Edward Lear

Lear_Edward

Auteur anglais (1812-1888)

En anglais, le courrier classique est appelé "snail mail" opposé à "e-mail" (courrier électronique et rapide). L’origine de l’expression "snail mail" est cependant bien antérieure au courrier électronique. Elle fut inventée par le génial artiste et écrivain britannique Edward LEAR.

Vingtième enfant d’une famille qui en compta 21 ( !), Lear était le fils d’un agent de change d’origine danoise qui fut envoyé en prison lorsqu’Edward avait 13 ans. Cela força le jeune homme à travailler afin d’aider à subvenir aux besoins de la famille. Dès 14 ans, il dessinait fleurs et oiseaux (notamment les perroquets) avec grand talent et il fut engagé à l’âge de 19 ans par la London Zoological Society afin de réaliser des illustrations d’oiseaux. La même année, le duc de Denby lui proposa de résider dans son domaine afin d’y dessiner sa ménagerie privée, Edward Lear y séjourna 4 ans . Son premier "Book of Nonsense" fut composé pour les petits-enfants du duc et publié dix ans plus tard.

Vers 1836, Edward Lear décida de se consacrer à la peinture de paysages, un genre qu’il n’avait pas souvent abordé et pendant dix ans, il voyagea à travers l’Europe et l’Asie, tout en poursuivant la rédaction de ses poèmes légers et humoristiques. Ses carnets de voyages, richement illustrés de très belles aquarelles, ainsi que son journal, furent publiés en plusieurs volumes réunis sous le titre "The Illustrated Travels of a Landscape Painter" . Ses talents artistiques lui valurent l’honneur d’enseigner le dessin à la reine Victoria, cependant sa décontraction lui valut quelques démêlés avec le sévère protocole du palais.

Artiste populaire, respecté et reconnu en son temps, Edward Lear est moins connu pour ses récits et illustrations de voyages au vingtième siècle, mais par contre il fut et reste très célèbre pour ses poèmes pleins d’humour absurde ("nonsense") ; le plus connu d’entre eux est "The Owl & the Pussycat" ; qui est encore repris par les illustrateurs et illustratrices de contes pour enfants.

Edward Lear est le créateur des rimes en 5 vers (c’est-à-dire a a b b a), toujours comiques et absurdes. Tout comme son contemporain, Lewis Carroll, Lear écrivit des poèmes fantastiques emplis de créatures imaginaires. Bien que les sujets et formes de ses écrits varient, tous peuvent être qualifiés de vision irrespectueuse du monde, l’auteur aimant beaucoup se moquer de la vanité des choses de ce monde et du ridicule, de l’absurdité de certaines situations, mais surtout comme tout vrai humoriste qui se respecte, il pratiquait avec génie l’auto-dérision. Lorsqu’on demandait à Edward Lear pourquoi il n’écrivait que des poèmes "nonsense", il répondait que : "à défaut d’être beau, au moins que je plaise aux femmes par mon humour".

Les critiques littéraires analysent cet amour de la dérision comme un antidote à la rigidité des codes de moralité victorienne. Cependant, l’humour d’Edward Lear est intemporel.

Dans sa vie personnelle, Edward Lear fut un être relativement solitaire, malgré ses nombreux amis. Il vivait cette solitude avec difficulté, ayant espéré se marier afin de l’adoucir, mais sans succès. En fait, il voyagea beaucoup afin d’éviter que soientt dévoilées son homosexualité et ses crises légères d’épilepsie pour lesquelles il avait développé un réel sentiment de culpabilité, qui lui fut inculqué par la soeur aînée qui l’éleva. Pour elle ces crises étaient une preuve qu’il y avait un "démon" en lui. Heureusement ses nombreux voyages permirent à l’artiste de surmonter légèrement ce qui à son époque constituaient des handicaps tant physiques que moraux.

Edward Lear est considéré comme l’inventeur du style "nonsense".

Bastet


dans les kiosques

Zoo de Prague : l'ara de Lear fait la fierté du nouveau pavillon des perroquets  Radio Prague Enchères à New York, de Passarotti à Edward Lear  La Tribune de l'Art Les Limericks, poèmes dont Lear était le roi  Diacritik N comme Nonsense, la logique jusqu'à l'absurde  France Culture St Aubyn ajoute une corde à son Lear  Libération Portrait français du XVIe siècle à New York, galerie Kugel  La Tribune de l'Art Un portrait de la duchesse de Manchester entre au Foundling Museum  La Tribune de l'Art Madame Figaro du 26 avril  Le Figaro Dunbar et ses filles d'Edward St Aubyn: Shakespeare drôlement revisité  Le Figaro Histoire : Napoléon multiplie les ordres afin d?attacher ??irrévocablement?? la Corse à la République  Corse-Matin Livres : St Aubyn, Chi, Robin  L'Express Igor Oleynikov, ce dessinateur russe lauréat du prix Nobel de littérature pour enfants  Russia Beyond FR L?aubaine St Aubyn : la saga «Patrick Melrose» en intégrale  Libération Les Shadoks en grande pompe à Annecy  La Croix Edward St Aubyn, Sylvie Germain, Chantal Thomas... la sélection livres de «Libé»  Libération La nouvelle série Dark Crystal de Netflix est étrange et brillante  Manice Shakespeare met à nu la tyrannie  L'Express La littérature jeunesse - De Télémaque à Kirikou, des amis pour la vie  Herodote.net Anna Boulanger, l'art de surligner en transparence  L'Humanité Alain Françon, premier Molière  France Culture Etats éphémères ou disparus d'Asie  Asialyst Cinq clés pour Lear  Forum Opéra Yehudi Menuhin, violoniste légendaire  RTS.ch « Le Roi Lear » à Avignon : fast and furious  Les Échos Vie et mort des Républiques du Turkestan oriental (1933-1934 et 1944-1949)  Asialyst La petite histoire d'Amanda Lear sur la libido de Donald Trump  Le Figaro Edward Bond : ?L'humanité est l'espèce qui fait du théâtre?  Les Inrocks Traduire, transposer, adapter le comique et l'humour  Fabula