Danse, danse, danse de Haruki Murakami

La suite de la Course au mouton sauvage

Danse, danse, danse

Le lundi 11 octobre 2004 par Dadoo

Quelques années après la Course au mouton sauvage, le narrateur ne s’est pas vraiment réintégré à la vie "normale". Certes il travaille en tant que rédacteur freelance mais il considère ceci comme un simple déneigement culturel : utile et nécessaire mais sans grande finalité.

Après avoir rêvé de la fille du roman précédent (celle aux belles oreilles) il décide de retourner à Sapporo, retrouver l’hôtel du Dauphin et surtout la fille...

Alors commence une aventure comme seul Murakami en a le secret : avec son air de ne pas y toucher il nous raconte un roman à la fois intimiste et onirique. Il nous parle de la vie moderne et de son inanité. Il attaque particulièrement le système capitalise de pointe qui fait notamment que tout le monde a des frais à dépenser coûte que coûte et en même temps des problèmes d’argents.

Son amitié avec Yuki, une jeune adolescente un peu paumée va lui permettre de prendre une pose un peu plus responsable mais toujours avec beaucoup de franchise et de bonté.

Difficile à raconter ce livre est un vrai moment de jubilation drôle et profond, aussi bien que la Course au mouton sauvage.