Maj Sjöwall

Sjöwall_Maj

Auteur suédois né en 1935.

Maj Sjöwall et Per Wahlöö sont les indissociables auteurs de la série de romans policiers mettant en scène le commissaire Martin Beck et ses collègues du Bureau Central d’enquêtes à Stockholm. Selon l’adage bien connu "Nul n’est prophète en son pays", leur notoriété fut plus grande en France et aux Etats-Unis qu’en Suède.

Maj Sjöwall naquit à Malmö en 1935 ; après des études de journalisme et d’arts graphiques, elle devint reporter et directrice artistique de divers journaux et magazines. De 1959 à 1961, elle fut éditrice pour les publications Wahlström & Widstrad. C’est lors d’une collaboration à un magazine qu’elle fit la connaissance de Per Wahlöö qu’elle épousa en 1962.

Per Wahlöö naquit en 1926 à Göteborg et après des études à l’Université de Lund, il devint journaliste, spécialiste des affaires criminelles et sociales. Dans les années 50, Wahlöö s’investit dans diverses causes politiques de gauche, ce qui lui valut d’être renvoyé d’Espagne franquiste. Revenu en Suède, il écrivit quelques pièces pour la radio et la télévision avant de devenir écrivain à part entière. Ses thrillers de science-fiction devinrent rapidement célèbres ; l’un d’entre eux fut adapté à l’écran par R. W. Fassbinder.

Après leur mariage, les époux Wahlöö-Sjowall créèrent leur fameuse série policière, écrivant uniquement le soir après avoir mis leurs deux enfants au lit.

Le premier roman de la série - Roseanna - parut en 1965. La série se terminera dix ans plus tard, avec le dixième volume "Terroristerna " publié après la mort de Wahlöö.

Leur but, selon les auteurs, était d’utiliser les polars comme un scalpel afin de disséquer la société bourgeoise soi-disant sociale de leur pays. La trame des romans met l’accent sur la réalité quotidienne, le travail en équipe et la routine de la police ; la comparaison se fit rapidement avec l’oeuvre de Simenon et son commissaire Maigret. Les critiques ont défini leur style - incisif et concis - comme une observation minutieuse et journalistique de la vie quotidienne d’un commissariat.

Les trois premières histoires (Roseanna, L’homme qui partit en fumée et L’homme au balcon) sont véritablement des compte-rendus d’une classique procédure policière, avec contraintes administratives et train-train peu sophistiqué. Le lecteur y fait la connaissance des principaux protagonistes, à savoir :
-  1. Martin Beck, au mariage quasi raté et plus son mariage va mal, plus il se met à considérer son travail comme futile ; son ambivalence à l’égard de son métier se marque de plus en plus au fil des enquêtes, estimant qu’il contribue plus à accroître la violence qu’à la prévenir ;
-  2. l’ancien para, Kollberg, qui abhorre toute violence et refuse de porter une arme, plus tard il démissionnera compte tenu de ses opinions ultra-socialistes ;
-  3. Larsson, le sauvage, exclu de la haute société où il a vu le jour ;
-  4. Einar Rönn, l’homme de la campagne et finalement, l’inévitable tandem comique, Kristiannson et Kvant.

Chaque enquête a fait l’objet d’une minutieuse recherche pour la vérité du détail. Leurs héros sont un peu comme des baromètres des ambiances de leur pays, réflétant les divers mouvements politiques, économiques et sociaux de la Suède.

Le tout dernier volume de la série, Terroristerna, est le plus amer de tous à l’égard de l’état socialiste, n’hésitant pas à prendre le parti d’un groupe révolutionnaire criminel.

Sjöwall et Wahlöö furent également fondateurs et éditeurs de la revue littéraire Peripeo.

Per Wahlöö est décédé en 1975 ; Maj Sjöwall poursuit son métier d’écrivain.

Plusieurs aventures du commissaire Beck ont été adaptées au cinéma, entre autres aux U.S.A. par Stuart Rosenberg, qui transposa les histoires à San Francisco au lieu de la Suède.

Bastet


dans les kiosques

Free Mobile : c'est parti pour les précommandes des iPhone Xs/Max dans la boutique en ligne  Univers Freebox 1989, lorsqu'Apple annonçait un Mac en l'assemblant sur scène  MacGeneration