Federico Andahazi

Né à Buenos Aires, Argentine, en 1963, Federico Andahazi a fait des études de psychiatre à l’université de la Plata, profession qu’il a exercé pendant quelque temps avant de se lancer dans l’écriture.

En 1996, alors qu’il est finaliste pour le Prix Planeta, son premier roman « L’Anatomiste » obtient le Prix de la Fondation Amalia Lacroze de Fortabat. Toutefois, la mécène profondément choquée par le contenu du roman déclara à la presse qu’elle ne donnerait pas son aval à un roman ne contribuant pas à exalter les vraies valeurs humaines ! Toutefois le jury composé d’écrivains et poètes reconnus ne fut pas d’accord avec la Senora Lacroze. Le livre sera édité en 1997 par les éditions Planeta, son succès fut immédiat et mondial ; il a été traduit dans de nombreuses langues.

« Las piadosas » (« La Villa des Mystères ») est son deuxième roman.

L’écrivain en est à son septième roman et lorsqu’on lui demande pourquoi ses personnages sont tellement torturés, tourmentés, sombres et finalement intemporels, bien que ce soit souvent des personnages choisis dans l’Histoire, il répond que ces raisons sont parfaitement obscures pour lui, mais que la corruption, l’égoïsme et la superficialité sont toujours monnaie courante ; il peut donc puiser dans le régistre historique matière parfaitement actuelle pour ses livres.

Les critiques disent de lui qu’il utilise les aspects les plus étranges et fantastiques du réalisme dans le langage cru et direct de notre époque, comme ses compatriotes Borgès, Garcia Marquez, Vargas Llosa ou Carlos Fuentes.

Une chose est sûre, Andahazi ne laisse aucun lecteur indifférent, que ce soit dans le sens positif ou négatif. Il suscite toujours des commentaires très extrêmes.


dans les kiosques

Nous attendons du gouvernement turc qu'il libère la romancière Asli Erdogan  L'Obs

Par Patrick Deville, Jean Rolin, Annie Ernaux, Jérôme Ferrari, Javier Cercas, Jonathan Littell, Antoine Volodine, Olivier Rolin, Leonardo Padura, Juan Gabriel ...