7 balles pour Oxford de Gaù, Zentner & Montecarlo

La Promesse

7 balles pour Oxford

Le lundi 28 juin 2004 par Sheherazade

Oxford - on ne l’appelle pas autrement - non seulement accepte mal de vieillir et de cesser ses activités de détective-privé, mais sa vie personnelle est plutôt compliquée aussi : deux ménages, un officiel et l’autre ; un fils dans la police urbaine qu’il déteste et qui le lui rend bien ; un autre fils (non officiel) avec lequel il s’entend plutôt bien et surtout, il y a Anna, sa petite-fille.

La femme d’Oxford, mourante, aimerait bien qu’il raccroche, aussi Oxford a-t-il fait une promesse : il ne reste que 7 balles dans son chargeur, quand celui-ci sera vide, il arrêtera son dangereux métier.

Dans sa première enquête, Oxford est chargé par un avocat de retrouver un peintre connu, mais à peine 24 heures plus tard, l’affaire lui est retirée et un cadavre calciné est retrouvé dans l’atelier de l’artiste. Est-bien son cadavre ? Oxford n’entend pas s’arrêter en si bon chemin et il poursuit l’enquête, pour découvrir que l’artiste pour qui travaillait le mort, est aussi décédé dans de mystérieuses circonstances. Et le critique d’art qui avait dévoilé le scandale a également mystérieusement disparu.

Oxford, c’est le contraire du charismatique baroudeur milliardaire qu’est Largo Winch.

C’est l’anti-héros par excellence ; privé plus que vieillissant, toujours à sec sauf d’alcool, avec problèmes de mémoire, de poids, de santé et autres liés à l’âge, et le caractère aigri en prime.

L’une des originalités de cette bédé est qu’elle ne comportera que 7 épisodes : les 7 balles du chargeur. On a droit à la panoplie totale de ce que l’on reproche aux vieilles personnes, il suffit de voir la voisine, mêle-tout acariâtre ou l’ancien ami d’Oxford, aveugle et à nourrir à la petite cuiller...

Evidemment, dans une société qui prône le jeunisme et les héros purs, durs et séducteurs, Oxford met mal à l’aise. Je n’ai pas tellement aimé les dessins que j’ai trouvés confus et qui n’ont pas l’élégance du trait de Largo Winch ou XIII, mais le scénario est bien rythmé pour ce polar de facture classique où les cadavres se succèdent et où le vrai coupable n’est pas encore découvert.