Death at Dartmoor de Robin Paige

Death at Dartmoor

Le lundi 21 juin 2004 par Sheherazade

En cet automne 1901, les Sheridan (détectives-amateurs et membres de la gentry anglaise) se retrouvent dans les magnifiques landes de Dartmoor. Pas loin non plus de sa sinistre prison !

Le baron de Somersworth, cinquième du nom et photographe, met au point un programme d’empreintes digitales afin de répertorier les criminels de l’Angleterre edwardienne (Victoria a enfin cédé la place à son fils). De plus, Charles Sheridan souhaite rencontrer le Dr Samuel Spencer, condamné pour le meurtre de son épouse, or il le croit innocent et compte le prouver. Ce que Spencer refuse sans explication. Pendant que son mari se promène en prison, Kathryn Ardleigh-Sheridan passe son temps à s’imprégner de l’ambiance des "moors" dans le but d’écrire un nouveau "penny dreadful" (roman à sensation) sous son nom de plume de Beryl Bardwell. Elle est accompagné de son amie Patsy Marsden, globe-trotter et photographe célèbre.

A l’hôtel où ils sont descendus, ils retrouvent leur ami Conan Doyle passant quelques jours dans la région et invité à une séance de spiritisme, l’une de ses passions, chez Lord et Lady Duncan. Doyle a entrepris son roman "The Hound of Baskerville", dans lequel, pour l’occasion, il "ressuscite" Sherlock Holmes, ce qui lui plaît peu mais ses autres ouvrages n’ont aucun succès.

Lors de leurs promenades Kate et Patsy font la connaissance de Ms. Jenkins ainsi que d’un archéologue. Quant aux séances de spiritisme, les Sheridan sont plutôt sceptiques et Lord Charles est carrément exclu des soirées. Par contre, son épouse est troublée car l’une des personnes présentes murmure "meurtre", d’autant plus que Lord Duncan a disparu.

Lorsqu’il reparaît, c’est à l’état de cadavre et tous nos détectives-amateurs se mettent à l’ouvrage ; pendant ce temps, à Dartmoor, trois prisonniers se sont échappés parmi lesquels Spencer, qui n’est pas encore retrouvé malgré le blocage des routes et accès portuaires. Les Sheridan et Miss Marsden croyant à son innocence, ils espèrent le retrouver et l’innocenter.

Voilà une aventure de Lord et Lady Sheridan qui m’a particulièrement plu ; elle est la huitième dans la série et pour une fois parle beaucoup moins du fameux "groupe de Marlborough" (la jet set de l’époque). L’histoire a quelques résonnances (voulues) avec "Le Chien des Baskerville" de Conan Doyle et l’intrigue est passionnante de bout en bout.