John Steinbeck

Steinbeck_John

Auteur américain né en 1902 en Californie, mort à New-York en 1968. Prix nobel en 1962.

John Steinbeck, romancier américain, auteur de théâtre, journaliste et essayiste, obtint le Prix Nobel de Littérature en 1962 pour l’ensemble de son oeuvre, dont "The Grapes of Wrath" est devenu l’un des grands classiques de la littérature américaine au même titre que "La Case de l’Oncle Tom" d’Harriet Beecher Stowe. Grâce à ce récit épique sur la migration d’une famille de cultivateurs chassés de leur terre lors de la Grande Dépression, un vaste débat concernant les difficultés des ouvriers terriers fut entamé et conduisit à une réforme profonde dans l’agriculture.

John Steinbeck naquit en 1902 à Salinas, Californie, au sein d’une famille germano-irlandaise. La baie de Monterey fut le décor privilégié de la majeure partie de son oeuvre romancée.

C’est grâce à sa mère, institutrice, que Steinbeck prit goût à la lecture ; parmi ses auteurs et livres préférés figurent "Crime & Châtiment" de Dostoïevsky ; "Paradise Lost" de Milton et "Le Morte d’Arthur" de Thomas Malory.

Le jeune Steinbeck suivit les cours du collège local et travailla dans plusieurs fermes de la région au cours de ses vacances scolaires. Pendant six ans, il étudia la biologie marine à l’université Stanford, mais ne passa pas les examens, le seul métier qu’il envisageait depuis toujours étant celui d’écrivain ; plusieurs de ses poèmes et nouvelles brèves avaient déjà été paru dans les publications universitaires.

Après un bref passage par New York en qualité de journaliste pour "The American", Steinbeck revint en Californie et en même temps qu’il se consacrait à l’écriture, il pratiqua divers petits métiers afin de subsister : apprenti-peintre, homme-à-tout-faire d’un grand domaine, surveillant, employé au ramassage des fruits, gardien d’une maison dans la High Sierra ...

Son premier roman "Cup of Gold" parut en 1929, mais ne réussit guère à rembourser l’avance que son auteur avait obtenu de l’éditeur. Au début des années 30, John Steinbeck fit la connaissance d’un biologiste marin, Edward Ricketts, dont les théories sur l’interdépendance de toute forme de vie eurent une énorme influence sur le jeune écrivain. Plus tard, son roman " The Sea of Cortez " résultera d’une expédition avec Ricketts dans le Golfe de Californie. Dans un autre roman "To a God Unknown" , Steinbeck utilisera les conceptions jungiennes de Ricketts, influencées par le célèbre mythologue Joseph Campbell ; le héros du roman décrit les propres sentiments de l’auteur vis-à-vis de la vie et de la mort.

Les trois premiers romans de Steinbeck passèrent relativement inaperçus mais lorsque parut Tortilla Flat - un savoureux récit plein d’humour, mettant en scène une communauté amer-mexicaine aimant jouir de la vie, la reconnaissance de son talent fut immédiate auprès d’une large audience. La situation matérielle de l’écrivain s’améliora sensiblement, notamment grâce aux droits d’auteur pour le film qui sera tiré du roman.

Cependant, John Steinbeck poursuit ses écrits concernant les luttes et grèves en Californie ; il reste avant tout un journaliste-écrivain engagé, dont les romans éclipsent quelque peu sa production d’essayiste politique. Il fut correspondant de guerre pour le New York Herald Tribune durant la seconde guerre mondiale et pendant le guerre du Vietnam. Son dernier essai "L’Amérique et les Américains" dresse un portrait amical mais sans complaisance d’une nation pleine de paradoxes.

Parmi ses romans les plus célèbres, outre "The Grapes of Wrath ", rappelons : Cannery Row (dont le personnage principal est sans conteste le portrait de son ami Ricketts) ; Of Mice and Men ; East of Eden . Pour "Les Raisins de la Colère", Steinbeck parcourut en 1936 tous les camps d’émigrants en Californie. Le livre fut immédiatement attaqué par un membre du Congrès, qui le qualifia de "noir mensonge, sorti tout droit d’un cerveau malade, manipulateur et tordu" ! La version cinématographique de John Ford ne retint pas la fin dramatique du roman mais en apporta une image optimiste célébrant le New Deal de Roosevelt.

John Steinbeck fut également dans le colimateur du FBI, bien qu’Edgar Hoover nia toujours ce fait. Le FBI avait constitué un dossier sur l’écrivain, surtout après que "Les Raisins de la Colère" aient été encensés par la presse communiste ; d’autres romans figuraient également dans ce dossier, afin de prouver les tendances communistes de l’écrivain, d’autant plus qu’il était un lecteur assidu du quotidien communiste "The Daily Worker" et que sa seconde épouse avait voté communiste dans sa vie. Par ailleurs, Hoover considérait que le roman "The Winter of our Discontent " était une critique non déguisée des officier de police. Les dénégations d’Hoover à propos du "dossier Steinbeck" furent toujours considérées comme plus que maladroites et mensongères.

En 1948 parut "A Russian Journal", essai qui relate le voyage de Steinbeck en Union Soviétique, en compagnie du célèbre photographe Robert Capa. L’auteur espérait apporter un témoignage objectif de la réalité du pays, mais ne put circuler librement et de plus, il ne connaissait pas le russe. Leurs hôtes soviétiques se contentèrent de les emmener de banquets en cocktail-parties et de spectacles de ballets en représentations théâtrales.

La vie privée de Steinbeck ne fut pas très heureuse ; ses deux premiers mariages se soldèrent par un échec ; il se remaria cependant une troisième fois. Son fils, John Steinbeck IV, dès l’âge de 7 ans, se retrouva hospitalisé pour abus de codéine ; toute sa vie le jeune homme luttera contre des problèmes d’alcoolisme et de drogues, auxquels il succombera finalement en 1991. Dans son autobiographie "The Other Side Of Eden" , le jeune Steinbeck IV décrit avec une certaine amertume sa vie d’enfant d’artiste : Les artistes - écrira-t-il - sont des êtres profondément égocentriques, ce sont des parents dysfonctionnels, pas aptes du tout à élever des enfants. Mon père était un "père occasionnel" et là, il était épatant ; s’il avait dû être un père au quotidien, cela aurait été un échec total.

Lorsque John Steinbeck fut correspondant de guerre au Vietnam, le New York Post le critiqua violemment, lui reprochant d’avoir oublié son passé d’homme de gauche.

L’auteur mourut en décembre 68, d’une crise cardiaque, à New York City qui était devenu son foyer depuis 1943. Dans son dernier livre "The Acts of King Arthur & his Noble Knights" , publié à titre posthume en 1976 et qu’il ne termina pas totalement, John Steinbeck tourne le dos aux sujets d’actualité et de politique qui firent l’objet de toute son oeuvre ; il y donne vie au monde des légendes arthuriennes et de leur code d’honneur.

Bastet

Une saison amère

Une saison amère de John Steinbeck

L’honnêteté mise à rude épreuve
Le vendredi 16 juillet 2004 par Feline
Ethan Allen Hawley vit une petite vie paisible à New-Bayton, petite ville de Nouvelle Angleterre qui a échappé à la grande vague d’émigration et donc de développement économique. Simple commis d’épicerie, rien ne le distinguerait des autres habitants, s’il n’était le déscendant d’une famille riche propriétaire de la ville aujourd’hui ruinée. Une des qualités d’Ethan est une honnêteté à toute épreuve, ce qui le rend d’ailleurs suspect pour bien des gens : refusant les pots de vins, ne volant jamais son patron,...


Les naufragés de l’autocar

Les naufragés de l’autocar de John Steinbeck


Le samedi 28 juin 2003 par Feline
Après avoir analysé un texte issu des "Raisins de la colère" au cours d’anglais, je suis restée sur le souvenir d’un écrivain rébarbatif. Allez savoir pourquoi ? Je ne me souviens même plus du contenu de l’extrait ! Mais cet a priori est resté bien ancré... jusqu’à ce que je débute la lecture de ce livre. Et que je découvre un roman passionnant, qui se lit d’une traite et qu’on ne peut s’empêcher de reprendre en main dès qu’on a un moment libre.


Tendre Jeudi

Tendre Jeudi de John Steinbeck


Le lundi 10 février 2003 par Dadoo
Dans la rue de la Sardine, la guerre a laissé des traces : il n’y a plus de sardines et Doc traîne un gros cafard qui l’empêche d’écrire sa thèse sur les étoiles de mer. Ses amis vont essayer de l’aider... mais ce ne sera pas simple.


La Coupe d’or

La Coupe d’or de John Steinbeck


Le vendredi 17 janvier 2003 par Dadoo
Le premier roman de John Steinbeck, le célèbre auteur des Raisins de la Colère raconte l’histoire du pirate Henry Morgan. Le héros quitte le Pays de Galles à la recherche de l’Aventure et de la Gloire...


Tortilla Flat

Tortilla Flat de John Steinbeck


Le mercredi 20 juin 2001 par Dadoo
Tortilla Flat est le premier roman qui a rendu célèbre Steinbeck, l’auteur des Raisins de la Colère. Il raconte ici l’histoire d’un groupe de paisanos, des marginaux habitants près de Monterey



dans les kiosques

  1. « Le Roman de la colère » : Steinbeck, journaliste engagé et écrivain de la Grande Dépression  Blog Le Monde
  2. Enchères : Des biens de John Steinbeck mis en vente Décédé en 1968, John Steinbeck est un  Actualitté.com
  3. Télévision. Steinbeck expose les raisons de sa colère  L'humanité
  4. Le documentaire à voir: Le roman de la colère sur Arte  Le Figaro
  5. Voir la couverture complète sur Google Actualités
Vertou. Trois récompenses pour Théâtre en liberté  Ouest-France @sendbOOks, le compte Instagram qui fait voyager la littérature classique  Konbini Suisse La BBC désigne les 100 romans qui ont façonné notre monde  Actualitté.com Jours de travail, John Steinbeck - Livres  Télérama.fr Inédit : quand John Steinbeck était Parisien... et drôle  L'Obs Un texte inédit de John Steinbeck : son journal des Raisins de la colère  Actualitté.com Littérature - Quand John Steinbeck écrivait Les Raisins de la colère  Le Journal du Centre Ce soir, on découvre les États-Unis de John Steinbeck  Vogue Paris L?Américain John Steinbeck, l?inoubliable auteur des «Raisins de la colère»  RFI Steinbeck, des migrants et des doutes  Libération Poligny se souvient de la visite de Steinbeck, pardonne le scandale qu'elle provoqua  actu John Steinbeck, écrivain révolté de la "génération perdue" - Archives vidéo et  Institut National de l'Audiovisuel Le carnet de bord de John Steinbeck donne un nouveau sens aux «Raisins de la colère»  mediapart J. Steinbeck, Jours de travail. Les journaux des Raisins de la colère  Fabula "Jour de travail" de John Steinbeck : le coup de c?ur culturel de Marc Levy  Europe1 Livre - Steinbeck : « Comme des raisins hors de leur peau »  Le Point Abraham Lincoln, Sitting Bull, John Steinbeck...nos archives de la semaine sur Instagram  Le Figaro Jours de travail par John Steinbeck - ActuaLitté  Actualitté.com De Steinbeck à Trump, la figure du migrant, reflet de notre époque  Le Monde John Steinbeck en 1967 : «Comment j'ai appris à être un écrivain»  Le Figaro télévision. Sur la route de l'Amérique avec John Steinbeck  L'Humanité Le meilleur ami de John Steinbeck s?appelait Charley: c?était un caniche  Slate France Bombes larguées  AeroBuzz.fr Le fils aîné de John Steinbeck, lui-même auteur, est décédé  LaPresse.ca Un jour d?été? un livre ? "Des souris et des hommes"  Europe 1 Comment John Steinbeck nous permet de confronter l'intelligence artificielle à l'intelligence humaine  France Culture La bourse ou la vie : histoires de crises en littérature (4/4) : L'horreur économique - Autour des "Raisins de la colère" de Steinbeck  France Culture Merville. Carnet de Voyage : la péninsule de Basse-Californie, un autre visage du Mexique  ladepeche.fr Livres dans la Boucle : retrouvez tous les rendez-vous « lecture »  MaCommune.info Sur les traces de John Steinbeck en mer de Cortez  Télérama.fr Un texte perdu de Steinbeck publié 70 ans après  Le Figaro La Perle, Cornette adopte Steinbeck pour son retour au dessin  Ligne Claire Vietnam: John Steinbeck, en un combat douteux  L'Express Discorde concernant l'héritage de John Steinbeck  L'Express Steinbeck et Capa chez les Soviets  Le Courrier de Russie Le sommet Kim-Trump tourne court, Air France-KLM, Steinbeck... l'essentiel de ce jeudi matin  Libération Arte explore les romans scandaleux dans une série documentaire  Actualitté.com Warhol, Steinbeck ou Proust : à quoi ressemblaient les repas d?artistes légendaires ?  Konbini France Poligny | Le parking Weber est en cours de rénovation  Le Progrès Comment Steinbeck a privé le Français Anouilh du Nobel en 1962  Slate.fr Donald Trump, au nom de l'Amérique blanche  Le Monde 10 livres à lire ou relire cet été  la Nouvelle République Axel Kahn :" On ne peut que être pris par cette montée progressive de l'ombre"  France Culture Quel est le livre interdit le plus influent au monde ?  Actualitté.com « Des souris et des hommes » : la pièce qui dynamite John Steinbeck  Elle Richard Lanni : ?Dans 'Stubby', c'est l'histoire entre un jeune soldat et son chien qui importe?  Télérama.fr Onet-le-Château : après "Acide sulfurique", le collectif Théâtrajeunes se frotte à Steinbeck  Centre Presse Aveyron Le chien de Steinbeck  Le Club de Mediapart Steinbeck s?en va-t-en guerre  Libération Livres, actualités : tout sur Ernest Hemingway  Actualitté.com Fañch Moal. La littérature pour source d?inspiration  Le Télégramme 10 bébés animaux pour le plaisir  La Presse «Des souris et des hommes»: géographie du rêve inatteignable  HuffPost Québec Jura - réédition. ?Steinbeck au pays du vin jaune? par Bernard Cabiron  Le Progrès Le livre interdit le plus influent du monde  Le Club de Mediapart L?art du titre à la française, où quand Steinbeck est revisité à la sauce Mélenchon  Libération Sortir Jura | Steinbeck et les résistants du Jura  Le Progrès Festival de Deauville: James Franco revisite Steinbeck  Le Point EURUSD belle hausse en octobre : Cela va t il durer  Objectifeco À L'EST D'EDEN | Critique du film d'Elia Kazan avec James Dean  Le Bleu du Miroir La grande misère des fermiers américains  Les Échos États-Unis : "Des souris et des hommes" échappe à la censure dans un collège de l'Idaho  FRANCE 24 Des souris et des hommes: quand les hommes vivront d'amour  LaPresse.ca Après John Ford, Steven Spielberg s'attaque aux raisins de la colère  Gala James Franco adapte En un combat douteux de Steinbeck : bande-annonce  Actualitté.com "Des souris et des hommes", un classique bouleversant et réconfortant  RTL James Franco adapte Steinbeck avec Les Insoumis  AVCesar Encore un joli succès du ciné-club de Pithiviers, jeudi soir  La République du Centre Des souris et des hommes - John Steinbeck  Biblioblog On a beau être à la veille de 2019...  LaPresse.ca [Critique & Interview] "John Ford - L?homme qui inventa l?Ame?rique" (2018) de Jean-Christophe Klotz  Bulles de Culture La «cli-fi», quand la science-fiction rencontre l'écologie  Slate.fr À l'est d'Éden - John Steinbeck  Biblioblog Cécile Coulon, 22 ans, trois livres, un regard  L'Express La vérité sur Charley  Le Monde MAINVILLIERS - Jazz de Mars : Thomas Hellman Trio  Radio Intensité