A Traitor to Memory de Elizabeth George

A Traitor to Memory

Le vendredi 22 juin 2007 par Sheherazade

Eugenie Davies a été retrouvée morte dans une rue de Hampstead, heurtée par un véhicule qui a pris la fuite. Le crime ne fait aucun doute.

L’inspecteur Linley et son assistante Barbara Havers sont appelés à la rescousse par la police locale, ce qui les surprend un peu, jusqu’à ce qu’il s’avère que l’un de leurs supérieurs a été concerné par la famille de la morte dans le passé. Car c’est bien dans ce passé que réside la clé de ce crime.

Eugenie et Richard Davies avaient deux enfants, le surdoué Gideon, devenu violoniste de renom et Sonia, l’enfant handicapée qui requérrait toute l’attention de la famille, pour qui tout le monde se sacrifiait. Même sa « nanny », lorsque Sonia fut retrouvée morte dans la baignoire, se sacrifia et accepta de porter ce crime infamant ; celle-ci vient de sortir de prison.

Les détectives avec leur collègue Nkata doivent faire la lumière sur ce crime du présent, mais ne pourront y arriver qu’en déterrant les secrets du passé. Le meurtre d’Eugenie ne sera pas hélas le seul que les enquêteurs auront à découvrir et les suspects sont nombreux : le frère d’Eugenie, qui resta en contact avec elle après qu’elle ait abandonné le domicile conjugal ; l’époux divorcé d’Eugenie ; un homme présent à l’époque de la mort de la petite fille, sans oublier l’homme actuel dans la vie de la morte.

Parallèlement au récit de l’auteur, le lecteur feuillette le journal intime du violoniste Gideon Davies, ayant entrepris une thérapie à la suite d’un blocage total face à la musique. Pourquoi Gideon est-il désormais incapable de la moindre performance ? Que s’est-il réellement passé dans cette salle de bains ? Le jeune Davies écrit son besoin, sa quête de vérité, mais est-il réellement prêt à la connaître ? Chacun sait que certains secrets sont dangereux.

Tout au long de leur déjà longue collaboration, Thomas Linley et Barbara Havers, ainsi que Winston Nkata plus récemment adjoint à leur équipe, ont été confrontés aux drames de familles dysfonctionnelles cachant souvent de très vilains secrets.

Cette enquête-ci est bien dans cette même lignée de lourds secrets, Elizabeth George est passé maître dans le genre. J’ai retrouvé ses personnages récurrents avec beaucoup de plaisir ; il est vrai que les récents romans que j’avais lu d’elle étaient tellement touffus, que je trouvais qu’elle se perdait un peu dans ses récits trop longs, comportant force détails pas toujours nécessaires à l’histoire. Ici toutefois, rien à dire, c’est un excellent thriller psychologique. J’avoue que son étude sur une famille où l’enfant est sublimé à outrance m’a littéralement coupé le souffle.