Biographie de la faim de Amélie Nothomb

Biographie de la faim

Le jeudi 28 avril 2005 par bouquinovore

Je m’étonne que personne n’ait encore parlé de cette autobiogrqaphie, et je m’empresse de remédier à ce cruel manque ! Amélie Nothomb, une fois de plus, parle d’elle. Une fois de plus, elle sera fustigée par ses détracteurs qu’agacent les lectures du nombril de la célèbre Belge. Et une fois de plus, elle sera dévorée par ceux (nombreux) qui l’admirent.

Le livre commence de façon totalement inattendue : un petit cours de géographie, où l’on découvre le Vanuatu, îles d’où la faim a été bannie. On se demande où l’auteur veut en venir. Interloqué, on poursuit sa lecture. Et on finit par comprendre.

Amélie Nothomb a toujours eu faim. Elle voit donc en elle le contraire du Vanuatu. Jolie démonstration du "paradoxe Nothomb" : pour parler de soi, évoquer son contraire.

Et en effet, ça marche ! Parce que cette autobiographie (qui pourrait être un roman tant la vie de la petite puis adolescente Amélie est passionante) nous emmène au Japon, en Chine, à New-York, au Bangladesh, parce que c’est écrit avec beaucoup d’humour, et un style original, parce que l’auteur n’a pas peur d’utiliser des mots rares (pratique qui lui a valu beaucoup de reproches... C’est sûr que si on ne sait pas ouvrir un dictionnaire...), parce que tout simplement le nombril de Miss Nothomb est fondamentalement romanesque. Voilà.


  • Biographie de la faim  25 juillet 2007, par hippopo
    Le livre d’Amélie Nothomb est original. On part d’une idée générale pour aboutir à une idée personnelle de l’auteur. En effet, elle évoque la faim en générale pas seulement alimentaire mais aussi culturelle, géographique... De plus, son style d’écriture est remarquable. Elle employe un vocabulaire qui rest parfois flou pour le lecture.
    Répondre à ce message