A livre ouvert de William Boyd

A livre ouvert

Le lundi 19 mai 2003 par Dadoo

Le 34ème Grand prix des lectrices de Elle a été attribué, dans la catégorie Roman, au livre de William Boyd "A livre ouvert/Les carnets intimes de Logan Mountstuart" (Le Seuil), a annoncé l’hebdomadaire.

Dans la catégorie Document, il a été décerné à Jean-Pierre Perrin pour "Jours de poussière/Choses vues en Afghanistan" (La Table Ronde) et, dans la catégorie Policier, à Harlan Coben pour "Ne le dis à personne..." (Belfond).

Ces prix, choisis grâce à un jury de 120 lectrices, seront présentés et commentés dans le numéro de Elle daté du lundi 19 mai.

Depuis 2002, l’hebdomadaire récompense, en plus d’un roman et d’un document, un roman policier.

-  le site Elle.fr
-  A livre ouvert sur avoir-alire

Quatrième de couverture

Né d’une mère uruguayenne et d’un père anglais, l’écrivain et critique Logan Mountstuart (1906-1991), héros du huitième roman de William Boyd, est, à en croire son géniteur, un curieux personnage dont la réussite a consisté à se trouver là où il le fallait quand il le fallait durant la majeure partie du XXe siècle.

Collégien précoce, dévoré d’ambition à Oxford, il connaît le succès littéraire à vingt-cinq ans, troque son aristocrate d’épouse contre le vrai grand auteur. Dès lors, sa vie prend des allures de montagnes russes : la guerre civile en Espagne, le conflit mondial dans les renseignements sous la houlette de jan Fleming, la prison pour espionnage en Suisse, les milieux d’art new-yorkais, les tragédies familiales, la déchéance, la pauvreté, l’oubli, avant la fin presque paisible dans le sud de la France.

Les bonheurs simples comme les chagrins ravageurs, les multiples rencontres, de Hemingway à Picasso, du duc de Windsor et sa redoutable duchesse à la non moins vengeresse Virginia Woolf, toute cette vie exubérante, LMS nous la livre par 1e truchement de ses carnets intimes rédigés pendant sept décennies.

Une fausse autobiographie ? Un journal fictif ? Plutôt un roman magnifique de vraisemblance où l’auteur prête sa voix à son héros avec une virtuosité de ventriloque et se plaît à mêler la réalité et l’invention, pour le plus grand plaisir du lecteur.


  • > A livre ouvert  30 janvier 2004, par Dadoo
    A livre ouvert est représentatif des histoires de Boyd : un peu à la manière de John Irving, il prend des personnages un peu étranges et développe des histoires passionnantes avec trois fois rien... Ici la vie de Logan Montstuart, collégien d’Oxford tout au long du XX° siècle où il croise avec plus ou moins de bonheurs Picasso, Virginia Woolf ou le Duc de Windsor. C’est une vie extraordinaire mais en même temps racontée par la petite lorgnette du journal intime d’un homme qui ne s’estime guère. Les réactions de Logan dans son journal sont très souvent en décalage avec le récit qu’il raconte... et c’est sans doute ce qui fait de ce roman un livre particulièrement attachant.
    Répondre à ce message