Beau monstre de Peter Robinson

Aftermath

Beau monstre

Le vendredi 14 juillet 2006 par Sheherazade

Parce qu’une voisine a signalé un cas de violence domestique, une patrouille de police découvre la maison de l’horreur.

Après que son partenaire se soit fait tuer à la machette et qu’elle ait assomé le tueur, la jeune policière Janet Taylor appelle les renforts qui vont bien rapidement découvrir les cadavres de jeunes filles récemment disparues à Leeds, Yorkshire, et environs.

L’inspecteur en chef Alan Banks est chargé de l’enquête et il s’avère bien vite que le hasard leur a fait découvrir un tueur en série qui sévissait dans les Dales depuis longtemps. « Le Caméléon » est donc bien sous les verrous, ou plutôt entre la vie et la mort sur un lit d’hôpital, son crâne ayant été fracassé par la jeune policière. L’épouse du tueur est elle aussi hospitalisée, ayant aussi subi les violences et abus sexuels de son mari.

Pour Banks et les enquêteurs , un doute s’insinue dans les esprits : et si l’épouse n’était pas l’ innocente victime qu’elle voudrait leur faire croire ? Ce n’est pas la première fois que l’on verrait la femme d’un tueur en série participer aux enlèvements et aux meurtres sexuels du mari. Avec la psychologue Jenny Fuller, qui collabore désormais en tant que profileur avec la police, Banks et ses collègues vont remonter la piste de l’épouse pour découvrir que son passé recèle d’épouvantables secrets d’abus sexuels et meurtres également.

Parallèlement, la petite amie de Banks, l’inspectrice Annie Cabott doit faire la lumière sur les agissements de la jeune policière, après que son collègue ait été assassiné par le Caméléon ; il semblerait qu’elle ait abusé de son pouvoir lorsque le prévenu était déjà inconscient et attaché.

Une très sombre enquête que cette histoire d’enlèvements de très jeunes filles qui trouve un sinistre écho dans ma mémoire, le livre semblerait avoir été écrit à l’époque de la monstrueuse affaire Dutroux qui ravagea la Belgique en 1996 et sincèrement, je crois que je vais avoir des difficultés à oublier cette enquête-ci de l’inspecteur en chef Alan Banks, réintégré avec éclat au sein de la police d’Eastvale et agissant en qualité de coordinateur entre les différents postes de police du Yorkshire. Il me reste un sentiment d’écoeurement à lire de telles descriptions de la bassesse humaine, surtout que l’actualité une fois encore a mis à jour de la maltraitance, des enlèvements et des meurtres d’enfants dans notre pays.

Banks a toujours des problèmes personnels évidemment, il n’arrive pas à sereinement accepter le remariage de son ex-épouse, enceinte de son nouveau mari. La relation de Banks et Cabott occupe un peu trop de chapitres dans ce roman, ces deux-là c’est évident n’arrivent pas non plus à avoir des relations simples et très franchement ils m’ont tapé sur les nerfs au cours de cette enquête-ci. Quant à la procédure policière à l’égard de l’écart de conduite de la jeune policière, il fait mal au cœur et est ambigu car il semble justifié même si la violence ne l’est jamais.