Natalia Ginzburg

Ginzburg_Natalia

Ecrivain italienne (1916-1991)

Née Natalia Levi, l’écrivaine italienne qui perdit son combat contre le cancer en 1991, naquit à Palerme au sein d’une famille peu conventionnelle et anticonformiste, juive par le père et catholique par la mère, mais qui élevèrent leurs enfants en athées, ce qui les mit à l’écart des autres enfants. Lorsque le père accepta un poste de professeur à l’université de Turin, la maison des Levi devint le lieu de rendez-vous des intellectuels, opposés à Mussolini.

En 1938, Natalia épousa Leone Ginzburg, éditeur engagé politiquement ; il était également brillamment versé en littérature slave, qu’il introduisit en Italie. En raison des activités anti-fascistes de Leone Ginzburg, le couple fut exilé dans un villagé isolé des Abruzzes, mais ensuite revint se cacher à Rome et Florence. Leone Ginzburg fut à nouveau arrêté et mourut sous la torture en 1944. Natalia écrivit à cette époque un poème, qui est l’un des plus beaux témoignages d’une femme face à son époux mort : MEMORIA.

Natalia Ginzburg publia sa première nouvelle dans la revue Solaria à l’âge de 16 ans. Son premier court roman "La Strada che va in città" parut en 1942 sous un pseudonyme ; il fut suivi 5 ans plus tard par "E stato cosi", décrivant également un mariage peu heureux. Le roman "Tutti i nostri ieri", raconte l’histoire de deux familles qui se croisent dans le courant de leurs vies à travers plusieurs années, et parle du fascisme, de l’invasion allemande, de la résistance et de la libération.

"Le Piccole Virtù" et "Lessico famigliare" sont des récits autobiographiques, pleins d’humour, relatant l’enfance, l’adolescence et la vie de jeune adulte de leur auteur. En 1944, Ginzburg fut éditrice chez Einaudi ; par le biais de cette nouvelle maison d’édition, elle fit la connaissance d’écrivains comme Pavese, Elsa Morante et Italo Calvino.

Natalia Ginzbug publia des mémoires, des pièces de théâtre, de essais et des traductions en italien des oeuvres de Proust et Flaubert ; elle écrivit également une biographie du poète révolutionnaire Alessandro Manzoni.

Les ouvrages de l’écrivaine italienne sont un mélange de souvenirs et d’observation aiguë sur la vie et sur son entourage ; dans ses premiers écrits, elle rejeta le style autobiographique considérant qu’il s’agissait d’une forme trop "féminine" d’écriture. Toutefois, elle comprit rapidement qu’elle s’exprimait au mieux lorsqu’elle parlait de ses expériences personnelles.

Ses oeuvres de fiction sont écrites à la première personne dans un style simple et construit surtout comme un dialogue. Ses souvenirs d’enfance et de jeunesse à Turin décrivent souvent des intellectuels frustrés et des femmes menant des vies immobiles et inintéressantes, à la limite du bovaryrisme.

En tant qu’essayiste, Natalia Ginzburg a exploré plusieurs domaines, allant du cinéma contemporain à l’art, en passant par la littérature, la pédagogie et la morale. Estimant que dans la vie il faut s’engager, toujours, l’auteur continua à mener une vie politique active qui mena finalement à son élection au Parlement italien en 1983 en tant que député de la gauche indépendante.

Bastet


dans les kiosques

Les Voix du soir de Natalia Ginzburg  L'Italie à Paris Geneviève Brisac : "Dans la création, l'empêchement fait partie du génie"  France Culture Geneviève Brisac : « Les préjugés concernant les écrivaines sont aussi forts que jamais » (Sisyphe est une femme)  Diacritik Forum philo. Carlo Ossola, ces petites vertus qui font l'humain.  Le Monde Jean-Paul Dubois, Goncourt 2019 : "Je reçois ce Goncourt, assis"  France Culture « L'Ami », de Sigrid Nunez : le feuilleton littéraire de Camille Laurens  Le Monde Loisirs: que faire ce lundi 11 novembre à Lille et dans la métropole?  La Voix du Nord Rencontre : Lisa Ginzburg, en son nom  Le Monde N. Ginzburg, Les petites vertus (Le piccole virtù, 1962, préf. I. Calvino)  Fabula Redécouvrir les Grandes voix d'Italie Le tropisme italien de la maison Liana Levi n'est  Actualitté.com Poésie réactive. Le métier d'écrire  Le Monde Carlo Ginzburg : «Il y a toujours en histoire cette possibilité de l?inattendu»  Libération Les Mots de la tribu par Natalia Ginzburg  L'Express ?C'est ainsi que cela s'est passé? de Natalia Ginzburg : roman de la désillusion  Les Inrocks « Sisyphe est une femme » par Geneviève Brisac dans le cadre de l?actualité éditoriale FNAC 11 novembre 2019  Unidivers Dolores Prato, Bas la place y'a personne  L'Italie à Paris Les échappées belles de Carlo Ginzburg  Libération Histoire d'un livre. L'enfance patiente de Dolores Prato  Le Monde Cour de Strasbourg : le crucifix, les juges et Natalia Ginzburg  Eucharistie Sacrement de la Miséricorde Carlo Ginzburg ou la polyphonie de l'histoire  La Vie des Idées Rencontre avec Lisa Ginzburg à La Libreria  L'Italie à Paris Rétrospective Valeria Bruni Tedeschi réalisatrice à la Cinémathèque française  L'Italie à Paris Carlo Ginzburg : "Les anomalies sont plus riches que les cas soi-disant normaux"  Le Point Le sensible retour sur scène de Valeria Bruni-Tedeschi  Le Monde «Dans mes romans, il y a toujours une maison» : rencontre avec Cristina Comencini  Libération « Si c'est un homme » de Primo Levi, itinéraire d'un chef-d'?uvre  Le Monde L'époque est-elle romanesque ? / Affaire Vincent Lambert : politique ou métaphysique ?  France Culture «Bâtarde intégrale», Dolores Prato se révèle une chroniqueuse de génie  Le Temps Le message tendre de Carla Bruni pour sa s?ur Valeria Bruni-Tedeschi  Huffington Post France De voix grave et de passion pure  Le Devoir "Cesare Pavese, une vie", de Lorenzo Mondo : le secret de Cesare Pavese  Le Monde Aux Assises du roman, le merveilleux moment Rosetta Loy  Le Monde Carlo Ginzburg épris d?indices  Libération « De ce vague avenir auquel tu rêvais » : Terres promises de Milena Agus  Diacritik Rencontrez l'écrivain Andreï Makine à New York  French Morning Mort de l'écrivaine lesbienne féministe Michèle Causse  Sisyphe Nathalie Baye dans Hiver de Jon Fosse avec Pascal Bongard  Le Figaro