After the funeral de Agatha Christie

un Poirot de la meilleure veine

After the funeral

Le samedi 5 juin 2004 par Sheherazade

Qu’est-ce-qui a poussé Cora Lansquenet, née Abernethie, le jour des funérailles de son frère Richard à affirmer qu’il a été assassiné ? Cora a toujours été plutôt sotte, ayant le don de dire n’importe quoi, n’importe comment, au moment le plus inopportun et ce sans jamais songer aux conséquences !

Des conséquences, il y en aura et de graves, puisque la malheureuse est brutalement assassinée à la hache quelques jours plus tard. L’avoué de la famille en est bouleversé et se demande si finalement Cora n’avait pas raison. Mais comment le prouver, puisque le corps de Richard Abernethie a été incinéré. Il se met en quête de renseignements auprès des membres survivants de la famille : les deux nièces, la belle-soeur, le neveu et le frère survivant de Richard. Il fait aussi la connaissance de Miss Gilchrist, la dame de compagnie de Cora Lansquenet. Etant sous le choc d’avoir trouvé sa patronne, elle est hébergée par la famille l’ayant prise en pitié.

Mr. Entwhistle n’arrive pas à comprendre la situation, aussi se rend-il à Londres auprès l’un de ses amis, le célèbre détective Hercule Poirot. Celui-ci devra se hâter afin de découvrir l’assassin de Cora (et donc peut-être également de Richard) car la dame de compagnie échappe de peu à une tentative d’empoisonnement et Mrs. Helen Abernethie, la belle-soeur, se fait assommer alors qu’elle se parlait à elle-même à voix haute, se posant des questions sur la situation. Quelqu’un a dû entendre ces paroles et, prenant peur, tente également de la tuer.

"After the funeral " est un Poirot de la meilleure veine, avec tous les ingrédients du genre : vieille demeure aristocratique pleine d’atmosphère où la famille se retrouvait aux vacances et à Noël ; majordome cacochyme vivant dans la nostalgie des jours passés ; soeur du défunt plutôt sotte et frère hypocondriaque à l’épouse toute dévouée ; veuve élégante ; nièces délurées se voulant résolument modernes et ayant besoin d’argent ; avoué connaissant toute la famille depuis de longues années et désireux de découvrir le mystère entourant la mort de son ami.

On se sent transporté dans une autre époque, dans un monde très "vieille Angleterre fortunée", tombé en désuétude.


  • > After the funeral  5 juin 2004, par bastet
    je pense que le titre français de ce roman de Christie est "les indiscrétions d’Hercule Poirot"
    Répondre à ce message