Buridan le héros de la tour de Nesle de Michel Zévaco

Le dimanche 13 octobre 2002 par Dadoo

Buridan est un gentilhomme prompt à tirer l’épée et la rapière comme les affectionne Zévaco. L’auteur va décrire ses aventures autour de la Tour de Nesles où la Reine et ses deux acolytes recoivent leurs amants...

Dans un contexte historique malmené (pour une meilleur description des aventures de la Tour de Nesles lire les Rois Maudits), Zevaco écrit un roman-feuilleton banal et sans génie. Les "coïncidences" sont complètement injustifiables. Le propos est sans intérêt, c’est vraiment seulement un feuilleton d’aventures à éviter...
  • > Buridan le héros de la tour de Nesle  19 novembre 2003, par Lamblinpierre@aol.com
    Il est vraiment dommage d’avoir choisi le nom du trop mal connu philosophe Jean Buridan dans cette épopée abracadabrante.Recteur de l’académie de Paris nommé par le plus brillant des rois maudits Charles IV,en 1327,le vrai Buridan avait sûrement d’autres préoccupations pour ne pas être mêlé aux ébats adultères des belles soeurs du troisième fils de Phillipe le Bel.Ce triste épisode de la Tour de Nesle n’est pas non plus le meilleur contexte pour un roman de cape et d’épée (le moyen-âge d’avant la guerre de cent ans est plus celui des chevaliers que des capitans).Le style de Zévaco est loin d’être aussi poignant que celui d’Alexandre Dumas,et sa rigueur historique a de quoi convulsionné nos brillants Alain Decaux et autres André Castetelot.
    Répondre à ce message
  • > Buridan le héros de la tour de Nesle  3 juillet 2003
    commentaire stupide ou écrit par une personne qui n’a pas eu entre les mains le texte original. Il faut savoir que, hors les éditions d’avant 1939, tous les romans de Michel Zévaco ont été odieusement censurés. L’édition des Pardaillan publiée voici quelques années au Livre de Poche n’échappe pas à la règle. Heureusement, la collection Bouquins de chez Laffont reprend le texte intégral. Mais, à ce jour, Buridan n’est toujours pas réédité, ainsi que les trois quart de l’oeuvre du dernier grand écrivain populaire français. J.P.F.
    Répondre à ce message