Adieu la vie, adieu l’amour de Horace McCoy

Adieu la vie, adieu l’amour

Le lundi 22 avril 2002 par Dadoo

L’auteur d’On Achève Bien les Chevaux poursuit son exploration des bas-fonds américains de la Grande Crise. Le héros est un intellectuel incompris qui a choisi de mettre son intellect au service de la pègre.

Le héros s’échappe de prison en organisant un massacre. Une fois sorti il chercher à s’installer comme un parrain local. En quelques jours il parvient à mettre la police dans sa poche...
Mais pourquoi est il si noir ? Le héros cache un secret qui explique sa façon de voir les choses et de s’imposer dans le sang et les larmes.

Tout est brillant dans ce roman noir. Quelquepart entre Charles Williams et Steinbeck, Horace McCoy réinvente la littérature américaine