien trempé, socialiste convaincue mais plus préoccupée par les théories que par leurs applications bien qu’elle ait été d’une sincérité et d’une compassion réelles.

D’autre part, Trunky Thomas a réellement existé et était effectivement un chef de contrebande notoire et peu sympathique.