1st to Die de James Patterson

Attention ! le "Women’s Murder Club" débarque !

1st to Die

Le jeudi 21 juin 2007 par Sheherazade

Elles sont quatre, comme les 3 Mousquetaires. Quatre amies, jeunes, intelligentes, unies et décidées à lutter avec tous leurs moyens professionnels contre le crime.

Il y a tout d’abord Lindsay Boxer, inspecteur dans la police criminelle de San Francisco , douée et n’aimant pas trop qu’on lui marche sur les pieds. Puis il y a Claire Washburn, médecin-légiste en chef et aussi Jill Bernhardt, assistante du procureur. Enfin, il y a la plus jeune, la "petite" dernière, Cindy Thomas, journaliste au San Francisco Chronicle, qui s’occupe surtout des faits divers et qui aimerait bien couvrir un vrai sujet.

L’occasion lui en est donnée avec les crimes odieux dont s’occupe Lindsay (à qui on a temporairement adjoint le séduisant Chris Raleigh, un homme habitué à parler à la presse, donc diplomate). Cela ne plaît pas énormément à Lindsay, mais bon, le gars est sympa et finalement bien utile. L’ennui c’est qu’il est le responsable de l’enquête, alors que Lindsay à l’habitude de mener les enquêtes elle-même, et pour couronner le tout, on voudrait leur imposer le F.B.I. puisqu’il semblerait bien qu’il s’agit d’un tueur en série, se déplaçant pour commettre ses meurtres.Ceux-ci sont dirigés vers des jeunes mariés ; jusqu’à présent 3 jeunes couples ont été bestialement assassinés endéans les 24 heures suivant la cérémonie.

Nos quatre copines unissent donc leurs forces pour glaner un maximum d’information afin de cerner celui qui commet ces bassesses et les traces finissent par mener vers un écrivain très célèbre, Nicholas Jenks, qui semble avoir eu des liens dans sa jeunesse avec l’une des 3 jeunes femmes assassinées. Malheureusement, les preuves sont encore trop faibles selon Jill pour l’arrêter et il n’y a pas encore de lien avec les autres crimes, sauf peut-être une description faite par la vendeuse d’une boutique de robes de mariée. Pour l’assistante du procureur, tout cela est trop faible pour procéder à l’arrestation et pourrait mener à un vice de forme que les avocats de Jenks pourraient utiliser à son avantage.

Lindsay enrage évidemment, car elle est convaincue que Jenks est coupable, mais pour le prouver il lui faudra encore beaucoup de patience et de travail. L’homme est arrogant, sûr de lui, il nargue les policiers ; comme tous les serial killers, il est convaincu d’être plus fort et plus intelligent que les forces de l’ordre.

Parallèllement à l’enquête proprement dite, nous assistons aux problèmes personnels des quatre amies, et surtout les problèmes de santé de Lindsay, chez qui on a diagnostiqué une forme d’anémie qui pourrait s’avérer fatale.

On a un peu l’impression, en lisant ce livre, que l’auteur a réuni dans les caractères physiques et moraux de ces quatre jeunes femmes, tous ses propres fantasmes quant à ce qu’une femme devrait être : belle, intelligente, ayant un métier de pointe, au caractère bien trempé, prête à faire face à absolument n’importe quelle situation si difficile soit-elle. Et de plus, celle qui est mère de famille, gère son métier et sa vie de mère et de femme à la perfection (on se demande d’ailleurs si Patterson est marié et père d’ados ?!).

Bref, nous avons ici le rêve de tout homme réuni en 4 femmes (j’insiste sur le terme "rêve" car parfois dans la réalité, les réactions des hommes sont un peu différentes). Cette petite parenthèse d’opinion personnelle refermée, j’ai vraiment "marché à fond" dans cette histoire.Vous n’êtes pas, je crois, sans ignorer que j’adore les histoires où les femmes mènent le jeu.L’ambiance qui règne entre ces mousquetaires au féminin, leur complicité est fort sympathique et leur savoir-faire réellement efficace. Elles sont pleines d’humour caustique et elles adorent les "Margarita’s".

J’ai seulement regretté le côté plutôt sanglant des crimes, du moins dans leur description ; j’avoue que je me serais bien passée de certains détails, mais bon, James Patterson est américain, spécialiste des romans de serial killers (avec notamment son autre personnage-vedette récurrent Alex Cross (Along Came a Spider, Kiss the Girls, parmi les titres les plus connus et ayant été porté au grand écran).