Anthony Burgess

Burgess_Anthony

Auteur anglais (1917-1993)

Romancier, compositeur et critique littéraire, John (Jack) Anthony Burgess Wilson naquit à Manchester en 1917, au sein d’une famille catholique. Il fit ses études au Xaverian College et à l’université de Manchester où il se prit de passion pour la langue et la littérature anglaises.

Lors de la seconde guerre mondiale, Burgess fut enrôlé pendant six ans dans le corps médical militaire.

De la fin des années 40 au début des années 50, il enseigna à l’université de Birmingham et travailla pour le ministère de l’éducation nationale. En 1954, il fut envoyé comme instructeur à Malaya et Brunei ; là, il écrivit sa trilogie consacrée à la désintégration progressive d’un jeune employé face à l’indépendance malaise. S’étant écroulé, un jour, face à sa classe, Burgess fut rappatrié en Angleterre, où les médecins diagnostiquèrent une tumeur au cerveau, ne lui laissant que tout au plus un an à vivre. Il décida alors de mettre cette année à profit pour écrire compulsivement, afin de mettre son épouse à l’abri du besoin. Le diagnostic s’étant avéré complètement faux, Burgess vivra encore 33 ans, consacrés uniquement à l’écriture, partageant son temps entre Malte, l’Italie, les USA et Monaco.

L’oeuvre d’Anthony Burgess est célèbre pour sa créativité verbale et la satire sociale de ses romans ; outre les romans, Burgess écrivit quelques essais et plusieurs biographies.

Le tout premier roman de Burgess "A Vision of Battlement" bien que terminé en 1949 ne sera publié qu’en 1965 et s’inspirait largement de l’Enéide de Virgile, montrant aussi une forte influence du style de James Joyce, l’un de ses auteurs préférés avec Shakespeare.

Cependant, le premier amour de l’écrivain fut la musique. Il avait déjà plusieurs compositions à son actif avant la publication de ses romans. L’un d’eux, "The Wanting Seed" décrit une Angleterre futuriste, surpeuplée, prisonnière de cycles de totalitarisme alternant avec des cycles de grande liberté (un clin d’oeil à Orwell, selon les critiques).

Mais c’est évidemment la fable de science-fiction "A Clockwork Orange" qui confirma la réputation de l’auteur en tant qu’écrivain satirique. L’histoire se situe dans un Londres futuriste et est racontée en NADSAT, un langage sorti tout droit de l’imagination de Burgess, un curieux mélange de "slang", cockney (argot londonien), argot français, russe et hollandais (mémorisé sans doute lors de son passage à Malaya et Brunei), ainsi qu’un peu de langue tzigane. Le roman met l’accent sur la montée des gangs et de la délinquance juvénile et sur les théories comportementales de B.F. Skinner dans les prisons, asiles ou cliniques psychiatriques. La leçon du roman est purement philosophique, à savoir "est-il ou non préférable qu’un être humain soit foncièrement mauvais mais libre, ou plutôt qu’il soit un bon et honnête citoyen, sans liberté de pensée ?"

Le film que Stanley Kubrick en réalisa fut encore plus controversé que le roman, qui avait pourtant soulevé pas mal de polémiques, ayant été traité notamment de pornographie violente et gratuite. La version anglaise du livre diffère de la version américaine ; dans la version UK, Alex choisit de respecter la loi, alors que dans la version US il retourne à sa vie de délinquant criminel.

Quelques années plus tard, dans "The Clockwork Testament or Enderby’s End", paru en 1975, le héros, alter ego de l’écrivain, il se moque ouvertement des medias américains et du déclin de la langue anglaise. C’est le roman "The Earthly Powers" qui est considéré comme le roman le plus accompli d’Anthony Burgess, le sujet s’inspirant largement de la vie et du personnage de Somerset Maughan. Ce roman comporte un certain nombre de références littéraires à des personnages célèbres.

Anthony Burgess a aussi produit des scénarios de films et des essais critiques ; ses deux autobiographies révèlent un être doutant profondément de soi, une image très différente de l’image de l’homme public, qui donnait des cours à l’université de Princeton et était un écrivain-résident à celle de New York à Buffalo ; il fut même conseiller littéraire au Guthrie Theater de Minneapolis.

La Troisième Symphonie d’Anthony Burgess fut interprétée à l’université d’Iowa et sa version musicale de Ulysses fut interprétée à la BBC lors du centenaire de la mort de James Joyce.

Bastet


dans les kiosques

  1. Un manuscrit retrouvé d?Anthony Burgess décrypte les dessous d?Orange mécanique  Le Figaro
  2. Inédit : une ?suite? d'Orange mécanique, d'Anthony Burgess, découverte  Actualitté.com
  3. « Orange mécanique » : un manuscrit inédit révèle le rapport de l'écrivain au film  Le Point
  4. Une suite de « L'Orange Mécanique » a été retrouvée dans les archives d'Anthony Burgess  Vanity Fair France
  5. Une « suite » à A Clockwork Orange a été découverte  VOIR.CA
  6. Voir la couverture complète sur Google Actualités
« JE NE SUIS PAS UN POILU DE 68 ! »  Technikart Avant "Joker" avec Joaquin Phoenix, ces 5 psychopathes qui nous ont fait trembler au cinéma | LCI  LCI Anthony Burgess et son Orange mécanique de retour pour une édition anniversaire  Actualitté.com Anthony Burgess est un gros Malin  Le Nouvel Observateur Stephane Ginsburgh, "The Bad-Tempered Electronic Keyboard / Anthony Burgess"  RTBF « L'Orange mécanique » d'Anthony Burgess : la musique classique suggère la violence  France Musique La mode selon Stanley Kubrick  L'Express Monaco, l?attrape-rêves  Le Figaro "L'Orange mécanique" par Anthony Burgess  L'Express Une balade dans le milk bar d'Orange Mécanique, VR (de lait) à la main  RTBF Le cycle Kubrick s'achève avec "Orange mécanique"  actu «Orange mécanique»: Burgess éclipsé par Kubrick  Le Devoir "Orange mécanique", un parfum de scandale signé Stanley Kubrick  RTS.ch Vous allez enfin comprendre Orange Mécanique  Rolling Stone Magazine ORANGE MÉCANIQUE | Critique et analyse du film de Stanley Kubrick  Le Bleu du Miroir Éditorial : «Violence mécanique»  Le Figaro Rhône | Étudiants tabassés devant le Pathé Bellecour : les agresseurs écroués  Le Progrès Un concert dédié à l'auteur d'Orange mécanique  Ouest-France 10 livres à lire pour découvrir Rome, éternelle et paradoxale  Le Petit Journal L'orange mécanique Anthony Burgess  CritiquesLibres.com Revoir "Full metal jacket", au cinéma Étoile de Mortagne-au-Perche  actu Le film inachevé de Kubrick sur Napoléon va être enfin adapté au théâtre  Les Inrocks Mémoires d'outre-mort, les secrets d'écriture de Christopher Buehlman  Actusf "Le silence et la fureur", quand la musique bouscule les codes du thriller  RTBF Pourquoi l'extrême droite ouvre ses revues aux penseurs de gauche  Le Point Afrique Le langage utilisé dans Orange mécanique enfin expliqué  Konbini France 8 mots russes tirés de «L?Orange mécanique»  Russia Beyond The Headlines France Les meilleurs livres de poche du mois  Les Inrocks L'orange mécanique, 45 ans après  Mediapart Le pianiste Florian Noack, jeune musicien de l'année 2017 pour la critique musicale  RTBF Orange mécanique, de la satire aux pages faits divers  l'Humanité 10 livres d?horreur culte à relire pour se mettre dans le mood d?Halloween  VOGUE.fr Confession d'un père indigne  Le Journal de Montréal Des chefs d'?uvres méconnus du Centre Pompidou et de l'Imec enfin dévoilés  Les Inrocks « Orange mécanique », féroce symphonie  Le Monde A Yi met à nu la violence latente en Chine  Le Monde Felicity Lott : une grande Dame aux Invalides  Ôlyrix 7 octobre 1978, les débuts du Figaro Magazine  Institut National de l'Audiovisuel Combien de temps cela prend-il d'écrire un roman ?  Actualitté.com Incroyables figures acrobatiques en jet à bras  Bateaux.com Décès de la nouvelliste française Annie Saumont  Franceinfo Livre de poche : les meilleurs livre de poche du moment  Elle Derniers préparatifs pour Orange mécanique  LaPresse.ca Il y a 30 ans dans les DNA. Le 17 mars 1989, l'attente de la soirée électorale, avec Claire Chazal à Strasbourg  DNA - Dernières Nouvelles d'Alsace Peut-on choisir entre libre arbitre et prédestination ?  France Culture Non, le héros macho du roman d'Edouard Philippe ne fait pas de lui un macho  Libération Un « Maigret » sinon rien  Le Figaro Besson - Les fils à Caca's  Le Point "Mon nom était devenu Malcolm "Orange Mécanique" McDowell. Une horreur!"  L'Express Les Karovas Milkshake, un son vibrant venu de l'Oural  Le Courrier de Russie Pourquoi a-t-on peur des clowns  Les Inrocks Orange mécanique : Strange Fruit...  LaPresse.ca Le pianiste Fred Hersch: quand inventivité rime avec sensibilité  RTBF