Harold Pinter

Pinter_Harold

Harold Pinter, à qui l’on vient d’attribuer le PRIX NOBEL 2005 de LITTERATURE se porte bien, merci pour lui ! En effet, au jour même de l’annonce de l’attribution de la plus prestigieuse récompense honorifique remise à un auteur, celui que l’on a surnommé « Le Shakespeare de son temps » avait été déclaré mort par une chaîne de télévision câblée (bravo leurs sources !), peut être en raison du cancer dont l’écrivain souffre depuis quelques années.

Le Nobel est le couronnement d’une longue carrière de l’un des auteurs les plus controversés du 20ème siècle, carrière toute dévouée non seulement à l’écriture, la poésie, le théâtre, le cinéma mais aussi et surtout l’engagement politique.

Harold Pinter s’est vu attribué le prix Wilfred Owen pour le poème qu’il écrivit en opposition à la guerre en Irak contre laquelle il s’est élevé dès le début, n’hésitant pas à qualifier George Bush Jr. de « criminel de guerre » et Tony Blair de « pauvre dupe pleine d’illusions », comparant le gouvernement de Bush à celui d’Hitler.. Toujours dans cette optique, il a également participé au débat organisé par « Authors take Sides on Iraq ».

En l’an 2000 lors de la conférence du comité pour la Paix dans les Balkans, il prononça un discours contre le bombardement de la Serbie par l’OTAN. Depuis de longues années Pinter s’est fait le champion de la liberté d’expression en tant que membre actif de l’INTERNATIONAL PEN, association avec laquelle il se rendit en Turquie en 1985, en compagnie de l’écrivain Arthur Miller afin de protester contre la torture d’écrivains emprisonnés.

En 2005 Pinter déclara qu’il cessait de se consacrer à l’écriture théâtrale afin de s’engager encore plus dans le combat politique.

Les prix n’ont pas cessé de pleuvoir sur Pinter : le Shakespeare Prize à Hambourg, l’European Prize for Literatre à Vienne, le Pirandello à Palerme, un Molière d’honneur pour l’ensemble de son œuvre, le prix Laurence Olivier, sans oublier le David Cohen British Literature Prize. Plus de quatorze universités l’ont nommé « docteur honoris causa ». Il a également été, par deux fois, nominé pour l’Oscar du meilleur scénario adapté d’un roman. Il refusa toutefois le titre de Chevalier de la Couronne, mais fut nommé « Companion of Honour » en 2002.

Harold Pinter est un ardent défenseur des Droits de l’Homme depuis 1973, ses prises de position sont virulentes, lui ayant valu le surnom d’ « Enragé » par la presse britannique.

Harold Pinter naquit en Octobre 1930 à Hackney, Londres de parents juifs ; il fit ses études à la Hackney Downs Grammar School et fit un bref passage à la Royal Academy of Dramatic Art.

Il débuta sa carrière en tant que comédien, sous le pseudonyme de David Baron ; sa première pièce de théâtre « THE ROOM » fut interprétée par les étudiants de la Bristol University en 1957.

Sa deuxième pièce « The Birthday Party », par contre ne reçut pas un très bon accueil du public, et ce malgré les critiques très positives de l’un des plus éminents critiques théâtraux du Sunday Times. A l’heure actuelle, the Birthday Party est l’une de ses plus célèbres.

L’œuvre de Pinter, montre dès le début, une nette influence de Samuel Beckett et les deux hommes furent effectivement de grands amis. Dans les années 70, Harold Pinter s’impliqua de plus en plus dans la mise en scène théâtrale après avoir été nommé directeur adjoint du National Theater.

L’œuvre littéraire d’Harold Pinter ne comprend pas moins de vingt-neuf pièces de théâtre, toutefois son œuvre va bien au-delà de la simple dramaturgie ; il a écrit de nombreux essais, été réalisateur de cinéma comme de théâtre, ainsi que nous l’avons vu plus haut, il a également travaillé pour la radio et la télévision, sans oublier les quelques vingt-quatre scénarios. Pinter est un auteur prolifique dont les créations sont sans arrêt jouées et rejouées.

Harold Pinter a marqué son temps et le monde du théâtre, à tel point qu’un nouvel adjectif y a été créé « pinteresque ». Les pièces de Pinter bénéficient d’une atmosphère très particulière, ayant fait disparaître les clichés théâtraux classiques d’espace, action et langage. Ses personnages sont prisonniers de leurs diverses névroses. En fait, l’innovation réelle de l’œuvre de Pinter réside dans le décalage entre légèreté apparente et profondeur réelle pour qui est attentif, devenant ainsi un instrument de réflexion. Toutefois, jamais le style de Pinter n’est lourd, il reste léger et d’un rythme agréable, emportant le spectateur avec lui jusqu’au bout ; le dramaturge a pris le parti de montrer la nature humaine dans ce qu’elle a de moins glorieux ; ses personnages ne s’intéressent jamais aux autres, ne prêtant nulle attention aux propos des autres ni des leurs. Ces propos sont répétitifs et irrationnels, l’auteur entendant ainsi démontrer la vacuité du langage. Pour l’auteur, la langue n’est faite que de mensonges, ceux qui osent se servir des mots sans crainte avec respect pour leur sens réel ont toutes les chances de finir emprisonnés, persécutés, torturés, voire tués !

Mais que ce soit pour son originalité en tant que dramaturge et écrivain, Harold Pinter restera l’une des figures les plus marquantes de notre époque ; grâce à son œuvre et au Prix Nobel de Littérature 2005, il n’est pas prêt d’être oublié et c’est très bien comme cela, car de par son engagement, Pinter fait la preuve que tout artiste, qu’il soit auteur ou comédien, a un devoir vis à vis des hommes.

Article inspiré par les sites www.haroldpinter.org - www.evene.fr/livres/ et www.en.wikipedia.org/wiki/Pinter

Bastet


dans les kiosques

Tournon-sur-Rhône | ?L'Amant?, d'Harold Pinter sur les planches de Jacques-Bodoin  Le Dauphiné Libéré Le théâtre amateur monte sur scène au Puy-en-Velay  L'Eveil de la Haute-Loire Halloween 2019 : Tom Hiddleston est Daredevil, Charlie Cox est Loki, et Jensen Ackles est?  Les Toiles Héroïques «Victoria Station & autres sketches» de Harold Pinter : Théâtre contemporain à Retonfey  Le Républicain Lorrain Harold Pinter : en avant doutes  Libération Harold Pinter à guichets fermés  Le Figaro "Célébration" d'Harold Pinter : audacieux, exigeant, fougueux, violent, et conquérant  Atlantico.fr Jules Audry met en scène Célébration d'Harold Pinter  sceneweb Pinter et le venin du mensonge  France Culture ?La Collection?, Mathieu Amalric admirable de cruauté dans une comédie d'Harold Pinter  Télérama.fr Littérature : Pierre Michon reçoit à Prague le Prix Franz Kafka  Radio Prague 1966 : "Harold Pinter, c'est le théâtre après la bombe atomique"  Institut National de l'Audiovisuel "La collection" d'Harold Pinter au Théâtre National de Bretagne : quand l'ombre du doute hante deux couples  Franceinfo « La Collection » : Pinter en un carré magique aux Bouffes du Nord  Les Échos Arnaud Wassmer reçoit le metteur en scène Ludovic Lagarde pour la création d'une pièce qui se joue des pass...  RCF "La Collection" : un Pinter magnétique aux Bouffes du Nord  Artistik Rezo Le site de critiques théâtrales parisien » La Collection, de Harold Pinter, mise en scène Ludovic Lagarde au Théâtre des Célestins  Un fauteuil pour l'orchestre L'Amant  news visitmonaco Lemn Sissay, lauréat du PEN Pinter Prize 2019 Ce mardi 4 juin 2019, le poète et  Actualitté.com Dans Libé ce vendredi : Barbarin, Bouteflika, Brexit, urbex, Harold Pinter...  Libération Une saison Harold Pinter s'ouvre avec "Trahisons" pour les 10 ans de sa mort  Franceinfo Rennes: "La Collection", ou que reste-t-il du bon vieux mensonge, au TNB  France 3 Régions Mézin. «L'anniversaire» au théâtre Côté Cour  LaDepeche.fr Pinter par Francis Labbaye  la Nouvelle République Conversation avec Mathieu Amalric et Micha Lescot : "Une possession mutuelle"  Les Inrocks "La Collection", toute la subtilité et l'ambiguïté de Pinter au Théâtre de Paris  Franceinfo Théâtre : « Dispersion », de Harold Pinter  Contrepoints Les zones obscures d'Harold Pinter  Le Monde Le site de critiques théâtrales parisien » La Collection d'Harold Pinter, mise en scène de Thierry Harcourt, Théâtre de Paris  Un fauteuil pour l'orchestre Harold Pinter  République des lettres "Le Monte-plats" : tout le sarcasme de Pinter dans une mise en scène énigmatique  Franceinfo Harold Pinter, le scandaleux  La Croix Théâtre : Dites donc, vous êtes plutôt séparation ou collection ?  Le Club de Mediapart Jean-Pierre Marielle est mort... Un moment d'égarement, sans doute  France Inter "The Handmaid's Tale" : tout le monde a oublié ce film sorti en 1990  Le HuffPost Pourquoi il faut d'urgence aller voir "Le Gardien" d'Harold Pinter  Atlantico.fr Pinter ou Pinter ?  Le Nouvel Observateur EN IMAGES. À vous de voir : 10 pièces de théâtre à ne pas manquer !  Le Point La collection, de Pinter, par Ludovic Lagarde, au théâtre des Bouffes du Nord - (04/03/19)  THEATRAL MAGAZINE l'actualité du théâtre Spectacle vivant : Bells and Spells, "on retrouve l'esprit de Chaplin"  France Culture Art, vérité et politique, par Harold Pinter  Le Monde Scènes : du beau monde sur les planches en 2019  Le Monde Le Retour d'Harold Pinter: par-delà le bien et le mâle  Le Figaro Pinter : un théâtre qui a mal vieilli ?  Atlantico.fr La Collection de Ludovic Lagarde au Théâtre des Bouffes du Nord du 7 au 23 mars 2019  France Inter Entretien avec le comédien Bruno Ganz : "le théâtre est le lieu de l'imagination"  Télérama.fr Trahisons : le doux poison d'Harold Pinter  Le Figaro Trahisons, un vaudeville chic de Pinter  L'Humanité Adèle Haenel joue "cash" au théâtre: "Old Times" d'Harold Pinter  L'Express Le Retour d'Harold Pinter au Théâtre de Nice  Webtimemedias.com AVIGNON-Off ? « Trahisons » de Pinter, MeS Rowena Cociuban  Nonfiction.fr Anniversaire du metteur en scène de théâtre et d'opéra Jorge Lavelli. - Ceci n'est pas un blog  La Règle du Jeu L'AnniversaireMystérieux Monsieur Pinter  Le Figaro Adèle Haenel et Marianne Denicourt, transparentes dans ?Old Times?  Télérama.fr Trahison: hypocrisie ***1/2  LaPresse.ca Théâtre / Le Nouvel Ordre Mondial, d?Harold Pinter  ciaovivalaculture C'était hier - Harold Pinter  Biblioblog Carole Bouquet et les fantômes de l'Histoire  Le Figaro Ne ratez pas : "The Servant"  L'Obs Chimamanda Ngozi Adichie récompensée par le PEN Pinter Prize  Actualitté.com François Feroleto: ses adresses à Vanves  Le Figaro L'écrivaine canadienne Margaret Atwood remporte le prix PEN Pinter  ICI.Radio-Canada.ca Pour François Létourneau, le mystère est un moteur de création | C'est fou...  ICI.Radio-Canada.ca Tarbes. Ben, Gus et «Le Monte-Plats»  LaDepeche.fr Olivier Cadiot, de la Comédie de Reims à la Comédie-Française  L'Union Culture Godot. 1989-2019 : trentième anniversaire de la disparition de Samuel Beckett (Paris)  Fabula Valérie Karsenti et François Feroleto, vie commune mais scène à part  Paris Match Un triste anniversaire : le bombardement de la Yougoslavie, vingt ans après  Investig'action Pinter : c'était hier et aujourd'hui ? Le grand théâtre du monde  Le Figaro Faux pas à l'Odéon  Le Point «Trahison»: l'envers du décor  Le Devoir ?The Servant?, de Joseph Losey : la grande histoire d'un film au parfum de soufre  Télérama.fr [Critique] "La Collection" par Thierry Harcourt au Théâtre de Paris  Bulles de Culture Théâtre: Carole Bouquet en duo avec Gérard Desarthe pour une pièce de Pinter  La Croix